Affiche Domicile conjugal

Critiques de Domicile conjugal

Film de (1970)

La gerbille et l'hirondelle

Il y a plus d’un an maintenant, je vous parlais autre part de l’envie que j’avais eue de ne pas aimer Truffaut avant de voir les Quatre-Cents Coups. Sans abandonner ma résolution je me suis ensuite fait à l’idée que ce film était une exception, ce que le visionnage d’Antoine et Colette me confirmait un peu — malgré le moment où on voit comment fonctionne l’impression des disques —. Dans Damsels... Lire l'avis à propos de Domicile conjugal

17 2
Avatar Flagblues
7
Flagblues ·

Critique de Domicile conjugal par Truman-

Domicile Conjugal est la suite de Baisers Volés ( qui était lui même la suite des 400 coups ), ici Antoine s'est marié avec Christine et ils attendent un enfant . François Truffaut filme une fois de plus la vie tout simplement, quoi de plus simple me direz vous ? Pourtant c'est bien la chose la plus compliqué a transposer en images mais il le fait avec légèreté et une vision précise . Ici il... Lire la critique de Domicile conjugal

16 2
Avatar Truman-
8
Truman- ·

Critique de Domicile conjugal par Cinemaniaque

Largement supérieur à Baisers volés : Truffaut rend son film plus simple, plus accessible, peut-être au détriment de la poésie diront certains ; moi je trouve qu'il y gagne en maturité. C'est une vraie histoire ici, celle d'un couple qui s'aime, qui se décompose et se recompose. Claude Jade est tout simplement magnifique (j'en suis amoureux, j'avoue), et Jean-Pïerre Léaud cabotine moins, malgré... Lire la critique de Domicile conjugal

7
Avatar Cinemaniaque
7
Cinemaniaque ·

Missile conjugal

D'abord, il y a l'insupportable nonchalance de JP Léaud, aussi doué pour prendre une intonation qu'un chat pour aboyer. Je ne parle pas de la petite vie tranquille des nouveaux mariés, qui semblent ignorer toute forme de contingence matérielle. L'amour censé unir les époux sonne faux, de même que le théâtre des voisins qui vont et viennent, et l'on s'ennuie presqu'autant que Doisnel. Mais..... Lire la critique de Domicile conjugal

7
Avatar tizboe
7
tizboe ·

On en redemande

Il s'agit donc de la suite directe de "Baisers Volés" et de la narration des débuts en ménage du couple Léaud-Jade. Comme toujours chez Truffaut, les personnages secondaires sont très bien campés (Jacques Jouanneau est excellent). On retiendra de ce film (supérieur au précèdent parce que mieux structuré) l'entretien d'embauche, la serveuse nymphomane, les scènes avec la japonaise, la scène de... Lire la critique de Domicile conjugal

1
Avatar estonius
10
estonius ·

Fenêtre sur cour

C’est après une période difficile notamment liée à l’échec critique de La Sirène du Mississipi que François Truffaut décide de relancer plus vite que prévu la machine Antoine Doinel. Ainsi, en 1970 – soit seulement deux ans après Baisers volés – le personnage toujours campé par l’excellent Jean-Pierre Léaud nous revient pour... Lire la critique de Domicile conjugal

4 2
Avatar MonsieurBain
9
MonsieurBain ·

Doinel adulte ?

Domicile conjugal, ce n’est pas que Christine Darbon, c’est aussi Antoine Doinel, Doinel adulte. Doinel adulte (enfin ! si on peut dire que Doinel l’est, et le sera jamais…). Je ne trouve pas que ce soit bien réussi, même si c’est quelquefois assez drôle… C’est drôle mais, précisément, ça quitte un peu les rivages qui avaient donné tant de consistance au garçon triste des... Lire la critique de Domicile conjugal

1
Avatar Impétueux
7
Impétueux ·

Coup de coeur !

Une réalité de la vie de couple très juste et déconcertante. De la dérision et de l'absurde en-veux-tu-en-voilà. Un recueil de poésie. Mention spéciale pour le gars rencontré dans la rue qui cherche à emprunter du fric à Antoine Doinel. Lire la critique de Domicile conjugal

2
Avatar alexia123456789
9
alexia123456789 ·

Le bonheur, un état fugace

Dans ce troisième opus du quadriptyque Antoine Doinel, ce dernier (M. Jean-Pierre Léaud) se marie avec Christine Darbon (Claude Jade). Ils emménagent dans un logement modeste ; elle enseigne le violon, tandis qu’il enchaine des petits métiers aussi loufoques que peu adaptés à ce personnage lunaire. Leur relation se délite peu à peu. Le bonheur paraît une valeur éphémère, à laquelle ont peu... Lire l'avis à propos de Domicile conjugal

Avatar Alexandre Katenidis
7
Alexandre Katenidis ·

Critique de Domicile conjugal par Caine78

Première aventure d'Antoine Doinel que je découvre depuis « Les 400 coups », et une sacrément belle surprise. Non pas que je m'attendais à être déçu par l'immense François Truffaut, mais je suis constamment épaté par la façon constante dont celui-ci se renouvelle, nous offre des personnages croustillants, le tout avec une plume dont on déguste quasiment chaque mot. Quel délice de voir une... Lire l'avis à propos de Domicile conjugal

Avatar Caine78
8
Caine78 ·