👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

On ne fait pas de remake sans casser des couilles

Le père Haneke ne s'est pas gêné pour remaker son film à l'identique, pourquoi que moi je pourrais pas faire de même avec ma critique, à deux trois trucs près ?

Papa, maman, le p'tit à l'arrière, le bateau sur la remorque, musique classique sur la route, enfin les vacances, quoi de mieux que de rejoindre sa maison de campagne au bord du lac, parties de golf et jeux en famille au programme, ce séjour s'annonce des plus charmant... jusqu'à l'arrivé de deux jeunes en short.

Michael Haneke choque avec un thriller malsain et joueur, il prend tout le temps qu'il veut pour nous faire suivre et subir le sort de cette famille tranquille, qui voit deux jeunes sans aucun doute fils de bourgeois ennuyés du quotidien s'incruster chez eux pour jouer à un jeu sanglant.
Aucune musiques mise à part celles en voiture au début et ce morceau hard rock qui hurle et promet un moment jouissif, tout n'est que souffrance et amusement dans ce huis clos des enfers. Michael Haneke ne sais et ne veux pas édulcorer une histoire et c'est tant mieux, car ça peut aussi bien choquer qu’impressionner, une fois encore l'hyper réalisme voulu par le monsieur se fait ressentir, peut être même plus que jamais. En plus de cela, il s'amuse à travers les personnages des deux cinglés à parler au spectateur face caméra, comme une provocation à laquelle on ne pourrait rien faire. Il y'a donc deux moyens de vivre cette expérience, soit souffrir avec cette famille et rager devant ces imbéciles, soit jouir de la situation, car au final, que veut-il nous faire ressentir ce film ? Le dérangement, l’indifférence ou l'amusement ?

Quoiqu'il en soit, c'est à travers une mise en scène patiente et cruelle que nous plongera Haneke, il n'y va à aucun moment avec le dos du club de golf, sang, sueur, salive, honte, humour même, comme cette scène avec la télécommande à la fin, sorte de faux espoir bien salaud. Ici seul l'espoir est permis, car comme tout bon citoyen, on a envie de voir gagner les gentils à la fin... ou pas d'ailleurs, mais la justice est-elle de ce monde, réellement ?
** Tim Roth** en père de famille à chemise, privé de son droit de domination à cause d'une jambe bien abîmée, doit laisser le sort de sa famille entre les mains de sa femme qui est sans aucun doute celle qui évolue le plus dans l'histoire, Naomi Watts. Devon Gearhart en gamin apeuré accompagne dans cette folie ses parents face aux deux têtes à claques dérangées Michael Pitt et Brady Corbet. Un casting impeccable.

En bref, Funny Games U.S. que je préfère à l'original pour son casting ricain est un moment jubilatoire et terrifiant car tellement probable et crédible, ça pourrait arriver à n'importe qui, sans détours ni esbroufes, Haneke filme la violence à crue en oubliant pas de critiquer la bourgeoisie intouchable et la jeunesse irréfléchie, un massacre culte.

il y a 6 ans

18 j'aime

3 commentaires

Funny Games U.S.
Ezhaac
5

Casse encore mon quatrième mur et je te casse autre chose

C'est bien joué et joliment mis en scène, avec des plans séquence qui feront plaisir aux inconditionnels, mais c'est à peu près tout. Oh wait, on maltraite des enfants, aussi, et le début est une...

Lire la critique

il y a 11 ans

46 j'aime

8

Funny Games U.S.
Sylfaen
9

Critique de Funny Games U.S. par Julien Camblan

On ne voit rien venir. Et on est emporté dans une débauche de violence gratuite. Il n'y a aucune explication, aucun message, juste de la violence pure et des victimes qui ne comprennent pas. C'est...

Lire la critique

il y a 12 ans

35 j'aime

3

Funny Games U.S.
Le_Prophète
3

"Bonjour, on va jouer à un jeu."

Les américains ne savent pas lire. Imaginez un peu la torture que peut représenter pour eux la vision d'un film en VOst. Alors ils ont trouvé un truc: refaire tous les bons films étrangers! Superbe...

Lire la critique

il y a 9 ans

30 j'aime

9

Mad Max - Fury Road
мс³
10

WHAT A LOVELY DAY !

Voilà que le film se fini, les lumières se rallument, ni une ni huit je fonce rejoindre mon Interceptor (ouais enfin ma punto quoi, un peu d'imagination !), je démarre le moteur et v'là qu'il...

Lire la critique

il y a 7 ans

57 j'aime

7

Interstellar
мс³
9
Interstellar

Quand vient l'espoir

Vous connaissez "Interstellar" ? Un petit film peu connu réalisé par Dolan ou Nolan je ne sais plus, non parce que moi je l'ai trouvé très sympa et j'aimerais qu'il soit plus connu. Non sans...

Lire la critique

il y a 7 ans

56 j'aime

31

Once Upon a Time... in Hollywood
мс³
10

Mélanchollywood

Tarantino a déclaré il y a quelques années, en parlant des films Western et donc forcément de Sergio Leone, que d'après lui, on ne peut se prétendre réalisateur de Western qu'une fois qu'on en a...

Lire la critique

il y a 3 ans

52 j'aime

36