Avis sur

Le Bénévole par pierrick_D_

Avatar pierrick_D_
Critique publiée par le

Birgos,ancien syndicaliste devenu fou,s'échappe de l'asile et se réfugie dans une association de bénévoles du Midi nommée "La rescousse" et dépendant de l'Eglise,où il se fait passer pour le nouveau directeur.Révolté par tout le boulot accompli gratuitement par les membres,il fonde un syndicat et exige que les bénévoles soient désormais payés,au grand dam des diverses autorités qui les utilisaient.Jean-Pierre Mocky,le célèbre producteur-réalisateur-scénariste-monteur anarchiste et redresseur de torts s'est encore fourvoyé avec cette histoire abracadabrante macérant dans un bordel indescriptible.L'histoire,qu'il a coécrite avec son habituel collaborateur André Ruellan,est d'une stupidité aberrante et ce n'est pas la mise en scène totalement bâclée qui peut rattraper le désastre.Mocky ne connait visiblement rien au monde du bénévolat et sa vision des choses date de plusieurs siècles.On ne sait pas où il a vu jouer que des gens,à la botte d'un clergé tout-puissant,seraient corvéables à merci et serviraient indifféremment à nettoyer les plages polluées,à installer des tunnels pour que les grenouilles traversent la route ou à faire fonction de manutentionnaires pour des manifestations publiques ou privées.La vérité,c'est que les bénévoles,qui ont d'ailleurs tendance à se raréfier contrairement à ce qu'affirme le film, sont en général les membres d'associations qui oeuvrent exclusivement à l'organisation d'évènements réalisés par leurs propres groupements,qu'ils le font en toute connaissance de cause et qu'ils bénéficient indirectement des retombées des profits engrangés.Rien à voir donc avec cette forme d'esclavage moderne que dénonce le cinéaste,qui n'était d'ailleurs pas le mieux placé pour en parler vu que,faute d'argent,il payait ses techniciens et ses acteurs au lance-pierres."Le bénévole" donne à fond dans la caricature et le script semble écrit par des pré-ados retardés mentalement qui auraient abusé de la lecture de tracts du Parti Communiste des années 60.Tout est si excessif et déstructuré que ça n'a aucune force ni aucune portée.On doit se contenter d'un récit ennuyeux narré n'importe comment,perclus de situations idiotes et invraisemblables,et de personnages crétins et sans consistance.Les curés sont tous des pédophiles,le maire est forcément corrompu jusqu'à la moelle et il complote avec le caïd de la pègre locale.Bizarrement,les flics,pourtant pas les copains de JP habituellement,échappent à sa vindicte et se révèlent honnêtes.Comme il le fait traditionnellement,l'auteur tente de masquer la vacuité du scénario et des protagonistes en chargeant ceux-ci de particularités physiques,du policier qui a une grosse tâche de vin sur le visage et doit régulièrement s'asseoir sur un trépied parce qu'il s'est pris une balle dans le cul au bénévole en chef qui arbore un énorme bouton sur le front,en passant par le rire débile de la copine du syndicaliste,le zozotement du truand,le ventriloquisme de l'espion de l'Eglise ou le maquillage blanc de l'évêque.Quant à l'humour,il est si bête et si lourd qu'on ne voit pas vraiment quelle personne à peu près sensée il pourrait amuser.La musique tonitruante de Vladimir Cosma est digne d'une fanfare municipale et concourt à l'ambiance apocalyptique du film,tandis que Mocky tente piteusement de meubler en étirant des scènes ineptes et en utilisant le décor d'Agde,où il a tourné,pour nous infliger par exemple une séquence de joutes aussi mal branlée que le reste.Le casting est des plus baroques et réunit acteurs connus et seconds couteaux de la galaxie JPM.Les premiers font là les performances les plus gênantes de leur carrière,y compris le grand Michel Serrault qui,en total free style,cabotine stérilement et abuse de ses tics d'acteur.En outre,il apparait horriblement vieilli et ce sera son antépénultième film car il mourra peu après,en cette même année 2007.Bruno Solo est d'une insignifiance rare et son pote Yvan Le Bolloch se couvre de ridicule en gangster folklorique.Bernard Farcy tourne à vide dans une sorte de remake de ses performances de commissaire gueulard dans les "Taxi".Jean-Claude Dreyfus cachetonne sans grande conviction et Féodor Atkine parvient à garder un semblant de dignité.Le chanteur Plastic Bertrand est en revanche étonnant en évêque speedé champion de joutes.Parmi les petits rôles,on retrouve les abonnés Dominique Zardi,Jean Abeillé,Freddy Bournane,Christian Chauvaud,Jean-Pierre Clami,Hervé Pauchon, Michel Francini et le braqueur Roger Knobelspiess qui,comme par hasard,interprète un tueur à gages.Ce n'est peut-être pas un hasard non plus si Yann Moix participe à la fête en incarnant un salopard hypocrite.Traînent aussi dans le coin deux acteurs de télé qui sont amis,Antoine Coesens,le père de Dounia,et Jean-François Malet,ancien permanent de "Plus belle la vie" qu'on a aussi vu dans "Un si grand soleil".La "comédienne" Samantha Benoît est aussi moche que nulle,fort heureusement elle disparaîtra des écrans après ça.Côté technique,il y a pas moins de trois cameramen,ce qui parait surréaliste quand on voit le résultat.En plus des deux indéboulonnables Michel,Gallois et Cosma,on trouve à ce poste Jean-Paul Sergent,qui deviendra à partir du Mocky suivant le directeur photo attitré du cinéaste.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 35 fois
1 apprécie

Autres actions de pierrick_D_ Le Bénévole