Affiche Les Cordes de la potence

Les Cordes de la potence

(1973)

Cahill U.S. Marshal

12345678910
Quand ?
5.9
  1. 0
  2. 4
  3. 6
  4. 8
  5. 45
  6. 73
  7. 31
  8. 6
  9. 2
  10. 4
  • 179
  • 7
  • 55

À la suite d'une bagarre dans un saloon, Daniel Cahill, le fils d'un shérif, se retrouve en prison avec trois étrangers, Fraser, Brownie et Struther. Ceux-ci lui proposent de les aider à piller une banque, en profitant de l'absence de leur père, occupé à traquer un criminel.

Casting : acteurs principauxLes Cordes de la potence
Casting complet du film Les Cordes de la potence
Match des critiques
les meilleurs avis
Les Cordes de la potence
VS
Ados amigos

Un western que l'on qualifiera de familial. John Wayne joue un père absent (en tant que marshall, il passe son temps à traquer les hors-la-loi aux quatre coins du Texas), mais aimant. Sa légende un brin envahissante et son manque d'assiduité paternelle ne manquent pas d'encourager la crise d'adolescence de ses deux gamins. Crise d'adolescence qui consiste tout de même à voler une banque en s'associant à une bande de malfrats. Et oui, nous sommes dans l'Ouest américain, pas dans l'Ouest...

3 2
Critique de Les Cordes de la potence par Selenie

Après "Le grand McLintock" (1963), "Les Géants de l'Ouest" (1969) et "Chisum" (1970) le réalisateur retrouve le monstre sacré John Wayne pour un rôle taillé sur mesure où The Duke se la joue paternaliste. Il interprète le marshall J.D. Cahill, toujours à traquer les pistoleros et qui se retrouve à aider son fils devenu braqueur de banque pour se venger d'un père absent. Le film repose trop sur un... Lire l'avis à propos de Les Cordes de la potence

2
Critiques : avis d'internautes (8)
Les Cordes de la potence
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
LES CORDES DE LA POTENCE de Andrew V. McLaglen

Dernière collaboration entre Andrew V. McLaglen et John Wayne dans cette production Batjac (c’est à dire John Wayne & sons). Malgré la présence à l’écriture de Harry Julian Fink et Rita M. Fink qui ont signé deux ans auparavant le très efficace et redoutable scénario de « L’inspecteur Harry » (« Dirty Harry« ) (1971) de Don Siegel, on ne peut pas dire que le film soit inoubliable. Bien au... Lire la critique de Les Cordes de la potence

3
Avatar littlebigxav
4
littlebigxav ·
Découverte
Un petit air de Bravados

Il s'agit d'un des derniers westerns de John Wayne, qui fait partie de la dernière partie de sa carrière, presque la fin, son testament restant le Dernier des géants en 1976. Se sachant condamné par le cancer, il a tourné ainsi dans ces dernières années de bons westerns comme Chisum, Rio Lobo, les Voleurs de trains ou... Lire la critique de Les Cordes de la potence

8 2
Avatar Ugly
7
Ugly ·
Critique de Les Cordes de la potence par AMCHI

C'est un des derniers western du grandiose John Wayne qui livre ici un belle interprétation en veuf, père de 2 enfants en manque d'amour qui vont être complices d'un hold-up alors que leur père est un marshall respecté. Les Cordes de la potence est un beau film au ton un peu nostalgique parfois mélancolique, comportant une petite dose de suspense et de bonnes scènes... Lire la critique de Les Cordes de la potence

5 4
Avatar AMCHI
7
AMCHI ·
Les cordes, c''est comme la magie : si on voit la ficelle, c'est foutu (d'après Gérard Majax)

De magie dans ce film, il n'y en a aucune ! L'histoire est aussi banale que bien souvent, on reprend toujours les mêmes vieux acteurs mais qui ont vieilli au point qu'on se demande s'il ne leur fallait pas un escabeau pour se hisser sur leurs destriers et revoici les éternels John Wayne, George Kennedy... Cette histoire pitoyable m'a rappelé cette rengaine d'Aznavour : "Comme d'habitude" !... Lire la critique de Les Cordes de la potence

Avatar 270345
4
270345 ·
Critique de Les Cordes de la potence par Ygor Parizel

Western moyen et même anachronique sorti en 1973. En effet tout semble à l'ancienne mode dans ce film, une intrigue légère et manquant de rebondissements, un John Wayne vieillissant qui joue une version non-alcoolisée de Rooster Cogburn nommée Cahill, un héros d'un autre temps et enfin une bande-originale démodée. Reste que c'est plutôt sérieusement produit et correctement réalisé. Lire l'avis à propos de Les Cordes de la potence

Avatar Ygor Parizel
6
Ygor Parizel ·
Toutes les critiques du film Les Cordes de la potence (8)