Le show d'Eric Freeman !!!!

Avis sur Douce Nuit, Sanglante Nuit 2

Avatar Rick Jacquet
Critique publiée par le

Le premier Douce Nuit, Sanglante Nuit avait eu un petit succès, notamment lors de sa sortie en VHS, et un petit malin a du voir là une excellente occasion de se faire un peu plus d’argent. Les droits sont récupérés par Lawrence Appelbaum, qui décide alors d’embaucher Lee Harry, qui n’a alors rien réalisé ni écrit (il était de base monteur) pour remonter le premier film et y ajouter quelques scènes avec l’acteur Eric Freeman enfermé dans un asile. Lee Harry insiste pour tourner à la place un tout nouveau film, mais l’argent manque clairement. 250 000 dollars et 10 malheureux jours de tournage plus tard, l’équipe se retrouve avec un film, bien trop court cependant. Pas de soucis, il suffit d’ajouter 40 minutes provenant du premier film, et l’affaire est dans le sac. Faisons simple, Douce Nuit Sanglante Nuit 2 n’est pas un bon film, est un film opportuniste, feignant, tourné sans idées, avec des acteurs en roue libre, et contenant malgré lui une scène culte ! Aucune surprise dans le scénario, Billy était mort, c’est son frère qui prend la relève. Ah les traumatisés du père Noël ! Alors que l’on pense que le film va nous offrir une nouvelle histoire, un nouveau pétage de plombs, il n’en est rien, puisque Ricky (le grand, l’immense Eric Freeman) va parler à un psy et ainsi raconter le premier film…

Durant 40 minutes !!! Oui, les 40 premières minutes du métrages, à l’exception de courts passages chez le psy et d’une voix off, proviennent intégralement du premier film de 1984. Et moi qui criais lorsque Hidden 2 reprenait en ouverture les 15 dernières minutes du premier film… Là c’est l’intégralité du film qui se retrouve dans un nouveau métrage, avec quelques coupes… Seule consolation, les possesseurs du dvd français pourront savourer le premier film, en accéléré, et avec les voix originales, le dvd du premier film n’était qu’en VF tandis que ce second n’est qu’en VO. Si seulement, lorsque le film se décidait à être vraiment un nouveau film, cela valait le coup. Mais non. Le métrage, contrairement au premier, simpliste mais plutôt sérieux, et surtout honnête slasher, va dans une direction opposée, à savoir celle du nanar, du surjeu, du comme par hasard, de la débilité à chaque instant. Ricky raconte donc son passé au psy, accumulant les clichés, les scènes pas forcément bien réalisées, et on se rend alors compte de tout le talent d’Eric Freeman.

Ce mec ne sait que rire quand il est fou, faire les gros yeux avant un meurtre, et froncer les sourcils quand il se pose des questions. Du grand art ! Alors quand en plus, il se lâche dans les meurtres, ce n’est plus du grand art, mais du grand n’importe quoi. Empalé à coup de parapluie, c’est déjà gros (et c’est le premier meurtre), alors imaginez lorsqu’Eric Freeman est lâché avec une arme à feu dans la rue. Cela nous donne une scène culte, totalement débile, et affreusement mauvaise, avec des répliques tout aussi cultes et débiles, dont le fameux « Garbage Day » bien connu sur le net ! Mais… en réfléchissant, non en fait, c’est nul ! Douce Nuit Sanglante Nuit 2 est un ratage de tous les instants, une leçon de cinéma, sur ce qu’il ne faut absolument pas faire sur une suite. Ne jamais faire des meurtres ridicules dans un film sérieux ! Ne jamais ouvrir par 40 minutes du premier film ! Ne jamais embaucher Eric Freeman pour faire un tueur fou ! Cela n’a malheureusement pas arrêté la saga, qui connue encore trois suites.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 263 fois
5 apprécient

Rick Jacquet a ajouté ce film à 1 liste Douce Nuit, Sanglante Nuit 2

Autres actions de Rick Jacquet Douce Nuit, Sanglante Nuit 2