Pète un coup !

Avis sur Le Mans 66

Avatar Fatpooper
Critique publiée par le

Biopic bien convenu et chiant ; un film de bureaucrates plus que de pilotes de course.

Les personnages sont artificiellement nourris (ho chouette cette relation père-fils, ça permet vraiment d'apporter de la profondeur...), les dialogues sont d'une lourdeur et d'une bêtise affolante (j'ignorais que les pilotes étaient de tels philosophes, sans parler des interventions pour expliquer ce que l'on voit), la nobilisation est vraiment écœurante (ce sont des gens en or en fait, ils sont beaux, ils disent des trucs beaux, ils font des trucs beaux). Ce portrait est tellement lisse qu'on pourrait faire du patin à glace dessus.

L'intrigue en soi n'a pas tellement d'intérêt : on suit la construction avec une certaine distance : on teste la voiture, un truc va pas, ce sera réparé pour la scène suivante... le spectateur n'est jamais vraiment propulsé dans cet univers de la construction automobile ni même de la vente, on oublie même que ça parle de bagnoles par moment. L'action n'est pas mieux non plus puisque les courses sont très peu présentes et quand on a la chance d'en avoir une, l'auteur préfère détourner l'attention sur les petites rivalités bureaucratiques (ho le coquin qui vole les chronomètres italiens, ho le méchant supérieur qui veut que les coureurs finissent en même temps sur la ligne d'arrivée).

La mise en scène est décevante : certes la photographie est sympa avec quelques jolis couchers de soleil (on se demande ce que ça vient foutre là d'ailleurs), pour le reste, pas grand chose à se mettre sous la dent. Le découpage est lisible, oui, mais peu inspiré, et pas vraiment efficace pour les scènes d'action (conduire à 280 à l'heure n'aura jamais paru aussi chiant) ; le montage fait également défaut lors de ces courses-poursuites puisque le réalisateur et son monteur ne peuvent s'empêcher de casser toute tentative de créer un scène de vitesse : dès que ça commence à rouler, vous pouvez être sûr qu'un visage émotionné interrompra la scène, si pas Mangold répétera inlassablement son plan 'changement de vitesse' suivi du plan 'pied sur accélérateur' ... à partir du moment où un yes man participant à "Fast and Furious" se montre plus créatif pour provoquer l'adrénaline, on peut se demander s'il n'y avait pas meilleur choix pour confier ce projet ?

La reconstitution est correcte du peu qu'on en voit (des vêtements - trop propres -, des coupes rétro), on appréciera surtout la beauté de ces vieilles voitures de course. Le casting est correct, Damon joue sobrement et c'est tant mieux, parce que Bale, en contre-partie, semble n'avoir plus aucune limite : on lui demanderait de lâcher une caisse devant al caméra, il le ferait comme si ce plan pouvait lui rapporter des tas de récompenses, avec un sérieux qui fait un peu trop pitié.

Bref, pas très intéressant ce film.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 106 fois
1 apprécie

Autres actions de Fatpooper Le Mans 66