Première exposition du "Kinétoscope"

Avis sur Le Salut de Dickson

Avatar Zogarok
Critique publiée par le

En 1889 Thomas Edison met au point la première véritable caméra, le Kinétographe, après la création d'appareil photographiques sophistiqués qui ont engendrés les premiers 'pré-films' (réalisés par Muybridge et Augustin Le Prince). Les captures du Kinétographe seront diffusées via le Kinétoscope, une boîte en bois dans laquelle les spectateurs inséraient des jetons pour faire défiler une série d'images. Son associé William Kennedy Laurie Dickson est chargé par Edison des premières prises de vues (avec une pellicule en format 19mm, plus tard 35mm), ce qui en fait le premier réalisateur du cinéma.

Le premier film [public – les Monkeyshines de 1890 sont des balbutiements] du Kinétographe est Dickson Greeting (Le Salut de Dickson). Tourné en mai 1891, il présente un homme (le réalisateur) en train de saluer un public imaginaire, passant son chapeau d'une main à l'autre. Il ne reste que deux de ses dix secondes initiales. Ce film est présenté le 20 mai 1891 à un parterre de cent-cinquante militantes féministes (Federation of Women's Club). C'est une pièce collection et surtout une pièce-témoin, délicate à estimer pour elle-même, le 'trou' en rajoutant. Elle dispute à Sallie Gardner at a Gallop (1878) et Une scène au jardin de Roundhay (1888), voire à La Sortie de l'usine Lumière (1895), le statut de premier film de l'Histoire.

Edison ouvrira des salons de kinétoscope à partir de 1893 et fera une démonstration publique de son système à Paris l'été 1894. De nombreux techniciens et opportunistes s'inspireront de sa création ; en première ligne, les frères Lumière. Ils présenteront le cinématographe et organiseront les premières projections en 1895 (Sortie d'usine, La Ciotat), rendant désuet le Kinétoscope. Si le statut de pionnier 'absolu' d'Edison peut toujours être discuté, son manque de flair est indéniable : il a délaissé les projections sur grand écran, estimant que cette pratique tuerait l'intérêt du public.

On ne peut pas être un génie et un inventeur si considérable, dans tellement de domaines, doublé d'un homme d'affaires si vorace, en restant accroché à la perspective du marchand démagogue. Edison compensera avec la maison de production à son nom, Edison Studios (d'abord incarnés par la Black Maria fondée en 1893), qui fermera en 1918. Dickson sera le principal réalisateur dans cette maison et Edwin S.Porter un de ses meilleurs lieutenants, en tant qu'auteur des remarquables Life of an american fireman et The Great Train Robberry (1903). Edison lui-même réalisera environ soixante films (dont Eugen Sandow en 1894, Electrocuting an Elephant en 1903).

https://zogarok.wordpress.com/

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 416 fois
Aucun vote pour le moment

Zogarok a ajouté ce court-métrage à 3 listes Le Salut de Dickson

Autres actions de Zogarok Le Salut de Dickson