"Les Misérables" pour les nuls - Tome II : Cosette -

Avis sur Les Misérables

Avatar Ze Big Nowhere
Critique publiée par le

Pendant que notre douce Fantine batifole au paradis des pauvres avec les petits anges aux mains sales.
Notre Jeannot qui s'était dénoncé pour sauver un innocent de l'injustice s'est fait coincer par un mélange de Manuel Valls et de Jean-Marc Morandini, avec des cheveux longs et un pistolet qui fait plein de fumée : Le reptilien Javert.

Ne tenant pas en place, Valjean nous refait un épisode de "Prison Break" et s'arrache à l'Anglaise.
Manque de bol, il se refait pincer comme un débutant et se prend perpète au bagne de Toulon. Bien décidé à faire chier son petit monde et laissant tomber l'autre mouduzboub de Wentworth "Prisonbreak" Miller pour le "Bigballed" Clint "Evadé d'Alcatraz" Eastwood. Notre Jeannot retente le diable et réussi son coup dans la rade de Toulon en nageant sous un bateau.
Disparu le galérien. Mort. Qu'ils croient !

A nouveau libre notre Jeannot, homme d'honneur, compte bien récupérer le pépin de Fantine. La pitchoune aux joues creuses: Cosette.
Le voilà qui déboule à Montfermeil la veille de Noel. Un peu vénère le Jeannot !
Des cadeaux plein les poches, genre boîte à musique pour la petite et boîte à gifles pour les Thénardier.
Faut dire que les aubergistes la font pas chômer, la pèque. La mère Thénardier envoie le pépin, la nuit de Noel, chercher de l'eau à la fontaine en pleine forêt. La connasse !

L'a peur le pépin toute seule avec ses 12 kilos tout mouillés. Pis il est lourd ce seau, putain ! Comme une vanne de Laurent Ruquier.
Et grand, nom de Dieu ! Plus grand qu'elle ce putain de seau. Il pourrait recueillir l'eau des cerveaux de tout les candidats de secret story. Peut être pas celle de Castaldi, y en a beaucoup trop, ce serait plus crédible. Mais un sacré grand seau, quand même.
en Passant, elle repère une petite poupée toute mimi dans un marché de Noel. Elle lui plaît cette pépette. Mais bon ! Le manque d'oseille a l'air génétique dans cette famille.

La voilà repartie avec son seau aussi gros que les chevilles de Cyril Hanouna, dans la ténébreuse forêt.
Elle a peur la pisseuse, elle a froid, elle fatigue aussi. Tout à coup, son seau se fait plus léger, semble s'envoler.
V'là le Jeannot à la rescousse ! Notre Jeannot au grand coeur ! Un genre de Stéphane Plaza honnête qui débarquerait dans ta vie, mais qui au lieu de te farcir en te vendant des apparts' trop chers, te filerait du bonheur gratis. Il lui porte son seau à Cosette. Et hop ! Direct chez les Thénardier.

J'peux te dire qu'il est remonté le Valjean.
Qu'il prend sur lui pour pas distribuer gifles dans le museau et coups de pieds dans les rouleaux à tout le monde.
Il leur balance une bourse pleine d'oseille au visage, prend la petite dans ses bras et leur claque la porte à la gueule.
Ca y est ma chérie, t'es sortie de l'enfer. Tiens prends cette poupée.

Jeannot et le pépin rentrent sur Paname, bien décidés à ce qu'on ne viennent plus les faire chier.
Faut dire que niveau emmerdes, ils cumulent les 2 poissards.
Mais bon. Ils s'installent tout les 2 dans une petite maison: La masure Gorbeau; et faisant de l'adage "Pour vivre heureux, vivons cachés" un mode de vie. Un mode de survie. Ils la jouent discrétos.

La petite récupère bien. Gaie, insouciante, elle semble renaître.
Notre Jeannot, lui, a la paternité qui commence à lui pousser dans le coeur. Il l'aime cette môme ! Mais depuis quelques temps, il a une intuition.
Ca pue dans le coin. Son instinct de bagnard ne peut pas le tromper. Ca sent le aigre, le rance.
Il la connaît cette odeur. Elle lui colle aux basques depuis quelques années maintenant. Puis y a la vieille d'à côte qu'arrête pas de le reluquer.
Cette odeur ?? Cette odeur, putain ??!! JAVERT !!!!! BORDEL ! ! ! Allez hop, on s'arrache fissa ! On a le fouille-merde au cul.
Les voilà détalant dans Paris avec les perdreaux sur les talons. Courants dans les rues l'oeil perdu, haletants, tels DSK en pleine crise, cherchant la première prostipute qui passe.
Un mur ! Valjean escalade et balance Cosette de l'autre côté. OUF ! Sauvés !!

Un jardin magnifique, des chants célèstes, une odeur de sainteté.
Ce n'est pas la proprièté de Christine Boutin, mais bel et bien un couvent sur lequel nos 2 fuyards sont tombés.
Le jardinier de l'établissement qui les a vu sauter le mur s'approche d'eux. Prêt à donner l'alerte, le vieux jardinier, s'arrête net. Il reconnait MÔSSIEUR Madeleine, le maire de Montreuil-sur-Mer qui lui avait jadis sauver la mise et trouver ce boulot dans ce pensionnat de jeunes filles.

Tu parles d'un coup de pot, toi ! Fauchelevent ( C'est son nom, c'est pas ma faute !) fait passer notre Jeannot la débrouille pour son frangin, la petite pour sa nièce et l'inscrit au pensionnat.
Notre Jean Valjean, devenu MÔSSIEUR Madeleine se fait désormais appeler Frère Fauchelevent.
Il devient aide-jardinier ce qui lui permet à l'image d' NRJ 12 avec "Hollywood girls" de bien prendre soin de ses légumes.

Et commence à se paumer un peu lui-même avec tous ses noms à la mord-moi-le-cul.

A suivre ...

( Viendez réviser vos classiques et passez votre Bac les doigts dans le pif sur : http://www.senscritique.com/liste/La_Litterature_pour_les_nuls_ou_Les_classiques_racontes_par/354975 )

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 953 fois
26 apprécient

Autres actions de Ze Big Nowhere Les Misérables