👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Les gens gobent tout ce qu'on leur donne

Pessoa a écrit : "Dans le poulailler qu'il ne quittera que pour mourir, le coq chante des hymnes à la liberté parce qu'on lui a donné deux perchoirs". Je suis parvenu à faire un rapprochement avec l'évolution de Tarantino : dans ce milieu du cinéma populaire duquel il ne peut s'évader sans satisfaire pleinement le public (c'est son dernier film, du moins c'est ce qu'on dit pour le moment), on lui a laissé ce simple choix, néanmoins cocasse, quant à la qualité du film, c'est-à-dire qu'il ne s'est pas vraiment démené pour réaliser cette "oeuvre de l'année".
Plutôt que de créer quelque chose qui aurait pu surprendre, satisfaire les amateurs du bonhomme depuis ses débuts, il a préféré laisser pousser le poil doré qu'il a au creux de la main : "Django Unchained", c'est un énième western, à propos d'une énième histoire de vengeance, avec le thème rongé jusqu'à l'os de l'esclavage, en ajoutant cependant sa petite touche à lui, son aura particulièrement salvatrice ("Inglorious Basterds" ne vaut pas grand chose à mes yeux sans ladite aura, nul besoin de développer, les arguments sont les mêmes que ceux énoncés dans cette critique). Il s'est contenté de ponctuer son non-film de dialogues d'ambiance, toujours ces mêmes répliques supposées cultes, en faisant jouer les grands pour rendre l'atmosphère toujours plus "spectaculaire" ; il a utilisé des techniques de caméra connues par n'importe qui ayant déjà regardé des westerns (hommage, mon cul), en multi-référençant chacune des scènes (hommage, mon cul) ; il s'est servi d'une bande-originale hors-du-commun pour impressionner le spectateur lambda ; les scènes sanguinolentes sont calquées sur celles de "Kill Bill" ; tout cela porté par un scénario extrêmement pauvre & bouclé par un final des plus classiques.
Tout n'est évidemment pas à jeter dans ce film, mais les éléments intéressants ne sont pas légion... On peut glorifier la beauté des décors, le jeu d'acteurs chaque fois déterminant dans le cinéma du bonhomme. On peut aussi s'extasier devant les références, s'amuser à les reconnaître. On peut interpréter certains détails subtils, comme le sang qui ne paraît être qu'une bouillie pleine de pus & de filaments charnels, symbole représentatif de la pourriture envahissant les âmes de ces américains pervertis. J'ai particulièrement apprécié la scène du nègre dans l'arbre, avec ce Django impassible, cette barbarie des hommes rappelant celle des nazis dans "Idi i Smotri".
J'en attendais bien plus de ce prétendu chef-d'oeuvre du "grand" Tarantino, mais je ne vois plus ce dernier que comme un cinéaste se reposant sur ses acquis (depuis "Boulevard de la mort"), préférant le succès global à la qualité ou la créativité. Pot-pourri indigeste de presque trois heures, "Django Unchained" ne mérite pas à mon humble avis tout ce succès qu'on lui accorde (oui je commence à en avoir assez qu'on me tabasse les tympans de "olala Inception/The Avengers/Django/whatever c'est troooooop bien, impossible de ne pas aimer"...), même s'il reste toutefois un agréable divertissement à l'humour saugrenu.
Satané
4
Écrit par

il y a 9 ans

82 j'aime

21 commentaires

Django Unchained
guyness
8

Quentin, talent finaud

Tarantino est un cinéphile énigmatique. Considéré pour son amour du cinéma bis (ou de genre), le garçon se révèle être, au détours d'interviews dignes de ce nom, un véritable boulimique de tous les...

Lire la critique

il y a 9 ans

339 j'aime

50

Django Unchained
real_folk_blues
7

Jamie nie Crockett

Salut, j’aime Tarantino et je t’emmerde (poliment, bien sûr). Certes, il est podophile (j’ai bien utilisé la lettre « o »), pas très agréable à regarder, parfois vulgaire, et un brin complaisant...

Lire la critique

il y a 9 ans

133 j'aime

50

Django Unchained
Nushku
7

Dragées Unchained

Le dernier Tarantino est un film des plus sucrés. Sucré avec tous ces accents chantants ; ce Sud pré-Civil War aux relents de southern gothic, aux plantations garnies de belles demeures ornées de...

Lire la critique

il y a 9 ans

105 j'aime

8

Utopia
Satané
4
Utopia

Légère déception

Si les premiers instants de la série "Utopia" étaient surprenants & d'une authenticité indéniable, il ne lui a cependant pas fallu très longtemps pour déchanter. S'étalant sur six malheureux...

Lire la critique

il y a 9 ans

50 j'aime

8

Elephant
Satané
4
Elephant

Cinéma indépendant : expérimentation ou fainéantise ?

C'est ce que je me demande. Ce film est chiant. Même s'il dure à peine plus d'une heure, on s'ennuie, on est las dès le début, car chaque scène est très lente. Heureusement qu'on n'est pas devant un...

Lire la critique

il y a 10 ans

40 j'aime

12

Pokémon Green
Satané
10

Ma toute première prise de drogue

"Pokemon Green" n'est pas le premier jeu-vidéo auquel j'ai joué, mais il s'agit quand même de mon initiateur au monde geek. Je suis né en 1991, & à l'époque, j'habitais dans le Pas-de-Calais. Entre...

Lire la critique

il y a 10 ans

38 j'aime

11