Le film bruit de fond !

Avis sur Brutus vs. César

Avatar CoumbaSankhare
Critique publiée par le

Je n'ai pas apprécié ce film, mais j'ai quand même beaucoup de choses à dire.

Les décors et paysages marocains sont classiques et bien choisis pour un péplum.
Mais l'histoire est assez particulière et peu intéressante.

Le film débute avec une scène ou le personnage principale "Brutus" fils adoptif de César, présente un petit spectacle de marionnettes à un jeune spectateur. OK...

Le jeu d'acteur de Kheiron n'est pas transcendant, et c'est tout à fait normal car ce n'est pas sa fonction première.
Il n'est malheureusement pas le seul à ne pas savoir jouer avec talent, car le casting est principalement composé d'humoristes français "en vogue" pour bon nombre de personnes.

Comme je l'ai annoncé plus haut, la trame de l'histoire n'est pas suffisamment intéressante pour rentrer dans un top 10 de films comiques péplum, c'est une réécriture de l'assassinat de César sans son assassinat.

Le personnage de Jules César incarné par Ramzy Bedia se rapproche plus de la personnalité de l'empereur Caligula et
Brutus, lui est un jeune homme un peu paumé, en quête d'une identité et de reconnaissance.
Je ne vais pas vous faire une liste de tous les personnages, car je suis trop paresseuse pour le faire.

Mais nous pouvons quand même noter les incohérences ou petits clins d'œil à la pop culture, comme le duo entre Issa Doumbia (Lucius) et Jérémy Ferrari (Gaïus) dans un fauteuil roulant qui fait écho au duo d'intouchables Sy/Cluzet.
Et le début de la scène de l'arène, avec la discussion entre César et les acheteurs du Qatar qui souhaitent acheter des moyens de divertissement, comme les propriétaires qatariens du PSG.
Ou l'incohérence temporelle avec le personnage de Spartacus incarné par Artus.

La distribution des rôles est assez ironique car les gaulois sont presque tous incarnés par des acteurs d'origine maghrébine ou africaine.
Ce constat m'a quelque peu interloquée car je suis moi-même d'origine africaine, mais j'ai immédiatement fait le rapprochement entre les péplums hollywoodiens des années 60, qui prônaient le "white washing" avec des acteurs blancs à la place des acteurs issues du Moyen-Orient comme ce fût le cas pour "Cléopâtre" avec Elizabeth Taylor.

Je ne sais pas si ce choix du casting a une visée engagée ou si c'est juste pour faire parler les fans de la théorie du "grand remplacement".

Le film n'est pas spécialement très drôle, je l'ai regardé par curiosité et non par véritable envie.
Si vous souhaitez rire devant un Péplum, choisissez un Astérix.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 149 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de CoumbaSankhare Brutus vs. César