Le film s'ouvre sur un oeil, un regard qui se forme, une langue qui se prononce maladroitement. Fond noir !
L'intérêt majeur de cette adaptation est son ACTRICE principale. A la fois très connue, reconnue et méconnaissable, elle a joué ici avec son image pour rendre possible le processus particulier du film. En effet, de nombreuses scènes sont filmées en caméra cachée avec des acteurs non professionnels. Cela donne plus de vérité aux scènes de séduction et montre comment un homme est une proie facile. D'ailleurs cette mante religieuse se métamorphose complètement à la rencontre d'un homme qui la regarde autrement qu'avec un désir à assouvir.

Le moment ou la séductrice marche hagarde et fait une chute en pleine rue est un pendant à la scène de la plage ou son indifférence aux événements se déroulant dans l'eau. Le temps se fige, son visage sur le sol, les gens qui la soutiennent qu'elle quitte sans un merci ni même un regard. Elle se relève comme pour une renaissance. Son chemin va changer.
Jonathan Glazer filme une histoire qui en soi n'a rien de bien original. Une croqueuse d'hommes venue d'ailleurs, une volonté de s'humaniser. Rien qui sorte des sentiers déjà balisés. Ce qui diffère c'est le style ! Une bande son envoûtante, (merci à Mica Levi pour son travail fabuleux) une caméra qui à la fois expérimente et maîtrise absolument ce qu'elle cherche à montrer...
Et puis il y a l'actrice ! Scarlett que je désespérais de retrouver dans autre chose que ce personnage de fille désirable qui joue de ses charmes, montre en jouant un corps sans voix après avoir joué une voix sans corps, qu'elle est en train de donner une nouvelle chance à sa carrière et fait à nouveau des choix de rôles intéressants. Elle retrouve son corps ici et l'expose aux regards et aux désirs comme une marchandise consumériste qu'elle va finir par abandonner. Est-ce une parabole imagée pour nous dire qu'elle a compris qu'être une actrice était plus qu'une image ?
Je la remercie de m'avoir donné tort en la condamnant d'avance.
Son errance dans des limbes à la fois sombres et translucides son passage dans une Ecosse magnifique et sauvage font de ce projet casse gueule une réussite même s'il s'égare par moments dans ses recherches purement esthétiques et se fait rattraper par son sujet on passe au dessus pour se laisser happer par ce poème fantasmatique.
Même si le cadre est bien implanté géographiquement et socialement il s'agit d'un voyage dans l'espace et le temps.
Toute à sa mission, la "séductrice", au volant de sa camionnette ne prête attention qu'à son objectif. Une ombre à moto veille de loin à ce qu'elle ne s'en éloigne pas. Elle DOIT susciter le désir chez sa proie. Elle ne ressent rien que la chair froide. Quand la chaleur humaine va enfin la toucher, le film prendra une toute autre direction. En perdant sa fonction première (séductrice) elle devient mutique.
Elle montre ici que la communication ne passait pour elle et ses proies que par le corps, que les mots ne sont définitivement que des leurres.
Face à cette importance donnée à la forme, difficile de croire que derrière cet objet se cache un roman.
Comment est-il possible de ressentir la force conférée par ces images au travers de simples signes formant des mots qui collés les une aux autres arrivent à faire des phrases qui expriment des idées ?
Tout commence et finit dans l'éternité
Rawi
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Top critiques (films) et films (re)vus en 2014

Le 4 juillet 2014

126 j'aime

33 commentaires

Under the Skin
Rawi
8

Poème érotique

Le film s'ouvre sur un oeil, un regard qui se forme, une langue qui se prononce maladroitement. Fond noir ! L'intérêt majeur de cette adaptation est son ACTRICE principale. A la fois très connue,...

Lire la critique

il y a 8 ans

126 j'aime

33

Under the Skin
Marthe_S
5

Une eau peu profonde

"C'est une eau peu profonde", dit un personnage de Claudel à propos d'un autre personnage, qui manifestement lui semble idiot. J'aurais voulu trouver une formule aussi mordante pour donner mon avis...

Lire la critique

il y a 8 ans

117 j'aime

17

Under the Skin
Velvetman
10

L'habit ne fait pas l'humain

Under the skin est un film indéfinissable, parfois indéchiffrable. Un point lumineux s’agite autour de formes obscures. La musique se fait assourdissante, se pose alors devant nous, une sorte de...

Lire la critique

il y a 7 ans

91 j'aime

9

Mon roi
Rawi
8
Mon roi

Amoureuse

Difficile de donner un avis objectif sur ce film tant le ressenti éprouvé face à ce couple dépend de soi et de son vécu, de sa capacité à comprendre le personnage de Tony ou pas. Au cours d'une...

Lire la critique

il y a 7 ans

176 j'aime

10

Under the Skin
Rawi
8

Poème érotique

Le film s'ouvre sur un oeil, un regard qui se forme, une langue qui se prononce maladroitement. Fond noir ! L'intérêt majeur de cette adaptation est son ACTRICE principale. A la fois très connue,...

Lire la critique

il y a 8 ans

126 j'aime

33

Le Petit Prince
Rawi
9

Poésie initiatique

Cher Antoine, Quand j'ai fait la connaissance de votre petit Prince, je n'étais qu'une petite fille qui commençait ses découvertes littéraires. Bien sûr qu'à 7 ans, je n'ai pas tout compris. La...

Lire la critique

il y a 6 ans

117 j'aime

9