Ancien temps contre nouveau monde.

Avis sur Excalibur

Avatar Ravages blog
Critique publiée par le

J'ai revu Excalibur ce soir.

1) j'avais un souvenir incroyable d'une séquence, vers la fin, où toute la nature renaît au passage du roi Arthur. Je préviens ma femme: tu vas voir comme c'est extraordinaire. La séquence arrive, je retiens mon souffle comme l'enfant que j'étais quand j'ai vu le film il y a longtemps... Mais la séquence ne dure que quinze secondes et quatre plans. Ma femme rigole. Et pourtant je reste sidéré par la beauté des images.

2)le film raconte, a travers toute l'histoire d'Arthur, comment l'on passe d'une époque de magie et de dragon a une autre époque, celle des hommes monothéiste qui s'interdisent une Histoire plus grande qu'eux, condamné à l'oubli et a l'ignorance.
Excalibur est l'allégorie de cet ancien monde et le Graal son antithèse.

3)le film s'intitule Excalibur car il épouse ce récit, cette allégorie, l'incarne. Le film a plus de quarante ans et reste a rebours de ce qui se fait aujourd'hui, quand on voit tout ces films fait a la chaîne et sans âme.... Finalement, c'est un peu comme si, pour le cinéma aussi, il y avait eu un avant et un après. C'est comme si tout ce cinéma d'avant n'était plus évoqué aujourd'hui que comme un long poème arthurien, quelque chose d'oublié mais de fondateur, un peu comme une légende.

C'est quelques plans d'Arthur traversant une nature renaissante, c'est une légende, une séquence fondatrice, un souvenir extraordinaire de ma jeunesse cinéphile qui se rappelle à moi. Ces quelques images, impossible à filmer aujourd'hui telles quelles (surimpression vieillotte et arbres en fleurs non numérique), demeurent en moi comme le souvenir d'un âge d'or.

Le DVD d'Excalibur s'est imposé a moi, presque spontanément tandis que je cherchais un film a voir. Telle l'épée, a la fin, lancée dans la mer et rattrapée par la dame du lac, le DVD d'Excalibur retourne dans cet océan de films. Avec la promesse hésitante d'un Arthur solitaire et mourant qu'un jour elle jaillira de nouveau pour trouver un roi.

Tandis que le film, fini, réclame que les lumières de la salle se rallument, moi, je repose ma télécommande , je tire la couverture vers moi et j'éteins ma lampe de nuit.
Ancien temps contre nouveau monde.
A chaque fois.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 51 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Ravages blog Excalibur