Nous sommes félins pour l'autre

Avis sur Les Aristochats

Avatar Rawi
Critique publiée par le

Ah les Aristochats !
Quel petit bonheur que ce film. D'une part, je suis une amoureuse inconditionnelle des félins et là je suis servie d'autre aprt, la bande son au rythme endiablé...
www.youtube.com/watch?v=_IXSKwujXdw de Floyd Huddleston et Al Rinker
Tout pour me plaire.
A noter également la dernière composition des frères Sherman pour le studio.
https://www.youtube.com/watch?v=Ff6t7ByV8Eg
Dans le Paris du début du siècle dernier, une maison des quartiers chics abrite la richissime Madame de Bonnefamille et ses chats.
Fait notable chez les Disney ce métrage n'est pas une adaptation mais un scénario original. Malgré le désamour du père Walt pour les félins domestiques, l'idée proposée par Tom McGowan le séduit.
Grand bien lui en a pris car ce sera le dernier projet qu'il supervisera puisqu'il meurt avant de voir le projet finalisé. Les Aristochats marque donc malgré lui une frontière entre les Disney "classiques" et l'oeuvre postWalt du studio qui verra le leadership de Wolfgang Reitherman et annonce le style Disney de la décennie qui va suivre.
Les personnages sont une grande réussite du film.
Les trois chatons d'abord ! Marie la blanche et ses frères Berlioz le noir et Toulouse le rouquin sont à la fois différents et complémentaires même si la demoiselle est mise plus avant que ses deux frères.
Duchesse est le stéréotype de la lady : soumise, fidèle montre l'exemple et incarne l'idéal de la famille.
Walter Giuseppe Désiré Thomas O'Malley n'apparait qu'après ses congénères mais se trouve être le héros masculin du film. Une sorte de bad boy au grand coeur. Un homme foufou mais au grand coeur et sur qui on peut compter en cas de besoin.
Au cour de l'histoire, il quitte sa condition solitaire et réalise que l'individualisme n'est qu'une condition transitoire dont on ne peut pas se satisfaire.
Edgar, le méchant de l'histoire, n'a pas l'envergure d'une Cruella ou le charisme d'un Sher Khan mais le ridicule l'habille suffisamment bien pour que sa fadeur lui soit pardonnée.
J'allais oublier Roquefort. La souris amie de nos amis poilus. La relation qu'elle entretient avec les chats de la maison est une amitié qui va pousser Roquefort à s'élancer au secours des félins quand elle les saura en danger. Elle sera d'ailleurs partie prenante de leur sauvetage.
Viennnent ensuite les "groupes" de personnages : Les chiens, Lafayette et Napoléon, les oies Amélie et Emilie servent des scènes d'une cocasserie fort agréable et mémorable. LA leçon de natation étant un sommet de drôlerie.
Les Scatcats, amis de Thomas, sont une des grandes réussites du film. Leur numéro de musique est dans toutes les mémoires.
Un film que je revois chaque fois avec un plaisir non dissimulée bien que je ne sois plus une enfant.
Il a ses défauts, bien sûr mais les compositeurs de la bande originale ont fait un tel travail que c'est aussi un régal pour les oreilles.
La critique lui réservera un accueil plus que mitigé mais le public, quant à lui lui fera un triomphe.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 964 fois
43 apprécient · 1 n'apprécie pas

Rawi a ajouté ce film d'animation à 3 listes Les Aristochats

  • Films
    Illustration films (re)vus en 2014

    films (re)vus en 2014

    Et voilà, une nouvelle année cinématographique commence En votre compagnie mes chers éclaireurs et abonnés illuminée de vos...

  • Films
    Cover Top critiques (films)

    Top critiques (films)

    Liste quelque peu narcissique mais qui m'aide à me retrouver dans mes critiques.

  • Films
    Illustration Disney "postwalt"

    Disney "postwalt"

    Classés par ordre chronologique pour le moment, je les classerai rapidement par ordre de préférence.

Autres actions de Rawi Les Aristochats