Avis sur

Le Mélomane par Zogarok

Avatar Zogarok
Critique publiée par le

Avec Le Mélomane, l'art de la surimpression par Méliès est à son apogée. Elle l'a déjà flirté à de multiples reprises, mais Le Mélomane se distingue par le plus grand nombre d'expositions multiples (la tête six fois reproduite, ex-aeco avec L'Homme-orchestre) associé à l'organisation d'un décors contrefait impliqué dans le tour. Méliès fait l'usage le plus insolite de sa tête détachée (son héroïne avec la Lune, mise à profit dans Un homme de têtes et L'Homme à tête de caoutchouc). Les six bouilles catapultées deviennent les gros points des notes de musique sur un fil électrique transformé en partition de géants.

Cette manière folle, sensuelle, d'écrire une musique et d'orchestrer renvoie à l'intention de trouver à l'écran un équivalent du style musical – ce qui était une des frustrations du muet (déjà déniée par Le Joueur d'accordéon (Le Prince 1888) à l'époque des pré-films). La lenteur de la démonstration gêne peut-être cette aspiration, mais la pesanteur du détail et des étapes est légitime. En revanche la poésie vaguement macabre et démiurgique de l'homme du théâtre Robert-Houdin se répand avec allégresse. Pour y parvenir, Méliès a mené une élaboration laborieuse, avec des dizaines de collages, mais sa technique est affûtée comme rarement elle l'a été (l'exploitation de la réserve au noir est moins évidente), ce qui donne une impression de pleine maîtrise devenue 'naturelle'. Le ton est euphorique, emmené par la fougue ordonnée du professeur Méliès, à la marche burlesque voire cartoonesque, finalement imitée par sa chorale féminine.

Cet opus fait partie des plus 'incluants' (par sa pédagogie) et des plus éblouissants pour le spectateur. Si Méliès tient souvent moins bien sur les 'longues' durées (les Voyage dans la Lune et à Travers l'impossible en attestent, Barbe-Bleue le dément un peu et Le Locataire Diabolique clairement), sur des durées 'moyennes' de deux à cinq minutes il peut facilement déployer une grande énergie et déployer une mécanique relativement complexe – ou un torrent d'actions, ce qui masque ses qualités impropres de raconteur (quoiqu'il y excelle facilement mieux que ses concurrents, à ce stade). La Lune à un mètre en attestait dès 1896, Le Diable au couvent (1899) à plus forte raison ; Le Manoir du diable un peu moins malgré son ambition, à cause d'une lisibilité modérée et parce qu'il se bornait à agiter des gadgets, sans avoir le semblant nécessaire de continuité, donc d'élasticité à montrer face aux obstacles.

Depuis 2011 le film est souvent diffusé avec la musique de Lawrence Hérissey, de la famille de Méliès. À l'époque où sortait Le Mélomane, de tels accompagnements étaient fréquents dans les salles, mais généralement informels ou approximatifs par rapport à l'écran (comme le morceau de Air collé au Voyage dans la Lune à sa remastérisation en 2011). L'Assassinat du duc de Guise en 1908 n'est peut-être pas le premier film français sorti avec une musique spécialement créée pour lui, mais c'est le premier pour lequel on l'a commandée et exécutée de manière officielle – et c'est une contribution prestigieuse puisqu'elle est consentie par Camille Saint-Saëns, le compositeur du Carnaval des Animaux.

https://zogarok.wordpress.com

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 184 fois
Aucun vote pour le moment

Zogarok a ajouté ce court-métrage à 4 listes Le Mélomane

Autres actions de Zogarok Le Mélomane