La Passion du Christ : La perversité de Gibson

Avis sur La Passion du Christ

Avatar Quentin Tarantino
Critique publiée par le

A la sortie de La Passion du Christ , Mel Gibson avait fort à faire pour pouvoir dépasser des films relatant la vie du Christ avec l'Evangile selon Mathieu de Pasolini ou encore La dernière tentation du Christ de Scorsese. Cependant Mr Gibson décide de relever le défi en mettant en faire de lance sa croyance pour la religion catholique.

Il se lance alors dans une adaptation qui sur le papier pourrait allécher avec un film entièrement tourné en araméen ainsi qu'en latin. Ce monstre de la production américaine ayant déja réalisé l'épique Braveheart et joué dans le très controversé Mad Max livre alors un film esthétique et moderne dans son image.

Cependant ce sont la les seuls avantages du film...

Gibson à l'inverse de ses confrères Pasolini et Scorsese opte uniquement pour le chapitre de la crucifixion de Jésus et c'est en cela que le film va subir une chute des plus destructrices.
Tout d'abord , le film se voulant réaliste , Gibson va choisir une mise en scène ultra violente qui sur certains plan le perdra comme l'usage d'un fouet muni de lames de rasoir ... Ce type d'arme n'existant pas à l'époque . Ceci est dommage que le film soit pensé dans des détails tel que le langage araméen mais qu'il ne puisse pas retransmettre une ambiance d'époque dans le seul but de délivrer de la violence accrue et inadaptée.

D'autre part le film ne se veut finalement pas être un récit racontant les dernières heures mais plutôt un vulgaire film d'horreur n'étant "légitimé" que par la présence du fils de Dieu : Jésus. Gibson passe totalement à côté du propos en ne nous introduisant en rien à l'histoire et nous posant quasi instantanément dans un mécanisme d'enchainement de sévices toutes plus fantasques et insensés les unes que les autres.

La plupart des personnes connaissent le calvaire ayant été subi par le Christ cependant beaucoup ne connaissent son passé qu'avec inexactitude alors pourquoi ne rester borné qu'à une souffrance connu de tous ?

Mel Gibson est dans un exercice de style pour former sa propre pâte artistique mais passe hors propos face au mastodonte auquel il s'attaque. Il ne livre à travers ce film en aucun cas son adaptation personnelle du calvaire du Christ mais nous montre à quel point son antisémitisme le pousse à une surenchère de violence sans intérêt. Si son thème était de montrer des sévices dignes de certains films de tortures , il n'avait alors aucun intérêt d'y intégrer le Christ hormis pour attirer plus de personnes dans les salles obscures en vendant son film comme un hommage sincère à "l'envoyé de Dieu".

Si Dieu existait aurait il voulu que l'on raconte la vie de son envoyé dans un bain de sang et de violence alors que sa religion délivre un message de paix ?

Gibson passe à côté de son propos et de sa religion tout comme les chevaliers revendiquait légitimement les croisades au nom de la religion...

Il reviendra par la suite derrière la camera pour un film (Apocalypto) du même acabit mais beaucoup plus orienté sur une aventure ne se voulant pas réaliste et le procédé de l'ultra violence lié à son esthétisme atypique fonctionnera alors cette fois ci.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 576 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Quentin Tarantino La Passion du Christ