Un tram pour l'enfer

Avis sur L'Incident

Avatar Fatpooper
Critique publiée par le

Pas mal ce petit film. Je m'attendais à une simple série B, mais c'est un peu plus profond que ça, étonnamment. Assez pessimiste aussi sur le fond.

Tout n'est pas parfait malheureusement. Si l'intro fonctionne assez bien, la première moitié du film reste assez longue, lente, redondante, parfois inutile. C'est-à-dire qu'on nous y présente les personnages principaux, les futures victimes, mais que ces histoires finissent par toutes se ressembler. C'est dommage. Après, une fois tout le monde réuni dans le tram, on est parti pour un voyage assez intense, un voyage dans l'enfer de l'individualité. C'est fou ce que c'est bien écrit. On ressentait déjà les conflits durant la première moitié, au travers des querelles de chaque couple, mais là c'est 10 crans au-dessus, grâce à ces deux voyous qui servent d'éléments déclencheurs. Je regrette juste que la première moitié n'ait pas un peu mieux exploité chaque personnage afin que la deuxième exploite mieux ces éléments. Car pour certains couples, finalement, leurs disputes ne sont pas tellement remises sur le tapis. Mais il y a tout de même une caractérisation qui reste cohérente tout du long.

Notons aussi que tout reste cohérent grâce à cette caractérisation. Un groupe de personnes, chacun pour soi, personne ne cherche à aider un autre et attend on tour bien sagement. On comprend assez vite que pas l'un ne sauvera l'autre. La première moitié du film sert à ça. À nous montrer à quel monde individualiste nous avons affaire.

Ce qui frappe le plus, c'est que les auteurs ont réussi à synthétiser les dialogues tout en maintenant l'illusion du réalisme. J'ai vraiment eu l'impression d'avoir à l'écran deux vrais voyous que l'on aurait filmé à leur insu. C'est fort. Ça me rappelle...

Un soir, je me balladais avec une demoiselle convoitée, nommée Léna. J'espérais vraiment qu'au bout de cette soirée, nos lèvres s'entrechoqueraient. Cela faisait longtemps que nous nous connaissions, mais nous nous étions perdus de vue et là, le hasard nous avait remis l'un en face de l'autre quelques semaines auparavant. Quelques rendez-vous m'ont vite confirmé mes sentiments pour elle, et j'avais l'impression qu'elle m'aimait bien. Et ce soir là, donc, je pensais que ça allait être le bon soir. J'avais même amené un petit cadeau, une mini peluche, que j'espérais lui donner en témoignage (naÏf) de mon amour.
Quand soudain, alors que nous nous promenions sous le clair de lune dans une ruelle, trois coquins apparurent. Hostiles, ils nous invitèrent à nous asseoir pour discuter. Nous acceptions sans pour autant montrer notre frayeur. En tous cas, Léna y parvenait aisément ; moi, je pense que je devais être un peu moins convaincant. L'un des brigands se mit à draguer Léna, tandis qu'un autre laissait glisser ses mains sur moi, comme pour tâter mes poches. Sa main passa sur la peluche à plusieurs reprises : je craignais qu'il se décide à mettre sa main dans ma poche et découvre le cadeau qui aurait fait ma honte. Au lieu de ça, il insistait pour que je lui prête 10 euros. Je lui jurais que je ne les avais pas, il demanda alors 20 euros. Puis, le dragueur demanda si nous étions ensemble. Nous répondîmes non. Il devint alors un peu plus aimable. Peut-être qu'au travers de mon 'non' mal dégluti, il avait compris que j'espérais séduire Léna. Il demanda alors à son pote qui me tripotait d'arrêter de m'embêter, lui assurant que je n'avais certainement pas d'argent sur moi. Il décidèrent, contre toutes attentes, de nous laisser tranquilles, nous souhaitèrent la bonne nuit et partirent d'un côté. Léna et moi étions seuls. Après une minute de silence, nous nous levâmes et partîment en direction de son habitation. Nous parlâmes peu. Je ne lui déclarai pas ma flamme. Je ne lui donnai même pas le cadeau. C'était une drôle de soirée. Ils n'ont vraiment pas été méchants, mais j'ai eu très peur quand même.

Soit... revenons au film. Le discours sur notre société est assez sombre et effrayant. C'est montré avec intelligence et jusqu'au-boutisme. Evidemment, ce n'est qu'un film, donc pas vraiment d'approfondissement du sujet, mais la démonstration n'en est pas moins efficace.

Visuellement, c'est bien torché. La caméra semble légère et suit les péripéties de tout ce petit monde avec facilité. Le découpage est efficace, l'action bien menée. Quelques audaces dans les points de vue adoptés. Des compositions intéressantes. Des acteurs mis en valeur. Un jeu d'acteur très bon. Martin Sheen est très bon, mais son personnage finit malheureusement par s'effacer. Ce 'nest quand même pas triste car son acolyte est franchement doué. Les victimes aussi jouent assez bien. Et puis le décor est bon. Un vrai trame pour plusieurs plans, il semblerait.

Bref, une série B tendant vers le A, assez couillue, bien foutue. Dommage que la premiè!re partie prenne tant de temps sans réellement distinguer les personnages, amis comme la seconde partie est parfaite, ça passe assez bien.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 267 fois
1 apprécie

Autres actions de Fatpooper L'Incident