La nature de l'amitié /20

Avis sur Dersou Ouzala

Avatar JohaKeyz
Critique publiée par le

Début 1973, Mosfilm (grande société de production de l'union soviétique) souhaite travailler avec Kurosawa. Alors au plus bas suite a de multiples refus de projet et sa tentative de suicide en 1971, il leur proposa l'autobiographie de Vladimir arseniev s'appellant Dersou ouzala. Une adaptation qu'il souhaite faire depuis 1930. Il part 1 an et demi en union soviétique. L'accueil du film fut glacial au Japon mais dans le reste du monde, il eut un beau succès et quelques prix. Le film divise la critique. certains annoncent le déclin de Kurosawa, d'autres un de ses films les plus aboutis.
Et Je fais parti des amoureux du film, indéniablement. Avec Kurosawa, je suis passé par beaucoup d'émotions mais je n'avais jamais vraiment laché prise, toujours dans l'analyse. Ce film qui peut paraitre naif en apparence a su me toucher par sa simplicité au delà de quelconque aspect technique. Bien sur la mise en scène est excellente. La taïga russe inspire Kurosawa. Etant grand amateur de Ford, Certains panoramas sont époustouflants. Voir ces personnages se mouvoir dans ses grands espaces ou ces forets inextricables, nous fait relativiser de la puissance de l'Homme face à la nature. C'est d'ailleurs un des thèmes du film.
L'autre étant l'amitié entre Dersou et Arseniev. Il y a Toujours chez Kurosawa cette confrontation de deux mondes comme dans l'ange ivre (le médecin et le yakusa) ou Barberousse (le jeune médecin et le médecin expérimenté) ainsi que l'apprentissage. On pourrait croire que le capitaine Arseniev étant un homme civilisé prendrait le dessus sur Dersou (illétré, parlant très mal) mais il n'en est rien. Dersou a toujours l'ascendant puisque la nature est son élément. Il communie avec elle. Arseniev est fasciné par l'humilité du vieux Golde (origine du personnage). Et Cette belle amitié m'a profondemment ému. Mais au délà de ça, il y a cette nature hostile mais domptable et l'avancée de la civilisation qui détruit tout sur son passage. Tout en gardant son humanisme, Kurosawa a voulu montrer qu'il fallait rester en phase avec la nature. Au final un film dans l'air du temps.
La nature de l'amitié /20

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 29 fois
Aucun vote pour le moment

JohaKeyz a ajouté ce film à 1 liste Dersou Ouzala

Autres actions de JohaKeyz Dersou Ouzala