Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

(Journée Laclos : 2/4)

L’adaptation d’un œuvre aussi complexe et retorse que le chef d’œuvre épistolaire de Laclos suppose des choix. En s’appuyant sur la version théâtrale du roman, Frears permet un compromis qui va permettre aux singularités cinématographiques de se mettre au service du texte.
La film s’attache, comme toute grosse production hollywoodienne, à reconstituer avec précision une époque. Jardins la française, châteaux, opéra, intérieurs dorés à l’or fin, rien ne manque à l’écrin des libertins ; cette première fascination du spectateur est accrue par la longue ouverture où l’on donne à voir le parement des individus, corsetés, maquillés et coiffés, enfilant leur armée pour aller affronter la société mondaine.
De l’intrigue, le film respecte les enjeux majeurs, délaissant légitimement les excroissances tentaculaires du roman, raccourcissant les conquêtes et les évolutions des personnages.
Mais du glissement dramaturgique à la mise en image, la grande réussite de Frears réside moins dans la débauche de décors et de figurants que dans la possibilité de recourir au gros plan. A l’implacable et savoureuse rhétorique des libertins dans leur lettre, le cinéaste substitue l’art de la séduction par les visages, à la fois marmoréens par leur blancheur et dotés d’un pouvoir de séduction illimité. Valmont est un serpent fielleux dont le regard se colore de plus en plus de sincérité. Merteuil voit Glenn Close appliquer à la lettre tous les préceptes énoncés dans la fameuse lettre 81, où la maitrise absolue d’un rictus ou de la tension d’un cil terrasse l’adversaire.
C’est donc dans l’intimité des alcôves que se joue la plus grande partie du film, qui privilégie les face à face et accorde davantage de place au couple central Merteuil-Valmont qu’aux autres, faisant de la blessure d’orgueil de cette dernière un élément plus explicite que dans le roman.
Une séquence particulière, celle du concert chez Mme de Rosemonde, synthétise cette approche : uniquement focalisée sur les regards, elle s’attarde sur les portraits de Merteuil, Valmont et Tourvel et instaure, sans dialogue, la dichotomie entre les jeux de pouvoir libertins et la découverte du sentiment amoureux.
Porté par des comédiens qui ont l’intelligence de comprendre que c’est dans la mesure que se niche l’intensité, Les liaisons dangereuses allie toutes les qualités du film à gros budget à la subtilité de son propos.
Sergent_Pepper
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Historique, Psychologique, Social, Religion et Littérature

Créée

le 17 avr. 2014

Critique lue 3.9K fois

48 j'aime

5 commentaires

Sergent_Pepper

Écrit par

Critique lue 3.9K fois

48
5

D'autres avis sur Les Liaisons dangereuses

Les Liaisons dangereuses
Eggdoll
7

On s'ennuie de tout mon ange, c'est une loi de la nature. (Le livre est inégalable)

Vu mon excessive adoration de l'oeuvre de Laclos, c'est avec une certaine appréhension que j'ai décidé de me jeter à l'eau et de voir enfin le film. C'est quand même un tour de force appréciable de...

le 30 juin 2011

45 j'aime

12

Les Liaisons dangereuses
Ugly
7

Le jeu des libertins cyniques

Ces jeux pervers et raffinés d'aristocrates libertins et oisifs pourraient rebuter au premier abord, et j'avoue que je n'en suis guère friand, mais on se laisse prendre progressivement par les...

Par

le 16 oct. 2017

19 j'aime

4

Les Liaisons dangereuses
AudreyAnzu
10

"Une seule mousseline couvre sa gorge; et mes regards ont déjà saisi les formes enchanteresses"

Oui enchanteur est le mot pour cette sucrerie cinématographique ! Une adaptation du livre plus que réussite. Je salue d'abord la musique en harmonie totale avec l'ambiance de l'intrigue nous...

le 25 janv. 2013

17 j'aime

5

Du même critique

Lucy
Sergent_Pepper
1

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

le 6 déc. 2014

767 j'aime

104

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

le 14 août 2019

703 j'aime

54

Her
Sergent_Pepper
8

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

le 30 mars 2014

615 j'aime

53