👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Un grand nez pour un film plutôt moyen.

Le panache de Cyrano a-t-il réussi à fendre la scène pour s'immiscer sur grand écran? Pour beaucoup, Cyrano c'est Depardieu. Les aventures du gascon sont si extraordinaires, quel réel intérêt de nous conter les difficultés de son auteur, à savoir Mr Edmond Rostand?

Le film d'Alexis Michalik commence mal. Très mal! Tels de vulgaires débutants en première année au Cours Florent, les comédiens débitent leur texte de façon outrageuse, l'air pincé et les yeux perpétuellement écarquillés. On nous vend un Paris du XIX désuet, enlaidi par des extérieurs entièrement numérisés. Le pauvre Edmond est esseulé, incompris, agaçant, mauvais! De manière générale Thomas Soliveres n'aide pas à apprécier le dramaturge, il n'en a pas la carrure et son registre se limite à du vulgaire vaudeville.

Soudain une idée surgit dans la caboche d'Edmond. Il retranscrit ses vers, sa vie dans une pièce qui semble n'être qu'une nébuleuse ébauche. Le plaisir arrive. Olivier Gourmet, fantastique en comédien sur le déclin ET en Cyrano propulse le film. Les seconds rôles s'enchaînent et la plupart sont excellents, exception faite de Lucie Boujenah - une Roxanne bien fade... Edmond reste médiocre mais il est sauvé par ses camarades. Les vers touchent et on va de péripétie en péripétie. Des péripéties irréalistes car si Edmond Rostand a eu du mal à monter son chef-d'oeuvre il était déjà un auteur reconnu et apprécié par ses pairs, loin de l'image romantique vendue par Michalik.
Le metteur en scène joue avec l'Histoire mais nous régale de petites histoires.

Edmond est limité par sa réalisation, trop théâtrale et tape à l'oeil. Le film reste en surface mais il divertit son public, multiplie les clins d'oeil et les piques verbales bien senties. La fin est attendue mais elle est magique car Cyrano de Bergerac c'est la pièce française par excellence et même sur grand écran elle reste grandiose tant que ses interprètes sont habités par la grandeur de l'homme au grand nez. À la fin de l'envoi je touche? Disons qu'il effleure et c'est un moindre mal.

Wynner92
6
Écrit par

il y a 3 ans

2 j'aime

Edmond
Sergent_Pepper
7
Edmond

Course en scène

Alexis Michalik l’a dit très tôt : sa pièce de théâtre, immense triomphe des saisons précédentes sur les planches, fut d’abord un projet cinématographique. Son adaptation à l’écran est donc à voir...

Lire la critique

il y a 3 ans

48 j'aime

6

Edmond
LADYA
5
Edmond

EDMOND : Les Grosses Ficelles et l'éloge du Factice.

Nous ne ferons pas un procès en originalité à ce film, même si écrire sur la genèse imaginaire d'un chef-d’œuvre est un mode de mise en abyme assez fréquent (on pense à Shakespeare in Love qui était...

Lire la critique

il y a 3 ans

35 j'aime

3

Edmond
Plume231
8
Edmond

Et il tire sa plume !

Dans Edmond, Alexis Michalik (qui a adapté et réalisé lui-même le passage du théâtre au cinéma de sa pièce !) n'a nullement l'ambition de faire dans le biopic traditionnel, mais a choisi plutôt de...

Lire la critique

il y a plus d’un an

33 j'aime

6

Kingsman - Le Cercle d'or
Wynner92
5

Elton John... Vraiment?

Mais qu'est-il arrivé au charme et à l'élégance britannique? Kingsman premier du nom était une perle d'inventivité pop soutenue par un flegme soooo british qui soufflait un vent de fraîcheur dans le...

Lire la critique

il y a 4 ans

38 j'aime

Terminator : Dark Fate
Wynner92
6

Tu veux dire que ce film peut copier tout ce qu'il touche?

Il avait dit qu'il reviendrait. Schwarzenegger ? Non, Cameron. On fait table rase des trois derniers opus de l'immortel machine tueuse et on obtient Terminator : Dark Fate, suite canonique du...

Lire la critique

il y a 2 ans

22 j'aime

1

Les Enfants de la mer
Wynner92
3

Ecstasy japonaise sous-marine.

Les lumières s'éteignent et après une dizaine de minutes en somme très classiques on se dit que l'on va passer deux heures à regarder un énième anime traitant de l'adolescence, de l'amitié, de la...

Lire la critique

il y a 3 ans

17 j'aime

17