"Est-ce cela la vraie vie, ou est-ce seulement un rêve ?"

Avis sur Bohemian Rhapsody

Avatar Fab Lyon
Critique publiée par le

Ce film, porté depuis 2010 par Brian May et Roger Taylor, voit enfin le jour après bien des déboires. Je vais faire une critique en deux temps. Le premier, ce que le film m'a fait ressentir, le second, les erreurs factuelles du film.

Donc je vais commencer par ce que j'ai ressenti.

J'avais peur, peur de la caricature. Mais très vite, j'ai pu constaté deux choses : les décors sont géniaux, mais au delà, ce sont les acteurs et actrices qui déchirent ! Rami Malek est Mercury. Assez vite, j'ai oublié l'acteur et je voyais devant mes yeux le regretté Freddie. Mais cela ne s'arrête pas là ! Gwilym Lee campe un superbe May, Ben Hardy est plus que crédible en Taylor et Joseph Mazzelo est bluffant en Deacon. Voilà, devant nos yeux, le groupe réuni !

Parce que ce film n'est pas tant un film sur Freddie Mercury qu'un film sur le groupe et comment celui-ci créait. C'est en fait l'histoire de Queen et un hommage (parfois frôlant l'hagiographie) à Mercury. Mais la clé est pour moi dans le choix du titre : Bohemian Rapsody, et ses paroles qui nous demandent "Est-ce cela la vraie vie, ou est-ce seulement un rêve ?"

Et cela permet des prises de libertés par rapport au sujet, qui sont sans doutes nécessaires à l'image du groupe. Image qui a toujours été construite par eux, et pour eux. Mercury et sa vie privée cachée, son choix de ne pas être une icône ou idole gay, son choix de ne pas révéler son infection au VIH, tout est respecté, donnant ainsi à voir le groupe tel qu'il voulait être vu entre 1978 et 1985.

C'est aussi et surtout un film sur la solitude, celle qui nous prend parfois et ne nous lâche pas, au point de nous pousser à nous détruire. Et un film sur l'amitié, et sur la famille, pas celle de sang, celle que l'on se choisit. Celle qui parfois peut nous faire déplacer les montagnes.

Et le film est électrisant : on frissonne, on est heureux, on redécouvre le rôle de Mary Austin (surprenante Lucy Boynton) dans la vie de Mercury mais surtout, on est emporté par la musique ! Queen est encore là, toujours, et nous porte comme rarement ! La scène finale (même si un peu longue) est magnifique : on est dans le Live Aid, vraiment, pleinement ! C'est vraiment un très beau moment !

Maintenant, je vais parler des libertés... et des petits mensonges.

D'abord, le plus gênant pour moi est le fait d'avoir fait annoncer sa séropositivité deux ans plus tôt que dans les faits à Freddie Mercury dans le film. Si on peut comprendre l'envie et le besoin de montrer le choc que cela a été, mais surtout le choix que fait Mercury à ce moment là, ce qu'il demande au groupe, c'est une sacrée maladresse. Non il n'a pas fait le Live Aid parce qu'il se pensait mourant, mais bien par pure envie de retrouver la scène. Ceci dit, la scène de l’hôpital est belle et apporte quelque chose d'important dans le film.

Ensuite, si on redécouvre ou découvre Mary Austin, il est a noté qu'elle n'était pas aussi soumise dans la vie que ce qu'elle est dans le film. Elle a eu une place à part, à tel point que Mercury en a fait sa principale héritière. Mais au moment de leur séparation, elle lui avait demandé un enfant, qu'il n'a jamais fait, lui proposant plutôt de garder ses chats quand il ne serait pas là. Seulement, à la mort de Mercury, elle vira de la maison le dernier compagnon de Freddie pour s'y installer avec sa famille ... Donc elle n'était pas aussi ingénue que cela ;)

A noter aussi que le groupe évite de parler de deux polémiques. La première, concernant leur concert en 1980 en Afrique du Sud (alors qu'un embargo culturel était fixé par l'ONU) qui leur valu d'être blacklisté pendant des années. Même si l'explication (ne pas laisser les sud-africain sans culture) a été leur défense. Mais aussi le fait que si Freddie Mercury part en Allemagne, c'est autant pour tenter une carrière solo que pour fuir le fisc anglais ! Dommage de ne pas parler de cela.

On notera aussi que le côté parfois colérique de Mercury est un peu gommé, alors qu'il est connu depuis bien des biographies.

Mais malgré tout cela, ce film est un bel hommage, et c'est ce que j'attendais. Il m'a fait pleurer, vibrer, aimer et mis un peu de mélancolie, parce que définitivement, Freddie manque.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 683 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Fab Lyon Bohemian Rhapsody