Affiche L'Ange de la rue

Critiques de L'Ange de la rue

Film de (1928)

  • 1
  • 2

L' Ange de la Rue

Deux grands yeux noirs étonnés, un minois chiffonné, Janet est dans la place, promenant sa silhouette fluette de moineau effarouché des bouges de Paris aux taudis de Naples: qu'elle soit Diane, douce et innocente dans Seventh Heaven, ou l'Angela, plus dure en apparence de Street Angel, elle incarne avec un naturel touchant... Lire la critique de L'Ange de la rue

63 39
Avatar Aurea
8
Aurea ·

Gaynor pure... Borzage tendre.

Un bon mélo comme on les aime, de la meilleure période, c'est à dire à la toute fin du muet. Des miséreux, de l'injustice, des prostituées, de la prison, de l'alcoolique, de la maladie... Tout ce qu'il faut ! En plus, ça se passe à Naples, on a une super partie dans un cirque itinérant, la mise en scène est formidable, ça envoie des jeux d'ombres à tout va, expressionnisme oblige, on a le... Lire l'avis à propos de L'Ange de la rue

39 49
Avatar Torpenn
9
Torpenn ·

Le sol est mis haut

Tout d'abord un grand merci à Carlotta : cet éditeur peut être qualifié de vital par tout ciné-dévédéphile qui se respecte tant il sait remplir son rôle : sortir des dvd avec un travail systématique de restauration, dans un packaging toujours réussi et beau, et qui comportent des suppléments très souvent instructifs et utiles. Avec, cerise sur le gâteau, une vraie politique d'éditeur qui fait de... Lire l'avis à propos de L'Ange de la rue

26 5
Avatar Artobal
10
Artobal ·

Et d'un regard, Janet fait passer bien plus d'émotion que par n'importe quel mot

C'est au début du XXème siècle à Naples qu'Angela, une pauvre jeune fille, cherche une solution pour soigner sa mère mourante. C'est lorsqu'elle cherchera le remède qu'elle sera arrêtée par la garde... Frank Borzage, qui retrouve à nouveau Janet Gaynor et Charles Farrell, nous envoie d'abord dans les rues pauvres et sombres de... Lire l'avis à propos de L'Ange de la rue

32 4
Avatar Docteur_Jivago
9
Docteur_Jivago ·

Acte de foi

Cette époque du muet doit être bénie des dieux car il suffit de s'y promener et de s'y égarer, pour trouver au détour d'une ruelle une petite pépite comme ce "Street Angel" de Borzage. Ce qui a de fort appréciable avec cette période, c'est que l'on retrouve chez de nombreux cinéastes la volonté d'aborder le cinéma comme un "art" avant tout. Un souci d'excellence que l'on retrouve rarement de nos... Lire l'avis à propos de L'Ange de la rue

22
Avatar Kalopani
7
Kalopani ·

Janet je t'aime

Janet Gaynor toujours superbe comme la rosée printanière, chacun de ses plans étant désormais une rasade de nectar, est cette fois-ci moins innocente, plus libérée et mature. Elle montre ses jambes entièrement ce qui suffit à donner des sueurs et c'est une sacrée bonne idée de la découvrir plus entreprenante avec toujours son aura solaire et son innocence qui perdure. Mais c'est déjà plus tout à... Lire l'avis à propos de L'Ange de la rue

17 16
Avatar drélium
7
drélium ·

Gloire à Gaynor

Très beau muet influencé par l'expressionnisme allemand (du coup, y'a jamais eu autant de brume à Naples). Gros boulot sur le décor et les costumes. Et Janet Gaynor. Ah Janet Gaynor, belle comme l'Aurore. Son faire-valoir masculin s'en tire pas mal (sorte de pré-Gary Cooper), même si on a d'yeux que pour elle. C'est dingue le regard qu'elle a. Bon stop, j'arrête là avec Janet. La version... Lire la critique de L'Ange de la rue

15 2
Avatar Pruneau
8
Pruneau ·

Pity of light

“Everywhere… in every town, in every street… we pass, unknowing, human souls made great by love and adversity.” Avec Borzage, c’est une certaine conception du cinéma qui s’exprime : le mélo a certes pour vocation d’émouvoir, mais c’est avant tout une fable morale. Le carton initial en est l’indicateur. Entre L’heure suprême et... Lire la critique de L'Ange de la rue

10
Avatar Sergent Pepper
8
Sergent Pepper ·

Critique de L'Ange de la rue par Sasory

Et voila, j'en ai fini avec le coffret Borzage, et sur un dernier film magnifique (surtout la première heure) , comme a son habitude, Borzage film une pauvre demoiselle qui va découvrir au fur et a mesure de l'histoire un amour pour le perdre et comble d'un miracle le retrouver. D'une simplicité aussi déroutante que la beauté du résultat final car oui L'ange de la rue est sublime, on assiste a... Lire l'avis à propos de L'Ange de la rue

10 1
Avatar Sasory
8
Sasory ·

La puissance du muet

« Street Angel », réalisé par le maître du mélodrame Frank Borzage en 1928, fut l’un des derniers films muets majeurs d’Hollywood, suivant de peu l’avènement du parlant (vers 1926), qui deviendra alors rapidement la norme. Borzage réunit le même duo d’acteurs que dans « Seventh Heaven » : Janet Gaynor (1,52 m de charme et de vitalité) et Charles Farrell. Le film s’ouvre sur la ville de Naples.... Lire la critique de L'Ange de la rue

8 3
Avatar Aramis
8
Aramis ·
  • 1
  • 2