La démence avant l'expressionnisme

Avis sur Le moulin maudit

Avatar Zogarok
Critique publiée par le

Alfred Machin a été l'un des meilleurs contributeurs des studios Pathé dans les premiers temps du cinéma. Sa carrière confond deux branches : réalisateur de films et reporter. Au début il rapporte des films d'aventures et des documentaires animaliers d'Afrique ; par la suite, il participe à l'avènement du cinéma belge, signant notamment le long-métrage pacifiste Maudite soit la guerre (1914) – juste avant d'être recruté pour l'effort de guerre. Il tournera à cette occasion les scènes dans les tranchées utilisées par Griffith pour Cœurs du monde (1918). Après la guerre, il fonde son propre studio près de Nice et reste très productif jusqu'à son accident mortel en 1929. Il réalise beaucoup de comédies 'animalières' ; sa grande mascotte est une panthère, Mimir, guest dans sept films.

Le Moulin Maudit appartient au début de son œuvre et est produit par Pathé. Ce court-métrage de cinq minutes est considéré comme un des précurseur du cinéma expressionniste – courant qui émergera 'officiellement' en 1920 avec Caligari de Robert Wiene et s'épanouit essentiellement en Allemagne. Paul Wegener qui est parfois rattaché à la préhistoire de ce courant (pour L'étudiant de Prague et pour son Golem de 1915 – en tout cas, des films d'horreurs précoces) est également allemand. Le Moulin Maudit s'y rattache surtout pour son thème et les caractéristiques des personnages. Il raconte une vengeance dont les sujets virent à la folie meurtrière ou à un effroi démentiel. Ce n'est pas un drame conventionnel mais plutôt une sorte de tragédie romanesque dans laquelle le spectateur n'a pas de place pour s'identifier et probablement pas de passion à vivre par procuration.

Comme les futurs films expressionnistes, Le Moulin Maudit raconte donc une fêlure morale et un détachement maladif de la réalité, mais se passe de la dimension sociale voire de la notion d'angoisse omniprésentes dans ce mouvement étranger. La mise en scène n'implique pas de panoramique ni de trucages, sauf l'arrêt-caméra pour maquiller quelques artifices. En revanche il utilise les diagonales et les profondeurs de champ pour souligner certains déplacements. Le montage est très vif, les ellipses abondantes et réfléchies, parfois présentes au sein d'une même scène. De plus la furie de Wilhem (interprété par Berryer), la tension instaurée et le crescendo dans la violence rendent cette courte séance intense. Le tournage en extérieur est aux antipodes des vues apathiques et prosaïques des Lumière (Passage d'un tunnel étant une exception remarquable), avec un intérêt plus allégorique que pour Rescued by Rover (1908) : l'espace participe au délire de Wilhelm sans être modifié.

https://zogarok.wordpress.com

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 104 fois
Aucun vote pour le moment

Zogarok a ajouté ce court-métrage à 4 listes Le moulin maudit

Autres actions de Zogarok Le moulin maudit