👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Pour faire un film populaire, est-il indispensable de décliner des clichés éculés, de définir grossièrement les personnages, d'écrire des dialogues lourds et de simplifier le scénario à l'extrême? Nous osons croire que non. Néanmoins, Gilles Lelouche n'hésite pas et se jette dedans comme un gros lourdaud dans la piscine.

Tout d'abord, où Lelouche a-t-il été puiser cette improbable et impossible brochette de super losers, tout aussi grossièrement définis les uns que les autres, aux caractères polarisés à l'extrême, aux défauts exagérés, fruits d'une hyperbole passant la juste mesure? Par ailleurs, de tels personnages, véritable condensé de tous les maux de notre société contemporaine, d'un déprimant gaiement affiché, véhiculent tout sauf de la bonne humeur (ce qui est assez paradoxal au vu du genre du film) même si la fin se veut joyeuse. De même, comment susciter chez le spectateur une quelconque empathie étant donné leur grand nombre et le peu de temps qui est concédé à chacun - Lelouche ayant préféré la quantité à la qualité afin de ratisser le plus large possible?

Ensuite, que dire des dialogues souvent mal écrits, bourrés de lieux communs, manquant cruellement d'originalité, affublé d'un humour de basse qualité, vu et revu depuis des millénaires, donnant lieu à des scènes cocasses et saugrenues, parfois même gênantes. Enfin, bien que l'idée de base soit assez osée (natation synchronisée pour hommes parfois “virils”), le scénario se révèle d'une trop grande simplicité, tout y étant cousu de fil blanc, attendu, sans vraies surprises.

Certes, la catharsis opère à travers ce miroir grossissant (il y a toujours pire que moi: plus gros, plus déprimé, plus chômeur, plus ruiné, plus fumeur de shit, plus moqué par les autres, …) et les sentiments positifs (du feel good movie), toutefois, après avoir vu le sens de la fête , le monde est à toi ou en liberté (sans parler des tuche et autres merdes sans nom), force est de constater que la comédie française est en piteux état.

Marlon_B
4
Écrit par

il y a 3 ans

Le Grand Bain
boulingrin87
8

Umour et bandessinées

Gilles Lellouche. S’il fallait faire un portrait de ce type, celui-ci commencerait pour moi par son rôle de gros beauf dans Mon Idole, où on le voyait, le temps de quelques secondes, expliquer d’un...

Lire la critique

il y a 4 ans

97 j'aime

6

Le Grand Bain
Carlito14
5

Quand Lellouche fait le tapin

Je suis allé voir le Grand bain malgré l’agacement procuré par un enthousiasme général douteux. Le film correspond en partie à ce qu’on pouvait attendre, soit une comédie moins intéressée par les...

Lire la critique

il y a 3 ans

64 j'aime

6

Le Grand Bain
blacktide
7

Incoulables

Il est des séances quelque peu exceptionnelles. Semblables à de l’eau bénite, pour ainsi dire. Non parce qu'elles révolutionnent le Cinéma ou en renforcent l’édifice, mais bien parce qu'elles...

Lire la critique

il y a 3 ans

44 j'aime

8

Lady Bird
Marlon_B
5
Lady Bird

Girly, cheesy mais indie

Comédie romantique de ciné indé, au ton décalé, assez girly, un peu cheesy, pour grands enfants plutôt que pour adultes, bien américaine, séduisante grâce à ses acteurs (Saoirse Ronan est très...

Lire la critique

il y a 4 ans

25 j'aime

2

Vitalina Varela
Marlon_B
4

Expérimental

Pedro Costa soulève l'éternel débat artistique opposant les précurseurs de la forme pure, esthètes radicaux comme purent l'être à titre d'exemple Mallarmé en poésie, Mondrian en peinture, Schönberg...

Lire la critique

il y a 2 ans

9 j'aime

11

La Promesse
Marlon_B
8
La Promesse

To be or no to be engaged

Drame social dont les frères Dardenne ont fait leur inaltérable marque de fabrique, La Promesse est le premier des nombreux films tournés à Seraing, en Belgique, au milieu de cet ancien bassin...

Lire la critique

il y a 5 ans

8 j'aime