👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Blue velvet signifie "Velours bleu".

Ici, c'est une matière autant qu'une idée de cinéma. On pourrait représenter le film comme quelque chose de doux (le velours), et intriguant (comme ce rideau bleu qui masquerait des secrets, présent dans le générique). C'est un peu l'objectif ultime du cinéma en tant qu'art, c'est-à-dire dépasser le statut d'objet ou de produit culturel, sortir de l'écran pour envelopper le spectateur, délimiter autour de lui le cadre de son confort et/ou de son inconfort.

Initialement, l'intrigue du film se manifeste grâce à une très bonne astuce scénaristique. Un jeune homme revient dans son quartier et découvre sur le sol une oreille humaine. A qui appartient-elle ? Quelle est son histoire ? Que fait-elle ici dans le cadre formaté et bucolique d'une ville américaine type ? Belle utilisation d'un "objet" pour concentrer rapidement en une image toutes les pistes et le potentiel de l'histoire.

Cette ambiance feutrée, maitrisée par la musique jazzy de Badalamendi, domine le film jusqu'à la fin, et donne l'impression que les maisons et les pièces du quartier résidentiel sont comme des sortes de compartiments secrets donnant accès à une autre dimension que celle qui nous est montrée, avec sa violence confidentielle, ses intrigues crapuleuses à dénouer, ses drames qui se profilent et ses fantasmes privés.

Le film agit comme s'il dévoilait la face cachée d'une jolie vignette de collection des années 50.

La sensualité lente et agonisante d'Isabella Rosselini succède aux crises d'ego d'un Dennis Hopper libre et survolté. Certaines scènes et plans jouissent d'un charme rétro particulièrement efficace, comme pendant l'apparition à la fois soudaine et progressive de Sandy dans le noir, avec ce "jingle" qui mélange nappe de synthé et bruit de vent (Lynch dira de cette scène qu'il a essayé de donner l'impression que le vent s'invite dans la nuit) ou, peu après, lorsque Jeffrey et Sandy en ballade nocturne dans le quartier commencent, sans trop s'en rendre compte, à initier une enquête.

Au final, "Blue velvet" a le goût d'un film de détective (sans être une ode au voyeurisme) porté par le dynamisme et la jeunesse de Kyle Maclachlan, qui jouera plus tard un rôle dans la série "Desperate Housewives" (série qui fait étrangement penser à "Blue Velvet" sur bien des aspects.)

On est sans doute face à un des meilleurs films du réalisateur, qui était parvenu à se retrouver après avoir été dépassé par "Dune", un gros film de studio. Le maître a réussi son procédé d'immersion : nous faire ressentir la matière "velours".

OkaLiptus
9
Écrit par

il y a 10 ans

41 j'aime

18 commentaires

Blue Velvet
Quantiflex
10
Blue Velvet

Deep River

Bien qu' aimant beaucoup le bonhomme, j' avoue avoir quelques réserves sur les films que Lynch a fait ces dernières années, mais par contre "Blue Velvet" (1986) est un objet hors du commun . "Laura"...

Lire la critique

il y a 11 ans

80 j'aime

14

Blue Velvet
Gand-Alf
9
Blue Velvet

David Lynch au sommet de son art.

Après l'expérience désastreuse de "Dune", David Lynch revient à ses véritables obsessions avec ce qui s'avère un de ses meilleurs films, à une époque où le cinéaste parvenait à tenir son intrigue...

Lire la critique

il y a 10 ans

71 j'aime

10

Blue Velvet
Luanana
9
Blue Velvet

She wore blue velvet, but in my heart there'll always be...

La première fois que je l'ai vu, j'étais déçue. Je n'avais pas tout de suite saisi que ce film et son ambiance angoissante s'étaient introduits au plus profond de mon inconscient. L'envoûtante...

Lire la critique

il y a 5 ans

58 j'aime

12

Edward aux mains d'argent
OkaLiptus
10

Once upon a time in Hollywood...

"Bien sûr qu'il avait un nom, il s'appelait, Edward..." Autrement dit, Tim Burton. Œuvre magistrale, naïve, irrésistible, foudroyante, féerique mais qui sait jouer du réel tout en intégrant...

Lire la critique

il y a 4 ans

86 j'aime

70

Léon
OkaLiptus
10
Léon

And she's buying a stairway to heaven

Par la présence presque organique de la musique lancinante, parfois explosive d’Eric Serra, Léon est un concert sons et lumières, où les bas-fonds sont exposés dans un cortège funèbre aux autorités...

Lire la critique

il y a 4 ans

81 j'aime

41