Broly's back for real

Avis sur Dragon Ball Super : Broly

Avatar Kevin Echallier
Critique publiée par le

Dragon Ball Super : Broly prend place à la suite de la (première ?) pause dans Dragon Ball Super, c'est-à-dire après le tournoi des univers. Un film qui reprend Broly, un Saiyan que l'on avait découvert dans un film OAV précédent mais qui n'était pas inclu dans l'histoire originale de Toriyama.

Tout commence par un prélude qui nous fait découvrir le moment où Freezer succède à Cold, son père, pour reprendre la tête de son empire et ainsi, la planète Végéta. On en découvre alors un peu plus sur l'Histoire des Saiyens mais surtout sur la famille de Goku, y apparaît enfin sa mère et les raisons du choix de l'envoie du jeune Kakarot vers la planète Terre, ce qui n'avait été que partiellement évoqué dans le film sur Bardock. Mais ce film concerne surtout Broly, un bébé Saiyan redouté par le roi Végéta à cause

d'un potentiel bien supérieur à celui de son fils, héritier du trône.

Il est alors expulsé sur une planète "hostile" et reculée sur laquelle il sera formé par son père à la survie.

Nous revenons alors à notre époque, enfin à l'époque où se déroule Super, Freezer entend dire qu'une Saiyan assoiffé de vengeance possède un fils à la force de combat très intéressante. Il en profite alors pour envoyer deux de ses sbires récupérer les sept Dragon Ball sur Terre en attendant son arrivée avec le jeune Broly pour affronter Végéta et Goku.

Passons maintenant à mon humble avis.
Commençons par les parallèles avec l'opus OAV de l'époque. Ici, le personnage de Broly n'est que très peu présenté car on le connait déjà du premier film, c'est un choix compréhensible mais je crois que présenter une deuxième fois Broly n'aurait pas été de trop. Cela ajouté à un montage beaucoup trop rapide tout le long du film nous laisse un métrage de seulement 78 minutes. Cela empiète sur ce qu'est avant tout Broly : un personnage ultra-badass, puissant à souhait. Dans ce film, on le voit devenir fou presque d'un seul coup alors que dans le film de Z, on sentait petit à petit à travers quelques indices, sa puissance inouïe avant le déferlement en plus de dessin qui mettent moins en valeur le décalage d'un Broly soumis au Broly incontrôlable et rempli de haine. D'ailleurs, Broly reste dans sa forme initiale pendant longtemps tandis qu'il devient Super Saiyen rapidement dans l'ancien opus, ce qui laisse un léger goût amer tant le Broly Super Saiyan pue le style.

Un point très important détache ce film du précédent : un scénario travaillé. Si l'opus Z était très concentré sur le personnage de Broly, celui-ci est très concentré sur l'histoire, ce qui est logique. Dans Z, nous avons à faire à une histoire qui se déroule hors du scénario original, inutile donc d'y mettre une histoire dingue, les scénaristes l'ont tant compris qu'ils avaient presque oublié de faire un scénario crédible et qualitatif : la folie de Broly contre Goku dûe aux pleurs de ce dernier lorsqu'ils étaient bébé, c'était pas terrible. Et puis nous avions très peu d'informations sur les Saiyens, les scénaristes n'avaient qu'exploré une faille, ou plutôt un vide, non, disons un espace, pour y inclure le passé de Broly. Ici, on reprend l'Histoire de ce peuple (dans ce même "espace") et on le convoite pour crédibiliser le tout et démarrer sur un enjeu véritable. C'est plus agréable, on aime lorsqu'on en sait plus sur l'univers Dragon Ball et puis cela fait de ce film un vrai film, non pas un épisode OAV long.

Qui dit Dragon Ball dit combat. Et là, wow. C'est un vrai combat, une baston comme on les aime, le truc est super bien géré. A vue de nez, 45mn de combat, ni trop court, ni trop long, mais surtout Super stylé : une montée en régime jusqu'au bout puisque Broly dont le potentiel se dévoile de plus en plus ne s'est jamais battu auparavant. On y retrouve toutes les attaques habituelles, un rythme fou, peu de dialogues pendant l'affront, un paysage qui se détruit au point de passer d'un extrême à l'autre, des couleurs magnifiques, un son agréable malgré quelques musiques pas terribles mais peu gênantes sur certaines séquences et un twist-plot niquel.

Le reproche numéro un que l'on peut faire à Dragon Ball Super c'est sa tendance à trop tomber dans le fan-service, un reproche que l'on fera moins avec ce film.

Quelques clins d'oeils trop évidents par-ci par-là et notamment le Gogéta tant attendu, bon ça c'est cool, qui découlera du même coup qui est arrivé à Trunks et Goten : les fusions foirées. Mais surtout le retour d'un personnage légendaire qui est Broly, pas sûr que son arrivée dans la série après ce film soit nécessaire où très cohérente, j'y laisse quand même une ouverture au cas où les scénaristes me fassent fermer ma bouche.
Et puis, Vegeta et Goku heureux à la fin du combat malgré l'obligation de fusionner pour vaincre Broly, je suis pas sûr que ce soit très juste. Tout comme le fait que Broly devienne gentil à la fin, c'est très intéressant mais c'est moins en accord avec son style pensé pour un méchant.

Après un premier visionnage, je préfère l'ancien opus pour une raison simple : on a vu un mythe, un monstre absolu dans un paysage chaotique. Ici, on voit un gentil devenir une brute incontrôlable sur Terre.
Fan de Dragon Ball, je vous conseille d'aller voir ce film qui est loin d'être mauvais, un scenario qui tient debout, un protagoniste pas complètement bien géré mais surtout un combat de haute qualité grâce à des animations absolument dingues. Un opus qui pose beaucoup de questions pour la suite de la série Super...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 112 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Kevin Echallier Dragon Ball Super : Broly