La Chouette Équipe

Avis sur Les Indians

Avatar MalevolentReviews
Critique publiée par le

Les comédies sur le baseball ont écumé les salles américaines depuis les années 70 et le cultissime La Chouette Équipe et ses deux suites inédites chez nous. Ont ainsi suivi plusieurs comédies du même gabarit avec une équipe de losers qui trouveront la force de remporter la victoire ensemble, envers et contre tous. 1989, Les Indians débarque au cinéma et reprend le même schéma classique en n'apportant strictement rien de neuf au genre si ce n'est une galerie d'acteurs en vogue et un contexte assez original...

En effet, le long-métrage est une œuvre fictive fantasmant la gloire de l'équipe des Indians de Cleveland, véritable équipe perdante depuis trois décennies. Aussi, faire un film où de tels losers réussissent à remporter un championnat relève plus de la science-fiction qu'autre chose. Pourtant, le réalisateur David S. Ward, un spécialiste du genre qui a déjà réalisé The Program portant alors sur le football américain, réussit à rendre le film intéressant malgré le sujet destiné principalement aux fans du sport.

Car au lieu de vraiment prôner la réussite d'une équipe alors ringarde dans la vraie vie, il préfère jouer sur cette réalité, choisissant les Indians comme équipe du film pour délivrer un message classique mais toujours efficace : il faut se battre pour réussir. Pour le reste, le film n'est hélas pas la comédie du siècle et rien ne nous fera vraiment rigoler. Les gags sont pauvres et on ne sent pas vraiment l'évolution de ces losers et leurs personnalités respectives sont à peine esquissées.

Il y avait pourtant matière à présenter une équipe de bras cassés à la Police Academy avec ici un punk myope comme une taupe (Charlie Sheen), un géant cubain adepte du vaudou (Dennis Haysbert) et bien entendu le black de service (Wesley Snipes dans son premier grand rôle). Au lieu de ça, nous n'aurons que quelques dialogues sous forme de renvoi de balles, deux/trois tensions vite oubliées et une love story chiante à mourir entre le héros transparent (Tom Berenger) et son ex-femme (Rene Russo). Ainsi, en dépit d'un statut culte, Les Indians demeure tout au plus une petite comédie sur le baseball malheureusement peu mémorable.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 95 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de MalevolentReviews Les Indians