👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Les fils de l’homme marque par la proximité et la crédibilité du future qu’il dépeint et la cohérence totale de son univers, maitrisé par Alfonso Cuarón de bout en bout. Le film est extrêmement bien réalisé, avec un magnifique travail de décor (cette Angleterre décadente et en ruines), des plans séquences à couper le souffle et un Clive Owen dans l’un de ces meilleurs rôles.

Le film est très riche, et aborde ou survole de très nombreux thèmes et idéologies, faisant habilement le grand écart entre le deuil individuel et l’effondrement total de la société. Pollution, fascisme, repli identitaire, inégalités de classe, indifférence de l’élite, terrorisme, destruction de la liberté de la presse, contrôle des populations…. il y a un très grand sens du détail dans chaque scène, qui nous hurle que ce futur est finalement bien plus proche qu’on aimerait. En revanche, 15 minutes supplémentaires pour un peu mieux poser les enjeux et les factions n’auraient pas été de trop. Même si le rythme est excellent et qu’on comprend parfaitement ce qu’il se passe, il manque un petit quelque chose. Ce manque se ressent sur le personnage incarnée par Julianne Moore, dont on ne comprendra jamais vraiment l’importance.

Le style caméra à l’épaule et les plans séquences donnent un aspect reportage au film, et renforce encore plus le chaos et la dérive ambiante. Loin d’être artificiel dans sa réalisation, Cuarón utilise au contraire tout son langage cinématographique, soutenu à la perfection par la photographie terne et sourde d’Emmanuel Lubezki, pour nous plonger en plein cœur de son film, tant d’un point de vue narratif qu’émotionnel.

AlicePerron1
9
Écrit par

il y a 2 ans

Les Fils de l'homme
Sergent_Pepper
10

Le crépuscule précieux.

La cendre du monde est encore chaude, et les quelques éclats de braise qui la parsèment font croire au Royaume Uni que le fascisme est un efficace respirateur artificiel. Le deuil corrompt...

Lire la critique

il y a 7 ans

188 j'aime

30

Les Fils de l'homme
drélium
9

Teo

Je suis bien emmerdé. Je me suis imposé la lourde tâche de faire une critique mesurée sur un film considéré, par moi y-compris, comme l'un des tout meilleur film de science-fiction de la décennie. Et...

Lire la critique

il y a 8 ans

117 j'aime

34

Les Fils de l'homme
Gothic
6

L'espoir fleurit, Theo fane

Me voilà bien embêté au moment de noter ce "Children of Men". Récemment encore, je me pavanais avec mon 4 plutôt cinglant, revendiquant avec fierté ma différence, et énumérant à qui voulait...

Lire la critique

il y a 8 ans

81 j'aime

44

La Bonne Épouse
AlicePerron1
3

La bonne épouse rate son plat

La bonne épouse est pour moi un résultat vraiment décevant. La bande-annonce promet une comédie qui tire vers la satire, le sujet du film étant les écoles ménagères dans les années 60, juste avant...

Lire la critique

il y a 2 ans

13 j'aime

1

Ad Vitam
AlicePerron1
4
Ad Vitam

Concept fort mais éxécution sommaire

Ad vitam commence très bien avec un synopsis fort et pose dans ces premiers épisodes nombre de questions et d’intrigues entrelacés très prometteuses. Le thème central du passage de temps et du sens...

Lire la critique

il y a 3 ans

8 j'aime

Porco Rosso
AlicePerron1
10
Porco Rosso

Mélancolie élégante

Porco Rosso est l’un des rares films de Miyazaki que je préfère regarder en français, tout simplement pour la voix grave et enveloppante de Jean Reno, qui enrichit grandement le personnage de Porco...

Lire la critique

il y a 3 ans

7 j'aime