👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Voir des gamines de 12 ans se faire massacrer : voilà ce qui m'a motivé, moi, professeur d'art plastique dans le degré inférieur, à voir ce film.

Et ben c'est loupé. Le massacre n'arrive jamais, l'histoire est inutilement étirée. Les personnages ne sont pas caractérisés (ou si peu) et cela se ressent très fortement lors des nombreuses disputes qui consistent à faire dire le plus de bêtises aux jeunes filles. Y a un pseudo suspense avec ce voyeur qui reste tapi dans l'ombre, sauf qu'au bout d'un moment, on se lasse sérieusement de ce procédé facile. Les personnages des parents sont un peu de trop par rapport au pitch initial mais vu le peu de choses qui se passent et la manière dont les jeunes filles sont exploitées, c'est finalement pas plus mal qu'il y ait quelques adultes... ils ne servent pas à grand chose non plus mais au moins ils amènent un peu de diversité.

La mise en scène, je l'espérais soit classique et efficace soit particulièrement soignée au niveau de l'esthétique. On a bien quelques jolis plans dans cette jolie demeure, on a bien un découpage sobre la plupart du temps, mais dès que le tueur fait irruption (pour mettre en ligne des photos et des vidéos), ça devient juste insupportable (surtout quand c'est combiné avec les disputes des demoiselles) : on est dans un truc pop très mal foutu qui consiste à balancer à peu près n'importe quelle image (le générique est d'ailleurs une véritable abomination esthétique). Les effets spéciaux sont peu convaincants (numérique - y compris la neige parfois - et effets de montage foireux). Enfin, les acteurs cabotinent : les gamines sont vite pénibles mais les adultes aussi (Sevigny s'en sort le mieux on va dire). On ressent un esprit 'too much' volontaire, mais c'est trop mal géré pour réussir à provoquer un objet hystériquement bon.

Niveau message, ce n'est pas sot en soi, faut bien qu'on parle de notre jeunesse abrutie par la vie sur internet (d'ailleurs c'est dommage de vouloir faire croire que ça ne concerne que les ado, parce que les trentenaires ne sont pas beaucoup mieux je trouve), le problème c'est que c'est fait un peu n'importe comment, un peu comme un cinquantenaire qui va es contenter de dire que internet a tout foutu en l'air... c'est-à-dire qu'on sent un manque de recul sans doute dû un manque d'approfondissement du sujet. Autant dans "Nerve" ça passait encore, autant ici ça fait juste soupirer...

Bref, ce film d'horreur est franchement pénible à regarder : il ne se passe rien (à se demander en quoi il s'agit d'un film d'horreur) et les rares moments où il se passe quelque chose, on ne voit pas grand chose.

Fatpooper
3
Écrit par

il y a 5 ans

5 j'aime

#Horror
Fatpooper
3
#Horror

So young, so bitch

Voir des gamines de 12 ans se faire massacrer : voilà ce qui m'a motivé, moi, professeur d'art plastique dans le degré inférieur, à voir ce film. Et ben c'est loupé. Le massacre n'arrive jamais,...

Lire la critique

il y a 5 ans

5 j'aime

#Horror
Rick_D__Jacquet
4
#Horror

Un film étrange, dans la forme surtout

Horror est un film étrange ! Voilà c’est dit. Non je dois développer ? Vraiment ? …. Bon, par où commencer avec un film pareil ? Tara Subkoff, actrice que l’on a pu voir dans The Cell ou Freeway (oui...

Lire la critique

il y a 6 ans

2 j'aime

#Horror
DrOwl370
5
#Horror

#Pas d'accord avec les gens

Sorti en 2016 directement sur Netflix , le premier film de Tara Subkoff se paye une très mauvaise réputation mais est - ce que c'est vraiment mérité ? Un groupe de jeunes filles d'une douzaine...

Lire la critique

il y a 4 ans

1 j'aime

1

Les 8 Salopards
Fatpooper
5

Django in White Hell

Quand je me lance dans un film de plus de 2h20 sans compter le générique de fin, je crains de subir le syndrome de Stockholm cinématographique. En effet, lorsqu'un réalisateur retient en otage son...

Lire la critique

il y a 6 ans

116 j'aime

33

Strip-Tease
Fatpooper
10
Strip-Tease

Parfois je ris, mais j'ai envie de pleurer

Quand j'étais gosse, je me souviens que je tombais souvent sur l'émission. Enfin au moins une fois par semaine. Sauf que j'étais p'tit et je m'imaginais une série de docu chiants et misérabilistes...

Lire la critique

il y a 8 ans

100 j'aime

45

Calvin et Hobbes
Fatpooper
10

Une fiction historique

J'avais beaucoup entendu parler de Calvin et Hobbes. Jusque là je m'étais refusé à acheter les albums car ceux trouvés en librairire sont franchement cher. Puis un jour, j'ai trouvé le tome 9 en...

Lire la critique

il y a 9 ans

80 j'aime

27