👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Après avoir exploré l’intimité de la famille royale britannique dans Le Discours d’un Roi et le registre de la comédie musicale dans Les Misérables, Tom Hooper revient cette fois-ci avec une biographie transgenre. The Danish Girl retrace l’histoire d’Einar Wegener, peintre danois, et de sa femme, Gerda Wegener. L’artiste est connu comme la première personne à avoir subi une chirurgie de rétribution sexuelle en 1930, pour prendre pleinement possession de sa nouvelle identité : Lili Elbe.

Voilà donc un script prometteur, qui offre au réalisateur l’occasion d’explorer un thème encore trop rare au cinéma, et encore trop problématique dans nos sociétés. Malheureusement, malgré des qualités évidentes (costumes et décors d’époque) et la volonté de (trop ?) bien faire, The Danish Girl brille par sa platitude. Hooper présente ici une œuvre trop conventionnelle, académique à souhait. L’image est lisse, sans émotion. On aurait peut-être préféré une œuvre plus subversive.

Eddie Redmayne, récemment récompensé pour son interprétation magistrale du physicien Stephen Hawkings dans Une Merveilleuse Histoire du Temps revient de nouveau avec un rôle « à Oscar ». Sauf qu’ici le charme n’opère pas toujours. Son interprétation entre masculin et féminin est certes très bonne, mais elle frôle trop souvent le too much, voire la caricature. Il a le physique approprié pour ce rôle, mais ce dernier n’est pas exploité en profondeur.

La vraie (bonne) surprise de ce long-métrage est, comme dans une Merveilleuse Histoire du Temps, le personnage féminin qui porte le film, ici celui de Gerda, interprétée avec justesse par l’actrice Alicia Vikander. Elle aussi mériterait d’être nominée dans la catégorie du meilleur rôle principal, et non dans celui du secondaire comme c’est le cas. C’est à travers elle que l’on voit la naissance de Lilly.

In fine The Danish Girl est un film en apparence taillé pour l’Oscar ; sauf qu’il n’en épouse pas les formes.

Kamgeonpi
6
Écrit par

il y a 6 ans

Danish Girl
ffred
9
Danish Girl

Critique de Danish Girl par ffred

Pour être honnête, j'y suis allé un peu à reculons. Je craignais beaucoup pour deux raisons : le réalisateur Tom Hooper, et l’horripilante, mais oscarisée, interprétation de Eddie Redmayne pour Une...

Lire la critique

il y a 6 ans

49 j'aime

7

Danish Girl
Moizi
1
Danish Girl

Glen or merda ?

Attention, le navet nouveau est arrivé, nouvelle fournée toute prête pour les oscars, pensée, formatée pour l'occasion. On prend le réalisateur du discours d'un roi, le dernier acteur insupportable à...

Lire la critique

il y a 6 ans

41 j'aime

20

Danish Girl
Frédéric_Perrinot
5
Danish Girl

Le mal-être

Habitué des films d'époques biographiques, qui compose 80% de sa filmographie, Tom Hooper n'a clairement pas l'intention de sortir de sa zone de confort avec son nouveau film. 4 ans après avoir raté...

Lire la critique

il y a 6 ans

34 j'aime

3

The Grand Budapest Hotel
Kamgeonpi
9

Un film cinq étoiles

Après la Nouvelle-Angleterre, c’est dans l’entre-deux-guerres européenne que nous retrouvons Wes Anderson pour une nouvelle aventure ; celle de Gustave H, un concierge pas comme les autres, et de son...

Lire la critique

il y a 8 ans

7 j'aime

2

The Lobster
Kamgeonpi
8
The Lobster

Le carnaval des animaux

Dans un futur pas si lointain, toute personne célibataire est amenée à séjourner dans un hôtel où elle dispose de 45 jours pour trouver un/une partenaire. Passé ce délai, elle sera transformée en...

Lire la critique

il y a 6 ans

2 j'aime

Le Fils de Saul
Kamgeonpi
6

Un bon film, mais….

Représenter l’irreprésentable : voilà l’exercice périlleux auquel s’essaie le réalisateur hongrois László Nemes en plongeant dans l’univers concentrationnaire nazi. Chaque film sur la Shoah est un...

Lire la critique

il y a 6 ans

1 j'aime