👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

L'idée est magnifique: comment un banal conflit du quotidien entre deux hommes appartenant à des communautés différentes dégènère en affaire d'état et en conflit politique.
Une vision du Liban émouvante, mais plus généralement du Moyen-Orient et encore plus globalement des conflits humains dans leur ensemble.

A chacun sa douleur, à chacun ses blessures, sa justification de vengeance, sa haine et son envie de pardon. Tout est explicable, dans chaque camp, tout le monde est victime et tout le monde agresseur. Il "suffit" de connaitre le contexte pour apprécier le conflit et de prendre du recul pour le résoudre.

Car, en spectateur moyen qui ne connait pas la vie au Liban et ne maîtrise pas la langue arabe, au début de ce film, je ne sais pas que ces deux types qui s'engueulent appartiennent à deux communautés bien distinctes avec un lourd passé, je ne vois que deux libanais fort semblables à mes yeux qui se prennent la tête pour une bêtise. Alors que pour eux, évidemment, leur différence est criante, instinctive: leur différend insignifiant portant sur la goutière d'une terrasse devient instantanément le conflit des chrétiens du Liban contre les Palestiniens.

S'ensuit un film passionnant, didactique juste ce qu'il faut pour ceux qui n'auraient pas toute la complexité de la situation libanaise en mémoire, avec de beaux personnages, des apports féminins bienvenus et loins des clichés attendus, et des retournements de situations pas toujours bien amenés mais maintenant le film en tension jusqu'au bout.
On passera sur quelques effets scénaristiques pas indispensables

(Le rapport père/fille des deux avocats, la survie incertaine du bébé...)


et sur une réalisation irrégulière, le film étant suffisament fort, bien interprété et original pour offrir un formidable regard sur ce pays et cette ville meurtris mille fois et sur la complexité des conflits humains en général.

sonicdream
8
Écrit par

il y a 8 mois

L’Insulte
Roinron
7
L’Insulte

Frères ennemis

Personne n’a le monopole de la souffrance dit un des personnages du film. Et au Liban, pays déchiré par 15 ans de guerre civile de 1975 à 1990, c’est encore plus vrai qu’ailleurs. Les blessures...

Lire la critique

il y a 4 ans

19 j'aime

12

L’Insulte
Théloma
8
L’Insulte

Des mots d'oiseaux aux maux Damour

Il y a dix ans, le beau film d'Ari Folman Valse avec Bachir évoquait déjà les fantômes du passé, ceux du massacre perpétré par les milices chrétiennes contre les Palestiniens des camps de Sabra et...

Lire la critique

il y a 4 ans

19 j'aime

6

L’Insulte
dagrey
7
L’Insulte

Match nul: balle au centre.

A Beyrouth,une insulte qui dégénère en coups et blessures conduit Toni (chrétien libanais) et Yasser (réfugié palestinien) devant les tribunaux. L'affrontement des avocats, réveillant les plaies...

Lire la critique

il y a 4 ans

11 j'aime

1

Edmond
sonicdream
4
Edmond

C'est un peu lourd jeune homme...

Peut-être Edmond avait-il mérité son succès au théâtre. Cette adaptation au cinéma donne en tout cas envie d'aller voir la pièce sur scène pour pouvoir comprendre le phénomène. Car ici, même si on...

Lire la critique

il y a 3 ans

10 j'aime

9

Guy
sonicdream
9
Guy

A nos pères

L'essentiel de ce film tient peut-être dans sa dédicace initiale: "A nos pères". Les 100 minutes restantes n'étant alors plus que la magnifique illustration de ce questionnement essentiel de la...

Lire la critique

il y a 3 ans

8 j'aime

Emily in Paris
sonicdream
4

Alice in Disneyland

Allez, avec une grosse grosse dose d'humour et un sens du 5eme degré bien développé, il est possible de visionner cette série (quand on est français) comme on visite Disneyland (quand on n'est pas...

Lire la critique

il y a plus d’un an

6 j'aime

4