👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

A vrai dire, je ne sais par où commencer. Tant ce film m'a surpris. Je connaissais la réputation de Kusturica de faire des films un peu bordélique, bruyants, burlesque. Mais je ne m'attendais pas à tant de cohérence et d'émotions. Je me suis complétement laissé embarquer par l'ambiance, l'histoire, le peuple tzigane ayant pourtant un mode de vie aux antipodes du notre. Ce désordre colle parfaitement avec l'exubérance de ce peuple. La forme et le fond sont en symbiose parfaite.

Et pour ce qui est de la forme, Kusturica invoque le symbolisme. L'exemple le plus évident est le dindon représentant le parcours de Perhan voire même l'anticipation de son destin, ou le passage iconique de la saint George où la mise en scène oscille entre le rêve et la réalité. Et on retrouve ce symbolisme jusque dans la musique composé par Goran Bregovic (le thème Ederlezi est magnifique et chargé émotionnellement) qui est toujours le contrepoint de l'action. Cest pour ça que je parlais de cohérence, rien n’est hasardeux. Et la capacité de création du réalisateur est tel qu’il arrive à introduire en plus de cette maitrise formelle quelques hommages; parfois à travers les personnages comme Chaplin ou Bruce Lee parfois à travers la mise en scène avec Tarkovski ou Buñuel entre autres.

Des personnages, on retient surtout que la majorité des acteurs sont non professionnels. Et mise à part quelques-uns, l’ensemble des prestations sont très bonnes. La grand-mère tzigane est incroyable de naturel. Si bien qu’on se prend d’empathie envers ce peuple pourtant si loin des coutumes occidentales. Une autre raison est que le destin du héros empreinte largement à la tragédie grecque. L’innocence perdue à cause du désir de réussir par amour.

Kusturica a dit dans une interview qu’il n’était pas un Filmmaker (un faiseur de film), il se voyait plus comme un createur de film. La différence est mince mais tant son œuvre est à la fois burlesque, fantastique, onirique, joyeuse, drole et de l’ordre de la tragédie, je comprends ce qu’il a voulu dire. Il invoque la création comme la somme d’expérience, de Culture et d’émotions loin de tout procédé mécaniques. Un artiste rare, un film rare. Un chef d’œuvre formel et émotionnel.

Le temps des émotions /20

JohaKeyz
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a plus d’un an

1 j'aime

Le Temps des Gitans
Sergent_Pepper
8

Gitans de l’innocence.

Le Temps des Gitans est accompagné d’un sous-titre : Une histoire d’amour. On pourrait en être surpris de prime abord, tant la violence, la misère et le chaos semblent être les protagonistes de ce...

Lire la critique

il y a 5 ans

35 j'aime

2

Le Temps des Gitans
philippequevillart
9

Amour, haine et gallinacés

Sorti sur les écrans à la fin des années 80, Le Temps des Gitans fît figure d’ovni cinématographique. Convoquant à la fois le baroque Fellinien, la farce exubérante et la dramaturgie rocambolesque,...

Lire la critique

il y a 1 an

13 j'aime

9

Le Temps des Gitans
AnarchikHead
9

Tu vas chialer, c'est garanti

Mon cher Camille, Cette lettre est la plus sentimentale que je t'adresse depuis que je t'adresse des lettres. Bon, j'te demande pas si tu vas bien, hein ? Tu n'existes pas, tu te souviens ? Moi, je...

Lire la critique

il y a 8 ans

12 j'aime

La Légende de la montagne
JohaKeyz
7

L’esthétique au service du récit /20

Le réalisateur est non loin d’être le pendant chinois du japonais Akira Kurosawa. Je m’explique. Il a popularisé le film de sabre chinois (wu xia pian) au délà de ses frontieres comme Kurosawa avec...

Lire la critique

il y a plus d’un an

1 j'aime

Le Temps des Gitans
JohaKeyz
9

Le temps des émotions /20

A vrai dire, je ne sais par où commencer. Tant ce film m'a surpris. Je connaissais la réputation de Kusturica de faire des films un peu bordélique, bruyants, burlesque. Mais je ne m'attendais pas à...

Lire la critique

il y a plus d’un an

1 j'aime

Morse
JohaKeyz
8
Morse

Un très bon drame d’horreur /20

Un film revisitant le mythe du vampire. Le realisateur prend le partie pris de la mise en scène naturaliste, ancrant l’histoire dans une certaine réalité. Ne serait ce qu’avec l’arc narratif du...

Lire la critique

il y a 2 ans

1 j'aime