👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Émancipation tardive d'un pro du cacheton

Quand Lautner sort l’acide sulfurique de l’armoire à pharmacie pour mettre un coup de javel corrosif à la bonne moralité, il ne le fait pas à moitié, et ne s’arrête que lorsque le vernis des fausses apparences finit de se dissoudre totalement.

A l'occasion d’un crime commis au sein d’une communauté tranquille, il pointe du doigt les hommes importants qui la dirigent. Jouissant d’une éducation qui leur a permis de glaner influence et pouvoir, ils sont à même de se substituer à la justice pour orienter cette dernière lorsqu’elle peut servir leurs intérêts. Peu importe que le crime soit résolu par un procès rétablissant la vérité, du moment que l’issue de ce dernier ne remet pas en cause la belle hiérarchie de leur communauté. Et si dans le même temps, ces salopards de hippies aux mœurs douteuses, qui s’amusent de la vie au lieu de la prendre au sérieux, peuvent prendre un coup derrière la nuque, ce n’est que bénéfice.

Lautner trouve en Blier la parfaite palette émotionnelle pour véhiculer son cynique et acerbe portrait. Regard assuré, éloquente diction, il incarne avec la moindre parcelle de son être un pharmacien au fort tempérament, respecté par sa communauté, qui renoue avec son individualité au moment même où il est victime d’une pulsion meurtrière, geste irrémédiable qui le coupe enfin du monde sans aspérité qui l’avait avalé. L’heure pour lui de faire le point, se rendre compte qu’il vit emprisonné par les règles d’une société rassurante prônant la seule réussite sociale : une vie de famille tranquille et un travail respectable fait avec le sourire.

Entre remise en cause du bonheur rassurant que peut revêtir la vie de famille, dénonciation d’une justice à deux vitesses et choc de mentalités contraires, Lautner dresse dans le septième juré un portrait dépressif d’une société qui tente de dissimuler les travers de son humanité sous une superficialité faite d’apparences.

L’ironie tente bien de se frayer un chemin dans cette noire démonstration, au moyen de dialogues savoureux, mais c’est toujours éphémère. Le septième juré ne se construit pas par l’humour, mais bel et bien par un pessimisme total, qui prend parfois les traits de composantes un peu exagérées, comme cet ancien soldat décidément trop patriote ou cette voix off qui martèle un peu trop vivement son propos. Pour autant, il n’est pas envisageable de se lancer dans un discours si subversif sans aller au bout de ses idées. Lautner l’a bien compris et fait preuve d’une liberté de ton totale— quels dialogues !— qui lui permet de faire le tour de son sujet épineux sans s’encombrer d’une nuance qui aurait pu être rassurante.

En cela, la fin totalement désespérée de son entreprise en dit long sur le pessimisme résigné qui semble l’habiter. Le septième juré est un film profondément humain, touchant parce qu’il n’est peuplé que par des hommes solides à première vue, qui deviennent pourtant, victimes à leur tour, en fonction du point de vue avec lequel on les considère. Un film glacial, qui ôte toute bonne humeur mais inspire une belle dose de respect. Lautner, non content d’y dérouler un message fortement corrosif, marque les esprits par une mise en scène au cordeau, une fantastique photographie très contrastée et des points de vue saisissants qui finissent de faire de sa proposition un sacré moment de bravoure.



Pour les zimages, c'est par ici >

oso
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste L'ours, Homo Video, en 2014

il y a 7 ans

28 j'aime

3 commentaires

Le Septième Juré
oso
8

Émancipation tardive d'un pro du cacheton

Quand Lautner sort l’acide sulfurique de l’armoire à pharmacie pour mettre un coup de javel corrosif à la bonne moralité, il ne le fait pas à moitié, et ne s’arrête que lorsque le vernis des fausses...

Lire la critique

il y a 7 ans

28 j'aime

3

Le Septième Juré
Morrinson
8

Justice factice et paix sociale

Quel drôle d'effet que de se lancer dans ce Lautner, réalisé une année avant le film pour lequel il est aujourd'hui célèbre (Les Tontons flingueurs), en y attendant une comédie gentillette et...

Lire la critique

il y a 5 ans

26 j'aime

5

Le Septième Juré
-Marc-
8

Lautner fait son Chabrol

Un meurtre fait apparaître l'hypocrisie méprisable de la bourgeoisie d'une petite ville de province. Pour éviter de fouiller parmi eux, tous s'acharnent sur le mouton noir, un jouisseur, séducteur et...

Lire la critique

il y a 5 ans

20 j'aime

2

La Mule
oso
5
La Mule

Le prix du temps

J’avais pourtant envie de la caresser dans le sens du poil cette mule prometteuse, dernier destrier en date du blondinet virtuose de la gâchette qui a su, au fil de sa carrière, prouver qu’il était...

Lire la critique

il y a 3 ans

80 j'aime

4

Under the Skin
oso
5

RENDEZ-MOI NATASHA !

Tour à tour hypnotique et laborieux, Under the skin est un film qui exige de son spectateur un abandon total, un laisser-aller à l’expérience qui implique de ne pas perdre son temps à chercher...

Lire la critique

il y a 7 ans

73 j'aime

15

Dersou Ouzala
oso
9

Un coeur de tigre pour une âme vagabonde

Exploiter l’adversité que réserve dame nature aux intrépides aventuriers pensant amadouer le sol de contrées qui leur sont inhospitalières, pour construire l’attachement réciproque qui se construit...

Lire la critique

il y a 7 ans

57 j'aime

8