Don't.

Avis sur Hard Candy

Avatar Schuntly
Critique publiée par le

A la recherche d'un film où l'héroïne sort un peu des stéréotypes, je suis tombé sur celui-ci. Une histoire mettant en scène une adolescente de 14 ans (selon ses dires) et un photographe trentenaire qui font connaissance sur internet. L'échange est court, un rendez-vous est fixé. On est en droit de s'attendre au pire.

Car le film traite intégralement de la pédophilie (et d'interventions chirurgicales déplaisantes) au travers d'un personnage masculin célibataire, et dont l'occupation principale est de prendre des photos de jeunes modèles, souvent mineurs, à moitié nus. Quand il ne s'occupe pas de trouver des adolescentes sur internet.

Mais pour une fois, ce n'est pas une fragile demoiselle qui tombe dans ses filets. C'est lui au contraire qui mord à l'hameçon et se retrouve piégé à son domicile par une jeune fille intelligente et implacable. Celle-ci est déterminée à tout mettre en œuvre pour lui faire avouer ses penchants pervers et lui faire confesser ses crimes, y compris en le torturant.

L'ambiance de ce film à huis-clos est saisissante, angoissante et malsaine. Les rôles sont inversés, et pourtant le résultat n'en demeure pas moins perturbant. On pénètre peu à peu dans l'univers morbide d'un pédophile, qui affiche des images de nymphettes en petites tenues sur ses murs, mais nie toute accusation. Etape par étape, on assiste à la destruction de sa volonté, sous les assauts imperturbables de sa tortionnaire, qui sous couvert d'un humour caustique, parvient à peine à faire oublier qu'elle atteint à sa masculinité sans même ciller.

La mise en scène s'appuie fortement sur le regard, au travers des nombreuses photos, des allusions, mais aussi sur un important nombre de plans rapprochés du visage, où les protagonistes se toisent en silence, avec pour seule trame sonore un bourdonnement oppressant. Et lorsque la caméra quitte le champ, on retrouve systématiquement le carré rouge du générique, le même que le photographe possède dans son atelier.

La morale ne transparait pas au travers de cette œuvre. Ici, il ne semble n'y avoir que la vengeance qui rend l'héroïne insensible à toute supplication. On ne sait rien quant à ses motivations, qui demeurent obscures, mais on peut soupçonner son lien avec une des victimes du pédophile. Usant de toute son intelligence, elle parvient à pousser le pécheur dans l'abîme. Sans le moindre regret.

Un film sinistre, bien orchestré, et finement interprété par le duo d'acteur. A voir, si l'on n'est pas trop mal à l'aise avec les thèmes abordés.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 614 fois
9 apprécient

Autres actions de Schuntly Hard Candy