👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Parler des banlieues est très délicat. Que l'on en a conscience ou pas, on a tendance à les séparer des autres classes sociales, comme si les banlieusards étaient de pauvres pauvres, auquel on pense mais pas trop, qu'on ne fréquenterait qu'involontairement. On a tous en image les violences banlieusardes véhiculées par les médias. Difficile de déterminer ce que eux, qui y vivent au quotidien, en ressortent. Ce regard leur pèse-t-il ? Sans doute davantage que l'on le pense. Ainsi, comment voulez-vous que la colère ne vienne infecter les espoirs ? L'Ennui détruit tout, le Respect en est un remède durable. Dans les deux cas, les moyens de les contourner se tournent davantage vers la violence. Mais nous connaissons des banlieusards qui privilégient le Rêve ou le Travail pour y échapper. Ce maître mot: Échapper. Qui est valide partout dans le monde.
Voilà, pour moi, le vrai propos de "La Haine".
Il n'est pas générationnel. Ce film ne vieillira pas, parce qu'il se sert de la banlieue comme toile de fond sociétal pour attiser, la curiosité des uns et la recherche d'identification des autres. Ce film ne vieillira pas, parce qu'il reconnait qu'il n'y a pas d'autre solution que la haine pour ne pas se faire bouffer par la haine que les autres ne se priveront pas d'employer, flics comme banlieusards. Son sujet dépasse le cadre banlieusard, les "bonnes gens" sont aussi concernés par ses sujets : l'assèchement de l'âme face aux désillusions, les amitiés bringuebalantes, les origines face aux utopies. Ce film est profondément triste, radicalement désespéré, d'une agressivité permanente et fatigante, comme ses protagonistes. Sa mise en scène est sans cesse au plus près d'eux, de leurs débris cardiaques. Pour les porter, ces êtres anéantis par l'Ennui, il fallait des anéantis comme on en croise tous les jours. Ils crèvent tous l'écran, en particuliers Cassel bien sûr (quel acteur !), ou Vincent Lindon qui arrive, en 3 minutes d'apparition, à être à la fois parfait et marquant. On ne remet pas en cause leur authenticité, lorsque l'on comprend que le film ne se veut pas portraitiste de son époque ou de son rang social. Et j'espère fortement que jamais un film ne viendra se prétendre de cette trempe, parce que cela ne pourra que renforcer cet état d'esprit discriminatoire, profondément ancré dans nos sociétés, qui veulent séparer les problèmes des banlieusards de celles des "bonnes gens". Forcément, on n'avancera pas ainsi, et ça dure comme ça depuis toujours, et ça durera jusqu'à la fin. On n'a pas le temps d'y réfléchir : chacun doit gagner sa vie... Dans leur cas, c'est plutôt chacun doit la perdre. C'est ça qui fait de "La Haine" un film indispensable.

Billy98
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les meilleurs films se déroulant à Paris

il y a 3 ans

1 j'aime

La Haine
Sergent_Pepper
7
La Haine

Chute des classes

Evénement de l’année 1995, La Haine a tout d’un film contextuel qu’il est assez curieux de revoir, ce que proposent les salles à l’occasion de sa restauration 4K. Parce que la situation n’a pas...

Lire la critique

il y a 2 ans

60 j'aime

7

La Haine
moumoute
2
La Haine

J'ai préféré veuves en chaleur.

J'ai essayé de regarder La Haine quand j'avais 16 ans, et à cette époque tout le monde se servait sur la mule et mettait une semaine pour arriver à voir quoi que ce soit. Bien évidemment un petit...

Lire la critique

il y a 10 ans

50 j'aime

17

La Haine
Zogarok
3
La Haine

Les "bons" ploucs de banlieue

En 1995, Mathieu Kassovitz a ving-six ans, non pas seize. C'est pourtant à ce moment qu'il réalise La Haine. Il y montre la vie des banlieues, par le prisme de trois amis (un juif, un noir, un...

Lire la critique

il y a 8 ans

48 j'aime

19

Il était une fois dans l'Ouest
Billy98
10

MA BIBLE

Mon film préféré. La plus grosse claque artistique de ma vie. Une influence dans ma vie. Un éternel compagnon de route. Le cinéma à l'état pur et au summum. Oui, vraiment ma Bible à moi. Je connais...

Lire la critique

il y a 6 ans

29 j'aime

12

Lulu
Billy98
10
Lulu

Jamais été aussi désespéré, et jamais été aussi beau (attention: pavé)

Le Manifeste... Projet débuté par un court-métrage majestueux, accentué de poèmes en prose envoyés par satellite, entretenant le mystère, son but semble vraiment de dire: prenons notre temps pour...

Lire la critique

il y a 5 ans

26 j'aime

10

The Voice : La Plus Belle Voix
Billy98
2

Le mensonge

Je ne reproche pas à cette émission d'être une grosse production TF1. Après tout, les paillettes attirent les audiences, et plus les audiences augmentent plus les attentes montent, c'est normal. Je...

Lire la critique

il y a 4 ans

15 j'aime

6