👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.


SPOILERS



Je suis totalement dégoûté. Totalement. Putain... la déception est à la hauteur de l'attachement que je peux avoir pour la saga. Mais quand même, quelle déception...

Chaque fois avec Dragon Ball Super, je suis dans l'ensemble déçu voire énervé, puis tout d'un coup, l'amorce d'une bonne idée arrive, je suis hypé, je crois que ça va repartir, puis la-dite bonne idée est encore gâchée comme toutes les autres. Il y a toutefois la jurisprudence Zamasu, qui a prouvé qu'ils étaient encore capable de faire, sinon un chef d'oeuvre, un arc intéressant et bien branlé. Puis après toujours la même soupe insipide.

Alors je pourrais vouloir être indulgent et vous dire que c'est pas ennuyeux et que ça dépote bien dans l'ensemble. Mais non. Ce film est très faible et, comme la quasi totalité de DBS, n'a pas compris ce qui faisait tout le sel de DBZ.

Ça commence pourtant pas si mal. Sur Végéta. Ou le Roi Cold vient présenter son fils aux saiyen en prenant bien soin d'humilier la famille royale. Broly, trop fort pour son âge, est exilé sur un astéroïde paumé pour ne pas faire de l'ombre au fils du roi. Et un peu plus tard, Bardock sent le coup fourré et exfiltre son fils avant que Freezer ne vienne déchaîner l'apocalypse sur la planète. Ce prologue permet d'ailleurs de croiser des têtes connues sans que ça fasse trop fan service puisque leur présence fait sens : Cold, Végéta, le commando Ginyue, Zabon, Dodoria, Nappa, Raditz, etc. En outre, il contient la meilleure scène du film : celle ou Bardock et Gine font leurs adieux à leur enfant. La scène, plutôt émouvante, est réussie, d'autant que la relation Bardock / Goku n'a jamais été approfondie, c'est sympa de les voir interagir. Mais si sympa que soit ce prologue, il contient déjà les germes de la foirade a venir. Oui puisqu'il y a un prix à payer pour ces quelques minutes : la "réécriture" des histoires de Broly et Bardock. Ou plutôt leur écriture officielle dans le canon. Sauf que chacun d'entre nous a en tête leur anciennes versions. Et comme la comparaison va très rapidement se faire au détriment de la nouvelle, l'énervement ne tarde pas a pointer le bout de son nez.

Je passe rapidement sur Bardock. Sa nouvelle version ne me dérange pas trop, c'est juste que le film original était tellement culte, que ça me gonfle qu'ils aient pas écrit une histoire qui, au moins, colle avec le-dit film et y fasse référence pour pouvoir le rendre canon également. Grosse occasion manquée aussi pour qu'enfin Goku s'intéresse à son père. Je ne sais pas moi, Paragus qui dirait "Tu me rappelles Bardock, un sacré guerrier." Et Goku, qui, plus tard, à l'agonie, se souviendrait de son père pour retrouver des forces in-extremis, par exemple. Mais bon oublions Bardock, qui n'est pas du tout le sujet du film.

Alors Broly. Eh bien Broly - et ce film par extension - est le symptôme de tout ce qui ne va pas dans DBS. Un ton 100 fois trop léger, des enjeux inintéressants voire inexistants, et l'incompréhension totale de ce qui fait une bonne histoire. C'est pas tant sa nouvelle histoire a Broly qui est nulle, au contraire même, mais plutôt la manière dont elle est racontée, et ce que ça implique. Broly a passé toute sa vie dans un trou paumé avec son père (qui a quand même réussi a lui bricoler un collier électronique, que Broly n'a jamais su arracher malgré sa monstrueuse puissance, mais bon hein...). Et le personnage n'existe que par sa vision étriquée vis-a-vis de Paragus, son père. Ce dernier l'a élevé et endurci dans un but de vengeance, et l'a électrocuté pour pouvoir le contrôler, du coup ils ont une relation un peu tordue et Broly déteste et respecte son père. Sauf que ça rend Paragus presque plus intéressant que Broly, qui lui, n'a aucun intérêt, et s'exprime très peu d'ailleurs. Dans le film original, pour pallier à cela car le personnage souffrait aussi de ça d'un point de vue narratif (c'était même presque pire avec le coup des pleurs de bébé), ils en avaient fait un vrai méchant totalement sadique, dévoré par sa volonté de nuire, une vraie menace, et donc de vrais enjeux se créent.

Mais là non, ce n'est même plus un méchant. Je vous jure. D'ailleurs Broly ne tue personne du film. Non, personne. Même pas un putain de sous fifre de l'armée de Freezer. Alors oui, il affronte les héros parce qu'il perd ses nerfs et attaque tout le monde mais c'est d'avantage devenu une bête sauvage qu'autre chose, il est brutal parce qu'il a perdu le contrôle. On est loin, très loin du saiyen hyper cruel et psychopathe du film original qui faisait froid dans le dos. Qui était brutal en toute conscience et qui y prenait un plaisir sadique. Qui explosait avec nonchalance une planète sous les yeux de son propre peuple. Qui assassinait froidement son propre père. Là on a un Broly souriant qui a la fin, pourrait très bien intégrer la Z team. Alors c'est un choix hein. Peut-être ça plaira. D'ailleurs ça aurait pu marcher s'ils avaient poussé le truc jusqu'au bout car l'origine story est pas si mal : Broly a perdu 30 piges coincé sur une planète minable, il y a quand même de quoi nous faire aimer ce personnage et son père, nous y intéresser. Mais non, soit c'est pas montré, soit c'est mal fichu donc, on ne ressent rien pour ce personnage. Même quand il perd son père. Et j'ai trop le souvenir du film original, de la formidable dramaturgie qui s'en échappait, et je ne peux qu'être déçu par ce personnage qui m'évoque d'avantage un raté comme Kalé.
Ah si, ya une bonne scène ou Broly est un peu développé : quand il raconte qu'il avait un ami, et que son père a zigouillé la bestiole pour pas qu'il devienne une couille molle et qu'il retourne s’entraîner. C'est tout.

Du reste, auraient-ils voulu faire de Broly un vrai méchant que ça n'aurait pas suffi a créer des enjeux : c'est presque devenu impossible dans cette saga, tant les filets de sécurité pour annihiler toute possibilité de vrais dégâts irréparables ont été multipliés (fusions, les dragon ball, Whis, Beerus, etc.). A cela s'ajoute le fait qu'a moins de vivre dans une grotte, vous savez déjà que Goku et Végéta vont fusionner et que Gogéta va régler le souci.

Et quand bien même, le ton du film est vraiment trop léger. Alors entendons nous bien, je suis pas contre l'humour dans DBZ, bien au contraire. Mais il doit être dosé, et il ne doit pas se faire au détriment du dramatique. Dans le film Broly original, ça démarrait sur une scène marrante avec Krilin qui chante je ne sais plus quoi comme une merde, il y avait des vannes par ci par là, et quand il fallait être sérieux parce qu'il y a danger, on savait se tenir. Là non. Jamais, croyez moi, vous ne ressentirez la notion de danger dans ce film. Tout est fait pour que ce soit un divertissement oubliable qui s'intègre dans une histoire qu'on peut vendre aux gamins.

Est-il besoin de le préciser, le film n'est pas violent. Ou plus exactement, il est faussement violent. On me répondra "mais si, Broly envoie des énormes mandales". Oui oui, mais non. La mise en scène annihile la violence des coups. On est loin de l'affrontement à mort du film original dont on ressent presque les coups. Là c'est violent narrativement mais pas dans le ressenti. Ah et bien sûr, pas de sang, jamais, faut pas exagérer. Çà pourra être diffusé sur Toonami sans censure d'aucune sorte.

Et puis j'en ai marre marre qu'ils rendent Goku débile comme ça. Merde quoi. Il ne comprend même plus le sens de certains mots. C'est plus le gentil naïf, non, c'est un gros con. Et que dire de ce pauvre Freezer, qui glisse dangereusement vers un rôle de C3PO (dont il a presque la même voix française d'ailleurs), c'est a dire un sidekick comique pas drôle qui fait aussi sac de frappe ? Notons quand même l'assassinat de Paragus à son crédit.

Il y a également quelques nouveaux persos. Outre Gine, peu exploitée, il y a une nana de l'armée de Freezer, dont j'ai déjà oublié le nom, mais qui occupe pas mal de temps à l'écran parce qu'elle a sympathisé avec Broly le taiseux ténébreux. Il aurait d'ailleurs été 100 fois plus intelligent qu'elle ai un rôle dans la victoire, comme parfois les faibles en ont un dans DBZ (Yajirobé avec Vegeta, Satan avec Buu etc..) au lieu de privilégier la force brute de Gogeta, comme par exemple qu'elle arrive a calmer un Broly sur le point de tuer tout le monde. Qu'elle en meure. Et que Broly se repente. Ça aurait été un peu plus intéressant d'un point de vue tragédie. Mais non, ils y ont pas pensé.

Mais du coup, il raconte quoi ce film ? Si Broly n'est pas intéressant, si on raconte rien de passionnant ? Il y a vaguement un prétexte et un objectif à la venue de Freezer sur Terre, que je ne vous dévoile même pas, on est dans l'humour Toriyamesque (qui, à ce stade du film, ne me gène pas forcément vu qu'on est pas rentré dans le dur). Eh bien je vous le donne en mille ce que ça raconte : vous êtes venu voir de la bagarre. Parce que dans l'esprit de la Toei, c'est tout ce que veulent voir les fans : des caméos clin d’œil et de la bagarre. Mais pas une bagarre à la Saint Seiya ou à la Broly original, c'est à dire un affrontement intense narrativement qui raconte quelque chose. Non, là c'est la bagarre pour la bagarre. C'est tout. Une chorégraphie de bambam, un spectacle de frappe. Comme trop souvent malheureusement dans DBS. Ya même un moment ou ils font semblant de vouloir rendre le combat intéressant quand Goku arrive a immobiliser Broly pour lui parler. Mais en fait non, ça ne mène nulle part, 3 secondes après, cette amorce de scénario est tuée dans l’œuf. Alors si vous aimez la bagarre "froide", c'est a dire sans enjeux, vous pouvez oublier ce que j'ai dit, vous allez être comblés, puis qu’a ce jeu ils sont assez généreux. Toute la seconde moitié du film est consacrée à l'affrontement entre Goku Vegeta et Broly. Et oui, cet affrontement, si on omet tout son contexte, tient certaines promesses.

De mon côté, j'ai regardé ce combat de titans avec un mélange de déception, et de divertissement. En clair, on s'ennuie pas, on vibre pas non plus. Esthétiquement, l'animation est enfin au rendez-vous, il était temps. Je rajoute, que, si ce n'est pas moche, la nouvelle esthétique en vigueur depuis DBS est trop lumino-colorée, je ne saurais pas trop le décrire. Trop "numérique" et pas assez "dessinée". Je ne suis pas du métier donc je n'ai pas les bons mots, mais je regrette l'âpreté des dessins d'origines. Les corps sont d'ailleurs beaucoup moins mis en valeur. J'aime pas trop le nouveau design de Broly non plus, je préférais l'ancien, plus menaçant. Et aussi, la musique : bah pas terrible. C'est pas nul non plus, mais comme dans DBS, ça accompagne pas trop mal sans que ce soit jamais vraiment marquant. Et ya des passages musicaux malaisants quand même, faut entendre le "GO GO Gogéta !"...

On note quand même quelques plans particulièrement soignés, pour pas être vache. Un effondrement de tout le décor notamment. On note aussi une nouvelle forme de montage pendant la bagarre ; en effet on est à la limite du Jason Bourne par moments. C'est étonnant mais pas forcément désagréable, ça donne du punch ; bien utilisé avec des enjeux ça aurait même pu envoyer du bois. On note également des passages en vue subjective, rarement (voire jamais ?) utilisés dans tout Dragon Ball. Donc quelques idées de mise en scène pas dégueu.

Mais aucune implication. Pif dans le nez, paf dans le bide, on galère, on passe par toutes les couleurs de cheveux (sans que l'intensité de l'affrontement ne change d'ailleurs, mais c'est pas nouveau dans DBS), et à la fin, surprise ! Gogéta débarque et règle l'affaire. Rideau. A propos de Gogéta d'ailleurs, il me semblait que dans le canon, il fallait 2 individus de même taille pour pratiquer la fusion... enfin bon on est plus à ça près. La bonne idée finale, a savoir que Broly apaisé retrouve son amie la bestiole, ils ne l'ont pas eu. Même l'Ultra Instinct est laissé au placard, ce qui n'est pas forcément incohérent narrativement, on peut penser que Goku ne le maîtrise pas bien, mais bon dans la mesure ou c'est LA seule transformation qui apportait vraiment du neuf, du bon neuf, depuis des plombes dans DBZ, jusque dans la mise en scène et la manière de se battre, pour le coup j'aurais aimé la voir contre Broly.

Donc voilà, une énorme déception de mon côté, énervante, agaçante, à la hauteur de l'attente qu'ils ont suscité. Je le rangerais dans les films DBZ les plus ratés, au dessus quand même de Broly 2 et Bio-Broly. Un film 100 coudées en dessous de l'intensité de l'original, a des kilomètres de la beauté et de l'émotion de films comme Trunks, Bardock ou Thalès ; un film qui ne saura contenter que ceux qui ont la chance de savourer une bonne bagarre basique. Les vieux fans comme moi, eux, préféreront oublier que ce film existe, et iront revoir les vieux films pour se consoler.

Cage
3
Écrit par

il y a 3 ans

3 j'aime

Dragon Ball Super : Broly
Behind_the_Mask
7

Le cas Méha Méha

Fin des années 80. Une époque bénie pour toute une génération d'enfants. Le mercredi après-midi de la première chaîne nous est totalement consacré. Et le samedi matin aussi. Les vieux faisaient la...

Lire la critique

il y a 3 ans

19 j'aime

5

Dragon Ball Super : Broly
Moizi
1

Je cherche toujours le cinéma

Je ne comprends pas ce film ni son intérêt. On reprend un personnage apprécié d'un ancien OAV, je crois que c'est le seul OAV que j'ai avec peut-être celui sur Cooler, je ne suis plus sûr (et les...

Lire la critique

il y a 3 ans

17 j'aime

14

Dragon Ball Super : Broly
Docteur_Jivago
7

Éclate-Roc

Après la venue de Beerus et le retour de Freezer, qui faisaient office d'introduction à Dragon Ball Super, c'est autour de Broly d'être le sujet d'un film, se déroulant après le tournoi de l'Univers,...

Lire la critique

il y a 2 ans

16 j'aime

7

Girls with Balls
Cage
5

Un Wrong Turn français sympathique

Une équipe de volley féminine se perd dans la forêt et finit traquée par des bouseux hirsutes. On a donc une sorte de Détour Mortel français, dans lequel on aurait intégré une grosse dose de...

Lire la critique

il y a 3 ans

6 j'aime

Dragon Ball Super : Broly
Cage
3

Une foirade à la hauteur des attentes

SPOILERS Je suis totalement dégoûté. Totalement. Putain... la déception est à la hauteur de l'attachement que je peux avoir pour la saga. Mais quand même, quelle déception... Chaque fois avec...

Lire la critique

il y a 3 ans

3 j'aime

The Man from Earth: Holocene
Cage
7

Un film passionnant qui marche dans les pas de son modèle

J'étais déjà parmi les grands admirateurs du 1er film, et alors que je craignais cette suite tardive autant qu'une séance chez le dentiste, au contraire j'ai été totalement conquis. John Oldman est...

Lire la critique

il y a 3 ans

3 j'aime