C'est nous qu'on mène en bateau !

Avis sur Dunkerque

Avatar 270345
Critique publiée par le

C'est un film "tape à l'oeil", bouffi de ces gadgets à sensation comme l'Amérique les aime !
C'est aussi truffé d'erreurs, d'anachronismes, il n'y a qu'un erstaz de scénario : tout est dans l'image. Ah si quand même, outre ses trois Oscars, le film a reçu en France le grand prix de Damvix pour ses dialogues !
L'histoire et ses détails ? Le producteur-scénariste-réalisateur s'en moque éperdument : seules compte à ses yeux les images ! Et quelles images, reconnaissons-le...
Alors coupons toute de suite le cou à un canard boiteux : en ces années-là, il n'y a jamais eu de plage à Dunkerque : tout au moins en ces années-là... Tout comme à Saint-Tropez. La ville abritait un port en centre-ville, et c'est tout (deux de nos jours) La quasi-totalité de la ville a du reste été détruite durant cette seconde guerre mondiale...
La plage qui jouxte Dunkerque s'appelle Malo les Bains et n'a été fusionnée à Dunkerque qu'en 1969.
Ce n'est qu'un "détail de l'histoire" me direz-vous ? Certes... Mais il est de taille et ceux qui veulent en savoir plus sur la géographie du tournage le découvriront dans Wikipédia !
Pour les amateurs du genre, ce film est donc seulement et avant tout ce que naguère on appelait une super-production : tout y est démesuré : son budget pharaonique (avoué) de 100 MM de dollars, 1500 figurants, 20MM de dollars pour Nolan plus 20 % des recettes à venir. Confortable si l'on pense que rien qu'en France, 2,5 MM de spectateurs se sont rués dans les salles. Enfin, le procédé d'enregistrement a été réalisé selon le de"nec ^plus ultra" des pellicules modernes mais bien peu de salles équipées en ont pu en bénéficier de toutes les qualités. Quant au résultat à la télé, il est déplorable car la technique est inadaptée.
Bref, si les images ont été l'objectif premier du tournage (jeu de mots), on s'ennuie ferme face à un scénario limité, et faute de dialogues : j'ai plaisanté tout à l'heure en disant qu'ils avaient été couronnés d'un prix ! Ne parlons pas des acteurs : des inconnue parmi lesquels toutefois Mark Rylance se distingue...
La seule chose positive aura été les retombées positives du film sur l'économie dunkerquoise, peut-être aussi la renommée de la ville qui avait payé un lourd tribut à cette guerre.
Mais en définitive, je préfère et de beaucoup un film de guerre qui s'est tourné à quelques encâblures de là : "Week-end à Zuydcoote" bien plus palpitant et moins artificiel !
la une RTBF le 16.09.2019

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 79 fois
1 apprécie · 1 n'apprécie pas

Autres actions de 270345 Dunkerque