COP 61

Avis sur Le Jour où la Terre prit feu

Avatar drélium
Critique publiée par le

Post-apo britannique début 60s plutôt sympa tout plein de l'ami Val Guest (notamment réalisateur des deux Quatermass experiment (need) et de Quand les dinosaures dominaient le monde) sur une hypothèse scientifique assez farfelue mais loin d'être sans résonance, soit deux gros essais nucléaires américains et russes, simultanément au Groenland et en Sibérie, qui font fondre la calotte glacière, provoquent une modification des pôles et une inclinaison de onze degrés de la planète ce qui modifie son orbite, la rapproche inexorablement du soleil et engendre augmentation des températures et catastrophes climatiques en pagaille.
Bon, Janet Munro est toute choupinette et se dévêt volontiers plus la canicule se fait sentir ce qui n'est pas sans intérêt mais il faut bien dire que le casting même s'il s'en sort bien, Edward Judd est sympa et Leo McKern est toujours un plaisir, n'est pas inoubliable et qu'il ne se passe pas grand chose d'époustouflant non plus.
Mais l'atmosphère caniculaire bien rendue, le cadre sérieux et fouillé comme un film 50s et le contexte très intéressant et de plus en plus pessimiste ont leur mot à dire et se rapprochent aussi par certains côtés du futur Les Hommes du président puisque le point de vue est entièrement celui des journalistes du Daily Express de Londres. Le film manquerait en ce sens d'une certaine objectivité alors que les journalistes sont vus comme les garants de la vérité* qui se battent pour éclairer le monde de l'obscurantisme politique mais ça a aussi le mérite de rendre le tout plus incisif et de pointer du doigt tout ce que l'on peut nous cacher. En ces temps où Internet n'existe pas, l'information, plus rare, est tout autant une denrée primordiale.
En tout cas, les conséquences de ce changement d'orbite brutal résonnent sans conteste avec le réchauffement climatique actuel. Ras de marée, tempêtes, typhons, écarts drastiques de températures, dérèglement des saisons, canicule, sécheresse, pénurie d'eau, tout y passe. Même s'il ne faut pas s'attendre au film catastrophe hyper démonstratif, moyennant néanmoins quelques beaux passages de délabrement, Val Guest aborde avec soin des questions qu'un San Andreas est bien incapable ne serait-ce que d'approcher presque 60 ans plus tard.

*Mais bon, pas tous, c'est ambigu et bien fichu mine de rien, et si je continue d'y repenser, je vais pas tarder à mettre 7...

ps : à noter une apparition de Michael Caine mais alors elle doit pas être longue parce que je l'ai pas ciblé du tout. Ah oui en effet, il joue un flic l'espace de 3 secondes.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 513 fois
13 apprécient

drélium a ajouté ce film à 2 listes Le Jour où la Terre prit feu

  • Films
    Cover Top 30 Science-Fiction à l'ancienne

    Top 30 Science-Fiction à l'ancienne

    Pré Planète des singes, 1967 donc. 1967-1999 : http://www.senscritique.com/liste/Top_30_Science_Fiction/33459 post 2000 :...

  • Films
    Cover °Chroniques de pépites

    °Chroniques de pépites

    Ou pas... Hors Japon et Hong Kong. Je pourrais ajouter une bonne partie des films vus ici : http://www.senscritique....

Autres actions de drélium Le Jour où la Terre prit feu