Advertisement
Affiche L'Incorrigible

Critiques de L'Incorrigible

Film de (1975)

  • 1
  • 2

L'intemporel

La décennie 1975-1985 de Belmondo représente pour moi de très bons souvenirs d'enfance. Si c'est votre cas également, vous devez appréhender le "revisionnage" des films de cette période maintenant que vous avez un peu plus de bouteille ; et surtout d'exigences. N'ayez craintes, cet Incorrigible, est un cru qui vieillit plutôt bien et garde tout son panache. Bien évidemment,... Lire la critique de L'Incorrigible

Avatar Snake  Plissken
7
Snake Plissken ·

Critique by NєσLαιη

C'est vrai que Jean-Paul Belmondo en fait des tonnes, parfois ça passe pas, parfois ça passe bien, en tout cas à nouveau dans ce film, il n'arrête pas, de déguisement en déguisement il arrive même à faire oublier les cotés un peu gros du scénario. L'artiste l'emporte sur le fond et soulève le film, c'est rare. Lire l'avis à propos de L'Incorrigible

Avatar NєσLαιη
7
NєσLαιη ·

Critique de L'Incorrigible par Stanleywhite

Le couple de Broca-Belmondo a toujours très bien fonctionné, nous délivrant quelques pépites comme 'L'homme de Rio" ou "Le magnifique". Cet "incorrigible" est beaucoup moins réussi malgré l'abattage incessant de Bébel qui multiplie les déguisements, les accents et les bons mots. Mais la farce tourne court et passée une première partie où l'on sourit à ce numéro de charme gouailleur vu et... Lire l'avis à propos de L'Incorrigible

1
Avatar Stanleywhite
5
Stanleywhite ·

Critique de L'Incorrigible par FrankyFockers

Je n'en gardais qu'un vague souvenir d'enfant, et j'adore De Broca, mais malheureusement le film est nul, mais nul... A un point qu'il en devient agaçant. Belmondo est en sur-régime permanent, ne joue jamais mais fait le clown, d'ailleurs je suis persuadé que c'est en repensant ce film que les guignols ont créé leur marionnette, tac tac boum boum, c'est moi... là c'est ça dans chaque plan et... Lire l'avis à propos de L'Incorrigible

1 2
Avatar FrankyFockers
2
FrankyFockers ·

Cabotinages

Dans la longue série des années 70 et 80 au cours de laquelle Toc-toc Badaboum (Bébel pour les intimes) se donne en spectacle et cabotine comme un goret, L'incorrigible se pose en maître-étalon (et en mètre-étalon...) de ces comédies loufoques à souhait dont certaines (ou nombre d'entre elles) ont parfois fait pschiit et plouf. Mais à l'inverse d'un Guignolo (ou d'un Morfalou !)... Lire la critique de L'Incorrigible

Avatar Broyax
8
Broyax ·
  • 1
  • 2