👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Au fond, la plus grande erreur à faire concernant Captain Fantastic est de discuter de sa pertinence d'un point de vue réaliste. Il s'agit avant tout d'une fable utopiste dont l'ironie même s'exerce à l'égard du mode de vie alternatif prôné par son chef de bande. Evidemment, la civilisation du monde de la consommation en prend pour son grade mais cette critique est énoncée de manière naïve et ludique qui s'amuse dans une voie transgressive et provocatrice qui pour être juste et lucide n'est pas ultra corrosive à part peut-être pour le public américain, et encore. Captain Fantastic n'est rien d'autre qu'un film sur la difficulté de vivre, pour soi et ensemble, au sein ou en dehors de la société. Et son traitement passe par la bonne humeur et l'humour mettant en avant les choix qui appartiennent à chacun y compris avec le droit de se tromper. Pas de quoi en faire un film démesurément moraliste mais jouissif en revanche, que oui et oh combien, à condition de ne pas avoir l'esprit de sérieux trop chevillé au corps. Alors que le cinéma actuel a tendance à se diviser entre oeuvres de pur divertissement, souvent anémiées, et films d'auteur, parfois et même souvent austères et mornes, Captain Fantastic détone par sa fantaisie, sa liberté et sa douce folie. Un vent de fraîcheur qui doit beaucoup à Viggo Mortensen, toujours remarquable, et un groupe d'enfants au jeu naturel et vivifiant. Pour ceux qui pointeraient du doigt telle ou telle incohérence du scénario, la réponse est simple : on s'en fiche royalement, le cinéma n'est pas la vie mais (de temps en temps pas toujours) une invitation au rêve et à l'insubordination. Que Matt Ross soit remercié pour cette équipée sauvage et tendre, et dommage pour ceux qui n'auront pas apprécié le voyage.

6nezfil
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste 200 films pour une décennie (2010-2019)

il y a 5 ans

4 j'aime

Captain Fantastic
Fiuza
5

Viggo e(s)t Bo

Le réalisateur du film a t-il vu Vie Sauvage de Cedric Kahn ? En tous les cas il le devrait peut-être car, si ce dernier n'est pas un chef d'œuvre, il a le mérite d'être brutalement descriptif et...

Lire la critique

il y a 5 ans

136 j'aime

9

Captain Fantastic
Velvetman
7

Culture Freaks

Aussi difficile que cela puisse paraître, Matt Ross arrive parfaitement à se sortir du piège idéologique que pouvait lui imposer un film tel que Captain Fantastic. Le film, d’ailleurs, fait l’effet...

Lire la critique

il y a 5 ans

122 j'aime

3

Captain Fantastic
Vincent_Ruozzi
7

The Goodfather

Ben vit avec ses six enfants au fin fond d’une forêt luxuriante du Nord-Ouest des États-Unis. Leur journée est rythmée par des entraînements physiques intensifs et de longues lectures sur des sujets...

Lire la critique

il y a 5 ans

117 j'aime

6

The Power of the Dog
6nezfil
8

Du genre masculin

Enfin un nouveau film de Jane Campion, 12 ans après Bright Star ! La puissance et la subtilité de la réalisatrice néo-zélandaise ne se sont manifestement pas affadies avec Le pouvoir du chien, un...

Lire la critique

il y a 8 mois

61 j'aime

12

Mon inconnue
6nezfil
7
Mon inconnue

Relativité restreinte

Et si on supprimait les bandes-annonces des salles de cinéma ? Celle de Mon inconnue, outre le fait qu'elle dévoile copieusement tous les tenants et presque les aboutissants du film, en accentue la...

Lire la critique

il y a 3 ans

55 j'aime

9

Drunk
6nezfil
8
Drunk

Mélan(al)colique

Le problème de Thomas Vinterberg est d'avoir atteint un niveau très élevé dès son deuxième long-métrage, Festen, sans être capable de réitérer pareille performance par la suite, malgré quelques...

Lire la critique

il y a plus d’un an

51 j'aime