Die Hard Corner

Avis sur Hard Corner, le film

Avatar Valentin_Abel
Critique publiée par le

Voilà donc Hard Corner : Le Film.
D'entrée, disons-le, je ne suis pas familier avec Benzaie. Je ne le connais vaguement que de l'équipe du Nostalgia Critic et du Visiteur du Futur, et j'ai dû voir un ou deux Hard Corner à tout casser (qui m'avaient laissé froid, comme quoi, le visionnage était peut-être d'emblée biaisé ... allez savoir).
Après l'avoir tant bien que mal fini, je me suis dit : "Ce n'est qu'un petit film, c'est rien passons", jusqu'à ce que je vois la Chrono Critique que Benzaie a fait de son propre film (ce qui fait que sa critique sera encore plus biaisée que la mienne ... comme quoi, j'ai pas tant que ça à m'excuser) dans laquelle il fait un doigt d'honneur aux critiques en disant à mots demi-couverts "vous avez rien compris à mon film bande de cons"..

C'est alors que je me suis dit que, tant pis, si je devais un jour écrire une critique bancale à chaud, c'était le moment pour.

Hard Corner est un mauvais film, voire un très très mauvais film. Passons tout de suite la question du budget : le budget c'est ce qui compte pour la réalisation. Le scénario ne coûte pas un kopeck, il ne demande que du talent. Or, dans cette écriture, c'est absolument tout ce qui manque. L'histoire est d'un cliché hideux, presque illégal, et le film avance comme on sait bien qu'il va avancer : "Le "héros" qu'on essaye de nous faire passer pour un "anti-héros" mais qui n'est rien d'autre qu'un personnage écrit avec fainéantise va finir par s'en sortir et être considéré comme tel." C'est tout. Je m'en veux même d'avoir parlé d'histoire. Disons plutôt "quelque chose de vaguement scénarisé où quelques personnages disent parfois des trucs".
Parlons-en, des personnages. Sur toute la panoplie grotesque qu'on nous propose, aucun n'a un semblant de personnalité propre. Le personnage principal, déjà, qui n'est rien d'autre qu'une loque qui finira par s'en sortir car, d'une façon étrange, on considère que c'est le héros; Jean-Guillaume dont le seul gimmick est la crotte de nez (rappel que Benzaie a dit être content de ne pas avoir mis de gimmicks dans son film dans sa Chrono Critique); et enfin, la Copine. J'en reviens pas qu'une actrice a accepté de jouer ce rôle là. La moitié des plans sont tout simplement cadrés sur ses seins ou son cul, les trois quarts des blagues tournent autour du fait qu'elle montre ses seins pour diriger Benzaie et le frustre sexuellement (gimmick, check // pauvre Benzaie quand même).
Et le seul dialogue du film entre deux femmes commence par : "Attends, tu as vraiment perdu 500 grammes en trois semaines ?". Parce que, quand l'écriture est brillante, il ne faut pas s'arrêter en si bon chemin. Mention spéciale pour cette autre femme du film, qui est également une femme qui ne s'intéresse qu'à l'argent.
Les dialogues, les blagues et tout le reste retombent à plat. La réalisation est banale au possible (mais c'est une question de budget, pas vrai ?), l'écriture est hideuse à souhait.

Benzaie, si tu me lis, moi, pauvre être qui n'a pas compris ton film et qui n'est qu'un haters, si tu avais pris un peu de recul sur ton film, et compris pourquoi des gens peuvent ne pas l'aimer, voire le détester, tu n'en serais sorti que plus fort, et ton film en aurait été plus sympathique. Mais non, tu as préféré rejeter en bloc les critiques, et je rejette en bloc ton film.

P.S : Il y a des tas d'autres formes d'humour que les pets, la pisse, la merde et la morve. Je t'assure.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1199 fois
2 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Valentin_Abel Hard Corner, le film