👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

comment se remettre d'un si grand moment de cinéma ?

Comment ne pas souffrir devant ce film qui nous dépeint un amour impossible dans le Hong-Kong des années 60, entre deux personnes trahis par leur conjoint respectif.
La solitude qui s’installe peu à peu, la découverte de l’infidélité de l’autre, la souffrance… Puis le rapprochement de deux âmes blessées, parlant le même langage : celui du corps, du regard, de l’effleurement...
En raison de leur époque et de leurs idéaux (« nous ne serons jamais comme eux… ») qui ne leur permettent pas de vivre leur histoire pleinement, ils se contenteront de la présence de l’autre, dans une sensualité étonnante, où l’amour transpire à chaque plan et dont la musique nous transporte au plus profond de leur cœur et de leurs désirs refoulés. Un effleurement, un regard suffissent à nous faire comprendre l’intensité de leurs sentiments.
Il finira par partir, comprenant qu’elle ne quittera jamais son mari malgré l’adultère de ce dernier, et n’assumant pas, à mon sens, le poids si lourd de ce secret (« Autrefois quand les gens avaient un secret et qu'ils voulaient le préserver, ils allaient dans la montagne, creusaient un trou dans un arbre et ils racontaient leur secret. Puis ils bouchaient le trou avec de la terre et scellaient le secret à jamais... »).
La scène la plus représentative de leur histoire : le dernier appel téléphonique, sentir la présence de l’autre sans avoir à dire un mot, là est toute la puissance de leur histoire.
La pluie, très présente dans ce film, renforce également ce sentiment de tristesse, de mélancolie du drame qui se joue devant nos yeux. Comme le suggère l'affiche du film (qui laisse apparaitre en ombre des barreaux comme ceux d'une prison), on comprendra qu'ils sont prisonniers de leur amour. La scène où ils mettent en scène la répétition de leurs adieux (d'où est tirée l'affiche) est visuellement magnifique et l'émotion est à son apogée.

vilopha
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Top 10 Films et Top 100

il y a 7 ans

1 j'aime

In the Mood for Love
Velvetman
9

La frustration du désir.

In the Mood for Love n’est pas une fresque romanesque grandiloquente sur l’amour mais le simple récit poétique de deux êtres perdus qui regardent, troublés, la déliquescence de leur couple respectif,...

Lire la critique

il y a 7 ans

110 j'aime

In the Mood for Love
Anonymus
10

Critique de In the Mood for Love par Anonymus

Ceux qui trouvent ce film chiant n'aiment probablement pas la peinture. Puisque chaque image de ce film est d'une beauté à couper le souffle, d'une vraie beauté de composition, de cadrage, de mise...

Lire la critique

il y a 11 ans

107 j'aime

8

In the Mood for Love
Docteur_Jivago
9

Some kinds of love

C'est à Hong Kong en 1962 qu'une secrétaire et un rédacteur emménagent avec leur conjoint respectif dans des appartements voisins. Alors que ces derniers sont régulièrement absents, ils vont peu à...

Lire la critique

il y a 6 ans

73 j'aime

7

American Sniper
vilopha
4

Décevant

Un film très décevant qui ne fait que renforcer l’image que se donne l’Amérique, celle d’une Amérique toute puissante, très moralisatrice, se targuant d’être le bien incarné contre des Irakiens...

Lire la critique

il y a 7 ans

2 j'aime

In the Mood for Love
vilopha
10

comment se remettre d'un si grand moment de cinéma ?

Comment ne pas souffrir devant ce film qui nous dépeint un amour impossible dans le Hong-Kong des années 60, entre deux personnes trahis par leur conjoint respectif. La solitude qui s’installe peu à...

Lire la critique

il y a 7 ans

1 j'aime

À la merveille
vilopha
10

Exceptionnellement "merveilleux "

Film d'une rare beauté visuelle tout en lumière, tout en caresse, en effleurement... L'amour y est représenté sous toutes ses formes amenant son lot d'espoir, d'envie, de passion, mais aussi de...

Lire la critique

il y a 7 ans

1 j'aime

1