👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Dans Edmond, Alexis Michalik (qui a adapté et réalisé lui-même le passage du théâtre au cinéma de sa pièce !) n'a nullement l'ambition de faire dans le biopic traditionnel, mais a choisi plutôt de faire de noms réels des véritables personnages de comédie.

Ce parti-pris assumé ne me déplaît nullement, car celui-ci est un prétexte parfait pour en apporter un autre qui m'a beaucoup touché : la passion de nos mots.

Cyrano de Bergerac, en plus d'avoir l'infime honneur d'être la pièce de théâtre française la plus célèbre au monde, en plus de nous faire respirer à pleins poumons ce qu'est l'esprit français avec une force et un panache inégalés, est une véritable déclaration d'amour à la langue de Molière.

Michalik nous fait revivre la richesse et la flamboyance de ce français magnifique, qui a été maltraité, égratigné, volontairement appauvri depuis des décennies, à coups de dialogues ostensiblement littéraires, parfois même en vers, déclamés par des comédiens aux petits oignons, enthousiasmés par ce qu'ils jouent (mention spéciale à un truculent Olivier Gourmet !), jusqu'au plus petit second rôle. C'est une caresse pour les oreilles et cela va au plus profond du cœur.

Quant au schéma narratif adopté, la revanche du perdant, il est classique, mais il est à jamais destiné à être un des plus efficaces et prenants, l'être humain ayant toujours besoin qu'on lui donne de l'espoir. Edmond Rostand, grand spécialiste du bide d'avant 1897, va tel un éclair, d'une manière foudroyante, atteindre les cimes comme personne ne l'avait jamais fait auparavant.

On ne remerciera jamais assez Michalik de nous faire vivre tout cela. On aura juste comme seul regret de constater que le cinéma français ne nous propose que très rarement ce genre d'oeuvre.

Plume231
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Les meilleurs films avec Olivier Gourmet et Les meilleurs films avec Dominique Pinon

il y a plus d’un an

33 j'aime

6 commentaires

Edmond
Sergent_Pepper
7
Edmond

Course en scène

Alexis Michalik l’a dit très tôt : sa pièce de théâtre, immense triomphe des saisons précédentes sur les planches, fut d’abord un projet cinématographique. Son adaptation à l’écran est donc à voir...

Lire la critique

il y a 3 ans

48 j'aime

6

Edmond
LADYA
5
Edmond

EDMOND : Les Grosses Ficelles et l'éloge du Factice.

Nous ne ferons pas un procès en originalité à ce film, même si écrire sur la genèse imaginaire d'un chef-d’œuvre est un mode de mise en abyme assez fréquent (on pense à Shakespeare in Love qui était...

Lire la critique

il y a 3 ans

35 j'aime

3

Edmond
Plume231
8
Edmond

Et il tire sa plume !

Dans Edmond, Alexis Michalik (qui a adapté et réalisé lui-même le passage du théâtre au cinéma de sa pièce !) n'a nullement l'ambition de faire dans le biopic traditionnel, mais a choisi plutôt de...

Lire la critique

il y a plus d’un an

33 j'aime

6

Dunkerque
Plume231
5
Dunkerque

Une plage si propre !!!

Lorsqu'il y a un fort enthousiasme autour d'une chose ou d'une personne, le cas qui énerve le plus c'est lorsqu'on ne le partage pas. Je ne parle pas ici d'enthousiasme autour d'un film mais autour...

Lire la critique

il y a 5 ans

120 j'aime

26

Promising Young Woman
Plume231
7

The Nice Guys!

L'ère #MeToo est passé par là et on ne peut pas parler de ce film sans l'évoquer. C'est impossible, car ce mouvement imprègne l'ensemble jusqu'au plus profond, jusqu'au titre même. Ce dernier est un...

Lire la critique

il y a plus d’un an

112 j'aime

10

Adieu les cons
Plume231
7

Les Temps modernes !

Le nihilisme décomplexé des premiers films de Dupontel a totalement laissé la place à l'humanisme généreux, mais pour voir une œuvre aussi sombre et aussi désespérée (on a envie de dire réaliste dans...

Lire la critique

il y a plus d’un an

100 j'aime

7