Le jour de la marmotte

Avis sur Evangelion 3.0 : You Can (Not) Redo

Avatar Tanaziof
Critique publiée par le

Anno est un peut-être un génie, ou un grand maître troll.
La fin de ma série n’a pas plu ? Pas grave, je vais vous sortir deux films, regardez bien mon majeur, je le déplie tout doucement. Toujours pas satisfaits ? Pas de souci, je reviens aux affaires avec quatre nouveaux films qui répondront à toutes vos questions, avertissement ça va peut-être picoter sur la fin.

Bref, autant être prévenu, après deux films plutôt simples en comparaison des standards de la série, Anno refait le coup et Evangelion revient à des bases scénaristiques plus traditionnelles dites du « mais qu’est-ce que… hein ?? » faisant de nouveau patauger les forums du monde entier.

Et donc, selon que l’on s’intéresse à Evangelion au premier degré ou à sa symbolique, on sortira plus ou moins satisfait de ce troisième film. Au premier degré, c’est un véritable naufrage. Naufrage scénaristique bien sûr puisqu’on n’y comprend rien et que l’incohérence de l’ensemble lui vaudrait aisément un aller simple pour nanarland, naufrage artistique aussi avec des nouveaux Eva aux designs hautement ridicules. Citons, pour l’exemple, le fascinant mode berserk de l’Eva 02 (pitié) et le non moins nullissime Wundermegazord avec option mixeur, sorti de Gurren Lagann ou de Power Rangers, on ne sait pas trop. J’attends désormais avec impatience le quatrième film et son Eva inspiré par un authentique Malabar bi-goût.

Sinon l’idée de base est loin d’être mauvaise et les perspectives ouvertes par le choix scénaristique principal sont même diablement excitantes, seulement voilà, il n’y a absolument aucun développement passé les trente premières minutes, le film sombrant dans une auto-caricature de la série et dans un fan service grossier. Mais ça, Anno il s’en fout, les anges, la NERV, plus rien à péter, Misato et Asuka sont des figurants et les événements défilent à toute vitesse parce qu’il le faut bien. Seul Shinji compte, c’est lui qui va porter le message final (mais il est toujours nul vous inquiétez pas). Le reste ? Pfft, qui s’en soucie?

Pour expliquer tout ce bazar, un consensus semble apparaître sur la toile autour de la « théorie de la boucle », répétition perpétuelle de l’histoire dont seul Shinji et Kaworu assure la continuité. Assez ironiquement, je pense qu’il y a du vrai là-dedans, mais seulement au niveau symbolique, car en effet l’histoire se répète et le piège est bien en place. Ne reste plus qu’à savoir si le message sera positif, comme dans la série, ou profondément désespéré comme dans The End of. Certains détails ainsi que le choix probablement pas anodin des chansons de fin me laissent penser que le final sera franchement optimiste. Douloureux, mais optimiste.

En revanche, si vous vous attendiez à voir Evangelion enfin épuré de ses prétentions philosophiques, vous allez vous taper la tête contre les murs. Puisqu’on vous dit que l’histoire se répète…

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2219 fois
23 apprécient

Autres actions de Tanaziof Evangelion 3.0 : You Can (Not) Redo