👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

C'est l'histoire (vraie) d'un mec, Ron Woodroof, cow-boy toxico, impulsif et homophobe qui du jour au lendemain apprend sa séropositivité. Selon le médecin qui le suit, il lui reste 30 jours à vivre, mais la volonté de fer de Ron le contredira. Il ressort de cette épreuve métamorphosé. Ce cocaïnomane, macho à la ramasse, décide de faire face au combat de sa vie. Le parcours d'un antihéros interprété par un Matthew McConaughey au sommet de son art (Oscar 2014 du meilleur acteur pour ce rôle, indéniablement mérité).

Ron suit alors un traitement à base d'AZT pour se soigner mais comprend rapidement que cette substance ne le mènera à rien hormis la mort. Il découvrira progressivement qu'il ne s'agit ni plus ni moins d'une vache-à-lait instaurée par les lobbys pharmaceutiques. Après sa rencontre avec un médecin américain radié ayant émigré au Mexique, il se lance dans l'importation massive de médicaments naturels pour les malades du SIDA, substances que le gouvernement et les autorités sanitaires américaines prenaient le soin de verrouiller l'accès par cupidité, et par incompétence. A vrai dire, il faut souligner que l'AZT rapportait environ 10'000 dollars par an et par patient, il aurait logiquement été nuisible pour le capitalisme américain de trouver une sérieuse alternative à ce traitement inefficace aux lourds effets secondaires.

Le commerce du cow-boy, parti initialement d'une démarche mercantile et intéressée, se transforme en une croisade menée de front contre la maladie, et contre les autorités incompétentes qui la gère. Il s'associe dans ce business à Rayon, un travelo homosexuel interprété par un Jared Leto tout simplement exceptionnel (Oscar 2014 meilleur acteur dans un second rôle, amplement mérité également).

En définitive, Dallas Buyers Club trouble de par sa justesse à traiter un sujet à la fois grave, sensible et politique. Ron Woodroof, ce maigrichon dégoûtant et empathique au départ, finit par nous rendre admiratif. Sa lutte se résume avec simplicité par cette métaphore du rodéo: l'homme au chapeau de cow-boy, impénitent mais déterminé, s'accroche impétueusement à la vache virevoltante comme il se cramponne à la vie, à sa survie et à celle des autres.
Dallas Buyers Club
guyness
7

Dallas, ton buyers univers club impitoyâââ âable

Inutile de revenir sur des choses évidentes, comme le parcours atypiquement prodigieux de Matthew McConaughey et le fait que le bonhomme soit devenu suffisamment intriguant pour que désormais on...

Lire la critique

il y a 8 ans

108 j'aime

16

Dallas Buyers Club
Gothic
9

Bulls on Parade

[PAS DE GACHAGE/SPOILER FREE] Signé Jean-Marc Vallée et ne versant jamais dans le pathos, "Dallas Buyers Club" nous raconte l'histoire du texan Ron Woodroof, redneck grande gueule (pléonasme ?)...

Lire la critique

il y a 8 ans

104 j'aime

33

Dallas Buyers Club
Hypérion
7

Oscars buyers club

On a beau taper sur l'approche toujours identique des studios pondant des blockbusters décérébrés, type Marvel Studio & consorts, force est de constater qu'une même logique de cahier des charges...

Lire la critique

il y a 8 ans

100 j'aime

10

The Revenant
Palatina
7
The Revenant

Get Wild and Tough

Dans la profondeur de la forêt résonnait un appel, et chaque fois qu'il l'entendait, mystérieusement excitant et attirant, il se sentait forcé de tourner le dos au feu et à la terre battue qui...

Lire la critique

il y a 6 ans

41 j'aime

6

Kurt Cobain: Montage of Heck
Palatina
4

Désolé Kurt, ils ne savent pas ce qu'ils font.

En fan absolu, j'avais forcément hâte de voir Cobain, The montage of heck, décrit comme le "plus intime et innovant documentaire jamais réalisé sur le chanteur". J'avais aussi cette appréhension,...

Lire la critique

il y a 7 ans

34 j'aime

10

Silence
Palatina
7
Silence

La Foi selon Scorsese

On dit qu’aimer, c’est la moitié de croire. « Aimer Dieu » et « croire en Dieu » restent néanmoins deux pans fort distincts, fort distants. Ils se révèlent d’abord être un choix en âme et conscience...

Lire la critique

il y a 5 ans

31 j'aime

8