👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Carol est un mélodrame qui se déroule entre la fin de l'année 1952 et le début de 1953. Pourtant, c'est un film aux enjeux ancrés dans notre époque, avec tout de même cette authenticité des années 50 à tout point de vue, jusque dans le choix de la bande son, typique de ces années-là.
Une histoire qui se concentre autour d'oppositions, celle de Carol une femme forte, mûre, assurée, aisée et précise dans ses objectifs, avec Thérèse, jeune, humble éparse, timide et qui ne sait pas encore bien ce qu'elle veut. C'est de cette opposition que naît une histoire d'amour entre les deux femmes, qui sont par ailleurs sublimement interprétées par Cate Blanchett et Rooney Mara.
Les deux actrices se laissent aller tantôt aux sentiments exacerbés de la passion mélodramatique la plus pure (pleurs, scène de sexe, cris, euphorie, etc) - peut-être un tantinet trop parfois mais on l'oublie vite par la suite du film - tantôt aux regards et gestes doux, complices mais tout aussi explicites.
Le tout sous une composition, un cadre et une lumière magnifiques, emprunts d'une poésie aussi belle que juste. Le contraste entre la distance avec les personnages et un rapprochement sur ces derniers aux moments choisis nous les fait découvrir d'une toute autre manière. Ce sont les gros plans sur leurs gestes qui nous révèlent leur personnalité, leur essence même: une main qui tient une cigarette, une qui conduit, une autre qui se pose sur une épaule ou encore une main qui en rejoint une autre et se saisissent mutuellement au milieu du cadre.
C'est ce mélange d'explicite et d'ambigu, sous la pluie (mélodrame oblige), à travers une vitre ou un reflet, que Todd Haynes nous dépeint une passion commune de deux femmes pourtant bien différentes, dont l'une s'affirme cette tendance homosexuelle contrairement à l'autre.
En bref un vrai bon mélodrame aux codes présents mais remaniés à la sauce Haynes, sur des sujets d'actualité dans une époque vraisemblable et même agréable avec deux superbes actrices bien plus qu'agréables !

Emile_Belleveaux
7

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Films vus au cinéma

il y a 6 ans

1 j'aime

1 commentaire

Carol
Velvetman
8
Carol

Two Lovers

Avec cette mise en scène, que ne renierait pas Wong Kar Wai version In the mood for Love, la discrétion des sentiments sied parfaitement à une nomenclature esthétique au souffle court, qui fait...

Lire la critique

il y a 6 ans

127 j'aime

26

Carol
Sergent_Pepper
8
Carol

Very blossom girls.

Un lent mouvement de caméra le long des façades, de celles où se logent ceux qui observent et qui jugent, accompagnait le départ de Carol White qui s’éloignait Loin du Paradis. C’est un mouvement...

Lire la critique

il y a 6 ans

119 j'aime

7

Carol
JimBo_Lebowski
7
Carol

Angel

Il y a 20 ans Todd Haynes choisissait comme ligne de conduite avec Safe puis Far From Heaven de filmer la femme au foyer américaine, de sa capacité à exister dans un milieu ne favorisant pas...

Lire la critique

il y a 6 ans

50 j'aime

12

Un condamné à mort s'est échappé
Emile_Belleveaux
7

MacGyver: Le film

Un condamné à mort s'est échappé est un huis clos où l'on suit le jeune lieutenant Fontaine capturé par les allemands durant la deuxième guerre mondiale et qui va chercher tout au long du film à...

Lire la critique

il y a 7 ans

3 j'aime

Interstellar
Emile_Belleveaux
6
Interstellar

Interstellar (et Nolan), toujours intéressant mais décevant !

Un mot pour qualifier ce film, déception. Christopher Nolan est un réalisateur qui sait partager les avis autour de ses films et si j'adore bon nombre de ses films, celui-ci ne m'a vraiment pas...

Lire la critique

il y a 7 ans

3 j'aime

The House That Jack Built
Emile_Belleveaux
7

"Are you allowed to speak along the way ?"

Le film nous raconte l’histoire d’un dangereux tueur en série dans l’Amérique des années 70. On adopte le point de vue dudit tueur qui fait le récit de son parcours de meurtrier à un mystérieux...

Lire la critique

il y a 3 ans

2 j'aime

2