Hâte-toi lentement

Avis sur L'Île aux chiens

Avatar Moizi
Critique publiée par le

J'ai enfin pu rattraper l’île aux chiens qui était l'un des films que j'attendais avec impatience cette année notamment parce que Wes Anderson retourne à l'animation neuf ans après Fantastic Mr Fox, le film qui m'avait fait apprécier justement le style si particulier d'Anderson.

En effet, j'ai eu un peu de mal à accrocher à la vie aquatique ou bien à A bord du Darjeling Limited, je trouvais ça un peu lent, un peu étrange et Mr Fox m'avait totalement envoûté et m'a aidé à apprécier ses autres films ensuite. Et c'est vraiment un pur régal, on retrouve cette atmosphère qui lui est propre et surtout ce rythme, à la fois dynamique et contemplatif. Anderson arrive à avoir un cachet inimitable, il n'y a rien en trop dans son film, tout s'enchaîne super vite, mais tout en prenant le temps de créer les situations, de se poser avec les personnages, de faire évoluer les situations... Mais surtout c'est magnifiquement bien dialogué.

Alors là c'est particulier et j'apprécie ô combien le parti pris, Anderson a tourné son film en japonais et ne met pas de sous-titres. Certains passages essentiels à l'histoire sont doublés par un interprète intra-diégétique, mais sinon les japonais parlent en japonais. Il n'y a donc pas cette impression étrange de se retrouver avec des japonais qui parlent anglais sans accent aucun le tout dans un décor japonais. (alors oui les chiens parlent anglais, mais Anderson s'en amuse au début du film)

Mais comme je le disais les dialogues sont excellents, mais surtout extraordinairement dits. Je veux dire qu'il fait appel à ses acteurs fétiches au doublage et il y a un rythme dans la diction, dans les silences qui est sublime. Je prends un exemple, à un moment donné il y a un passage de relais entre deux chiens et après un bref silence le chien qui doit prendre le relais dit (de mémoire) « I can do that » avec un air, un ton, mi-ému, mi-naturel, sans pour autant que ça soit la phrase à laquelle on s'attendait (un simple oui aurait suffit).

Disons qu'à chaque fois Anderson arrive à écrire son dialogue pour qu'il soit surprenant, pour que tout ne soit pas toujours 100% attendu et c'est réellement délicieux.

J'ai vu que certains reprochaient le rythme au film qui enchaîne les analepses, mais je dois avouer que ça ne m'a jamais dérangé, que ça coupe toujours au bon moment pour garder un peu de suspens et qu'à chaque fois ça apporte quelque chose, des informations sur l'histoire, de la poésie, de l'humour... et surtout beaucoup de tendresse.

Bref, c'est un film profondément beau et qui a l'intelligence de ne jamais prendre son spectateur pour un idiot avec une blague un peu facile ou autre et surtout tout passe avant tout par la mise en scène. Un vrai travail d'artiste. J'adore cette manière d'enchaîner les plans fixes, les zoom, les dézoom, se centrant sur un personnage, ou montrant le collectif, renforçant la profonde tendresse du film.

C'était génial, j'en redemande.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 329 fois
12 apprécient

Autres actions de Moizi L'Île aux chiens