👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Rien ne vaut un bon film d'investigation post seconde guerre mondiale. A moins que...
Embarqué dans un film de genre délaissé, Edward Norton, à qui nous ne saluons plus la prouesse d'acteur se retrouve pour la deuxième fois derrière la caméra. Son absence frontale face à l'objectif se fait ressentir depuis quelques temps. Cela attise avec engouement notre curiosité afin de découvrir ce nouveau projet au cinéma. Ce dernier tente ainsi de traduire l'oeuvre de Jonathan Lethem à l'écran. Habilement amené, les premières minutes du film présentent notre personnage principal atteint du syndrome de la Tourette. L'enclenchement de l'énigme survient et cette conception introductive séduit le spectateur. Tout se succède, entre fougue investigatrice, courses poursuites et incident à l'arme à feu. Les premières minutes saisissent et crées tout l'engouement. Toutefois, plus les indices surgissent, plus le déroulement scénaristique crée de la lenteur, et cette dernière se fait lourdement ressentir. A tout cela se rajoute des éléments fastidieux facilement anticipables,

Nous avons compris que le chapeau figurait dès les premières minutes comme l'élément clé. Pas besoin de ces flash-back prescrit amenés d'une manière aléatoire.


nous nous doutons -presque- tout le temps de ce qui va advenir, sans laisser la surprise du twist final. De plus, il y a un flou absolu à comprendre certains cheminements et ainsi à concevoir comment les arguments présentés s'articulent avec les réponses données. Là où les indices s’amoncellent nous ne voyons pas le bout du tunnel, pour au final nous proposer un final digne du commun des mortels.

Je pense, à mon humble avis, que le final aurait pu développer la chute de ce grand personnage politique autoritaire et raciste. A quoi bon montrer ces deux personnages "amoureux" près de la plage alors que leur accréditation s'est déroulée de manière assommante.


Il y a tout de même quelque chose d'assez contemplatif à observer sur certaines mises en scènes, notamment en pointant du doigt le placement des lumières et de la caméra vis à vis du protagoniste. Tout n'est pas laissé au hasard, mais tout n'est pas totalement maîtrisé. Les scènes de bagarres s'apparentent à de vieux James Bond revisités (Si cela est fait exprès je me résous à vous croire, même si ces altercations n'ont rien montré de bien extraordinaire).
Tout ce mélange inapproprié remplit les spectateurs d'une stupeur discutable (plusieurs personnes dans la salle n'ont pas survécu à l'entièreté du film). Je ne sais pas si c'est une généralité, mais j'ai l'impression que multiples passages du long métrage sont travaillés d'une manière rigoureuse, tandis que d'autres sont totalement laissés à l'abandon.
Pour finir, il me reste à ajouter l'excellente utilisation de la musique Jazz qui lance un rythme pour diverses scènes et un certain entrain au film. Mais seulement à côté de certains plans, certaines constructions visuelles et de scènes de dialogues, il ne restera pas grand chose à retenir à part le vide qui remplit la moitié du film et de la presque réponse fournie sur un plateau en carton.

PolDoe
4
Écrit par

il y a 2 ans

4 j'aime

Brooklyn Affairs
Behind_the_Mask
7

Bourrique de tics !

Après avoir vu la bande annonce, et accessoirement avant d'entrer dans la salle, on pourrait s'étonner de trouver l'excellent Edward Norton dans le siège de réalisateur. Ce serait oublier qu'il s'est...

Lire la critique

il y a 2 ans

37 j'aime

4

Brooklyn Affairs
ServalReturns
7

Never go full retard

Agréable surprise ! J'avoue que la bande-annonce m'avait un peu inquiété : je craignais qu'Edward Norton (acteur estimable, malheureusement un peu disparu des radars ces dernières années) n'en...

Lire la critique

il y a 2 ans

16 j'aime

3

Brooklyn Affairs
Paulissimo
5

Une adaptation ratée

Dès le début du film, le syndrome de la tourette du personnage principal laisse le spectateur perplexe : à quoi peut bien servir de conférer une telle maladie à un personnage principal, sinon à...

Lire la critique

il y a 2 ans

11 j'aime

5

Drunk
PolDoe
9
Drunk

Ivresse de vie

Lorsque l'on vous expose la théorie selon laquelle il manque au corps humain 0.5 gramme d'alcool par litre de sang, est ce que vous y croyez ? Quatre professeurs au Danemark eux y croient. Ils...

Lire la critique

il y a plus d’un an

4 j'aime

Brooklyn Affairs
PolDoe
4

Affaire classée ?

Rien ne vaut un bon film d'investigation post seconde guerre mondiale. A moins que... Embarqué dans un film de genre délaissé, Edward Norton, à qui nous ne saluons plus la prouesse d'acteur se...

Lire la critique

il y a 2 ans

4 j'aime

Le Chant du loup
PolDoe
9

Le troisième homme

Synopsis : Un jeune homme a le don rare de reconnaître chaque son qu’il entend. A bord d’un sous-marin nucléaire français, tout repose sur lui, l’Oreille d’Or. Réputé infaillible, il commet pourtant...

Lire la critique

il y a 3 ans

4 j'aime