Advertisement
Affiche Le Mépris

Critiques de Le Mépris

Film de (1963)

Capri, c'est fini.

Et mes fesses, tu les aimes, mes fesses ? Ben, pour ma part, pour sûr que je les aimes tes fesses, Brigitte, tellement, que si tu n'étais pas là, j'aurais bien collé 1 à ce sentencieux navet. Jean-Luc Godard, c'est un peu le jumeau inversé de Guy Debord : _l'un se croit apollinien (ou pas ) parce qu'il filme le bleu, du ciel, de la mer, le rouge, couleur... Lire la critique de Le Mépris

63 21
Avatar -Piero-
5
-Piero- ·

Je me sens connard de faire une critique sur un film de Jean-Luc Godard.

Il n'y a pas de moments clés précis qui sépare Camille de son mari. Ce n'est pas lorsque la voiture part loin de lui ou que le bateau l'emporte. C'est ce que Paul voudrait croire comme il voudrait croire que sa relation se calque sur l'Odyssée. Le film n'est pas une mise en relation de ces deux relations, d'ailleurs Paul se trompe dans sa théorie : Ulysse n'a jamais voulu partir à la guerre de... Lire l'avis à propos de Le Mépris

26 1
Avatar BPlastik
10
BPlastik ·

Sans la musique, Le Mépris serait une erreur.

La descente en flammes dont est victime ce film semble être, dans certains cercles, le gage d’un bon goût cinéphilique : de celui qui aurait dépassé l’idolâtrie circonstanciée à une époque certes éphémère (la Nouvelle Vague) et un cercle restreint (en gros Les Cahiers du Cinéma), et qui verrait dans la suffisance de M. Godard un argument suffisant pour rejeter en... Lire la critique de Le Mépris

51 13
Avatar Sergent Pepper
8
Sergent Pepper ·

Complètement nue au soleil.

Bon, on arrête les conneries cinq minutes, on pose le joystick, on se déconnecte de Facebook, on se retient de regarder le nouvel épisode de "Game of thrones" et on balance le portable dans la cuvette des WC. Ce soir, c'est décidé, je me métamorphose en cinéphile avec un grand C, celui qui lit "Les cahiers du cinéma", celui qui chie sur le cinéma hollywoodien et qui se masturbe devant du Godard.... Lire l'avis à propos de Le Mépris

41 12
Avatar Gand-Alf
8
Gand-Alf ·

Je m'épris. De Godard

Finalement, en quoi « Le mépris» est-il foncièrement mémorable ? Les (très belles) fesses de Brigitte ? Le (sans doute très bon) roman de Moravia ? Une villa (proprement hallucinante) à Capri ? Une musique lancinante reprise en boucle inexorablement ? Un peu de tout ça ? D'où la question, forcément brûlante : qu'est-ce que notre Jean-Luc transnational a-t-il amené à ce moment fort (qu'on le... Lire l'avis à propos de Le Mépris

58 15
Avatar guyness
7
guyness ·

vrai

Les mots empruntés à André Bazin, aux premières secondes, font autorité. L'auteur qui nous parle crée immédiatement la toute-puissance : un monde au-delà du film, distendu dans le temps comme dans l'espace. Si l'on dit que les âmes nouvelles de Godard tendent à en faire le cinéaste du rien, j'ai, pour ma part, goutté comme rarement à l'autorité et à la puissance des êtres. C'est vrai,... Lire l'avis à propos de Le Mépris

36 2
Avatar Max0
10
Max0 ·

Critique de Le Mépris par Gérard Rocher

Camille est une très jolie femme mariée à Paul, éventuel scénariste d'un film adapté de "L'Odyssée" par Fritz Lang. C'est dans des studios de Rome que la rencontre... Lire la critique de Le Mépris

32 51
Avatar Gérard Rocher
5
Gérard Rocher ·

Le mépris... mais pour qui ?

Godard ou l'art de justifier un film ennuyeux, pour rester poli, par la poésie. Alors d'accord, commencer par la nudité de B.Bardot et terminer par Ulysse qui crie victoire face à la mer, c'est joli, c'est poétique. Mais polluer tout le film avec cette musique insupportable et consacrer une heure à l'ennui dans le couple avec des plans séquences... je n'ai pas de mots. C'est du sadisme de la... Lire l'avis à propos de Le Mépris

35 6
Avatar Pretoria
2
Pretoria ·

Oh oui je les aimais tes fesses...

"Et mes fesses, tu les aimes mes fesses ...?" (Oui mais celles de l'époque alors, aujourd'hui je passe mon tour, tu m'en veux pas Brigitte ?) C'est Guyness qui m'a obligé à choisir cette scène. Non je déconne, d'autant que cette scène est doublement culte, moment de cinéma qui me suivra jusqu'à ma mort et symbole absolu de l'esprit libre de JLG, cette ouverture étant un superbe doigt d'honneur... Lire l'avis à propos de Le Mépris

19 1
Avatar takeshi29
10
takeshi29 ·

Son gros dard n'a pas su piquer mon intérêt (c'est une métaphore subtile pour dire bite)

Je me dois de faire une concession à Godard : il ne s'encombre pas de compromis. Il fait le cinéma qui lui plaît, froid et sans âme, il s'en fout visiblement des conventions, et du public. Mieux, il s'autorise le snobisme, la prétention. Ça ne rend pas son œuvre plus intéressante ni moins détestable, mais on doit au moins lui reconnaître l'honnêteté intellectuelle de chier sur la pellicule puis... Lire la critique de Le Mépris

33 12
Avatar SeigneurAo
3
SeigneurAo ·