👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

"Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs."

Pour ce qui concerne les vêtements de brebis, les décors et la photo de Brimstone sont immédiatement séduisants de réalisme. Les paysages sont magnifiquement filmés, au fil des saisons, et l'on se croirait dans un Clint Eastwood de l'époque Pale Rider ou Impitoyable. Dakota Fanning est lumineuse et charismatique, et Guy Pearce semble camper son personnage diabolique comme si c'était sa seconde nature.

Problème : le loup Martin Koolhoven fait dans la rétention... et la surenchère. La surenchère sadique de la rétention.
Le film révèle la face diabolique de son antagoniste dès les 10 premières minutes... et il dure 2h20. 2h20 de beauté visuelle, donc, mais surtout de souffrance psychologique, qui finirait presque par en devenir comique.
Le grand-guignol n'est pas loin dans la dernière partie, et si l'on commence dans une atmosphère de gothique sudiste à la Faulkner, on termine à la limite du film d'épouvante avec un croquemitaine qui a fait main basse sur la salle de montage, et un Guy Pearce qui se craque et nous sort une mauvaise imitation de Roy Batty.

C'est jusqu'au-boutiste et légèrement décevant dans ses 10 dernières minutes. Vu la rapidité du récit dans sa première partie, le film pouvait sans doute tenir parfaitement la route en 1h40 au lieu de 2h20.

Autre bémol : le casting de l'un des personnages principaux. Des parents bruns, une fille blonde... une teinture, c'est pourtant vite fait, et ça renforce la suspension d'incrédulité (cf. le tutoriel de Carice Van Houten dans Black Book). Et une jeune fille qui entre 14 ans et 19 ans change de couleur d'yeux, de forme de nez, en somme, de visage... bref, peut mieux faire dans le choix de l'actrice.

Le manque de subtilité de Brimstone peut donc mettre en boule,

d'autant que la "vengeance" tant annoncée n'est pas forcément à la hauteur,


mais sa beauté formelle ne peut laisser de marbre.

ycatlow
5
Écrit par

il y a 5 ans

22 j'aime

5 commentaires

Brimstone
Franck_Plissken
10
Brimstone

The Reverend (Paint My Face)

Voilà donc un film qui va jusqu'au bout de son sujet et ne prend pas de pince pour y arriver. Au vu de certains critiques (ici et ailleurs), Brimstone (j'aurais préféré le titre "The Reverend", tant...

Lire la critique

il y a 5 ans

51 j'aime

11

Brimstone
Théloma
4
Brimstone

Quand père fouettard fâché lui toujours faire ainsi

"Monsieur le pasteur vous êtes un salaud !" C'est le moins qu'on ait envie de dire, (parodiant le regretté Thierry Roland), au vue de la longue, très longue liste de brimades, humiliations, crimes et...

Lire la critique

il y a 4 ans

36 j'aime

22

Brimstone
mymp
5
Brimstone

Prêchi-prêcha

Encore inconnu dans nos contrées sauvages malgré une carrière déjà prolifique, au cinéma et à la télévision, dans son pays qui est le sien (les Pays-Bas), Martin Koolhoven a droit aujourd’hui aux...

Lire la critique

il y a 5 ans

32 j'aime

1

The Sinner
ycatlow
7
The Sinner

Pour Bill et Jessica

Bonne surprise que ce projet en partie porté par Jessica Biel, dans le rôle titre et à la production. Un timbre de voix unique, un visage singulier, et de vrais talents d'actrice qui ont souvent dû...

Lire la critique

il y a 4 ans

21 j'aime

4

My Wonder Women
ycatlow
8

The Real Wonder Women

Le film raconte la genèse de Wonder Woman, et la vie des trois personnes qui en sont à l'origine - le professeur William Marston, sa femme, le docteur Elizabeth Marston et leur maîtresse Olive. La...

Lire la critique

il y a 4 ans

18 j'aime

2

Triple 9
ycatlow
6
Triple 9

Entre Heat et Takers...

En voyant Triple 9, on pourrait aussi penser à We Own the Night, Brooklyn's Finest, The Town, etc. Mais un film ne doit pas se résumer à ses influences, il doit les dépasser pour trouver son...

Lire la critique

il y a 6 ans

18 j'aime

1