👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Ce film aurait dû me plaire... De par son sujet, d'abord, et de par son décor ensuite. Rome est une ville magnifique, pleine de contrastes et d'histoire(s), je ne vous apprends rien !
Ce film aurait donc dû me plaire. Le personnage central - très central d'ailleurs et à tout point de vue, aussi bien de l'histoire (bien que je ne suis pas sûre qu'il y ait une histoire...) que dans les plans du film, peut-être trop central justement ? - le personnage central, donc, est plutôt sympathique. Et il est vrai que certains dialogues présentent un certain intérêt... En fait, je crois que j'aurais aimé "lire" le film. Mais, pour moi, il manquait ce surplus d'âme qui font qu'une oeuvre cinématographique est une oeuvre cinématographique. Un montage peut-être trop serré ou trop étiré, des plans qui ne présentent pas plus d'intérêt que de jolies cartes postales, une bande sonore trop collée à l'image... Un manque de perspectives, un film trop long avec des scènes un peu trop répétitives... Je ne sais pas mais l'alchimie ne s'est pas faite et j'ai plutôt eu l'impression d'un film lourd où je me suis vite ennuyée et dont je suis sortie agacée.
Et je me sens terriblement désolée de ne pas l'avoir aimé parce que mes éclaireurs préférés l'ont apprécié, eux !
Maggou
4
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les films ratés alors qu'ils avaient tout pour être fantastiques !

il y a 9 ans

1 j'aime

2 commentaires

La grande bellezza
guyness
5

Fortement, à Rome, attisé

En fêtes, tu es un garçon plutôt triste Au fond, quoi de plus lugubre qu’une fête ? Attention, je ne parle pas d’un soirée improvisée entre pote ou une bonne bouffe en nombreuse compagnie. Encore...

Lire la critique

il y a 8 ans

63 j'aime

12

La grande bellezza
Sergent_Pepper
7

Le tourbillon de la vanité

Le prologue du film est on ne peut plus programmatique. En mouvement constant, il explore dans toute la latéralité possible une place et les gens qui s’y croisent, avant qu’un micro événement – la...

Lire la critique

il y a 9 ans

61 j'aime

La grande bellezza
Arlaim
9

La Grande Beauté perdue dans le Néant

En 1960, La dolce vita libère l'imaginaire de Fellini et lui ouvre les portes de l'onirisme et de la psychanalyse. En effet, pour la toute première fois, il raconte et dépeint généreusement un monde...

Lire la critique

il y a 8 ans

53 j'aime

La Nuit du chasseur
Maggou
10

Un long poème fantastique

Pour moi, ce film n'est nullement un thriller, ou un drame, mais un conte fantastique raconté à hauteur d'enfants. Manichéen, il joue totalement sur les contrastes : le noir profond et le blanc...

Lire la critique

il y a 10 ans

18 j'aime

2

Alexandre Nevski
Maggou
9

Le film qui m'a fait découvrir la magie du cinéma...

Oui, c'est un film de propagande tourné en 1938 sur commande de Staline au moment où l'Allemagne nazie se faisait menaçante... Mais réduire le film à ce contexte serait une erreur monumentale. C'est,...

Lire la critique

il y a 10 ans

17 j'aime

4

Rio Bravo
Maggou
10
Rio Bravo

L'archétype du film de Howard Hawks

L'archétype du film de Howard Hawks : étude des relations entre des personnes bien différentes. En général, on trouve : le héros, entre deux âges, la femme, d'un fort tempérament, un vieux, plutôt...

Lire la critique

il y a 10 ans

17 j'aime

9